<img height="1" width="1" src="https://www.facebook.com/tr?id=806477592798641&ev=PageView&noscript=1"/>

Comment bien choisir sa relève en vue d’un transfert d’exploitation

4 min de lecture

Le choix de la bonne personne pour reprendre la ferme familiale est fondamental pour la planification du transfert.

Ajouter une touche de professionnalisme

Ajoutez une touche de professionnalisme à un transfert d’exploitation en formant un comité de recherche chargé de déterminer qui prendra la relève.

John Fast, spécialiste chevronné de la planification et du transfert d’entreprise, souligne qu’il est souvent difficile pour la génération plus âgée de choisir quel membre de la famille sera le prochain à diriger la ferme. Ce choix peut également présenter des risques, notamment celui de vexer quelqu’un au sein de la famille. Pourtant, M. Fast soutient que la sélection de la relève devrait être une priorité absolue. Les familles agricoles qui évitent cette décision peuvent se retrouver coincées dans le processus de planification et incapables d’aller de l’avant avec leurs plans de transfert.

« Peu importe qui vous choisissez, vous allez vous aliéner quelqu’un. Et il se peut de toute façon que la personne que vous avez désignée n’ait pas l’impression de vraiment le mériter », explique M. Fast en faisant allusion à un ancien client qui avait dû choisir l’un de ses trois fils.

Il suggère à la génération sortante de créer un comité de recherche professionnel qui s’occupera du processus d’embauche, y compris l’examen des curriculum vitae et les entrevues avec des candidats. Une fois que les faits auront été présentés et que des recommandations externes auront été formulées, la tension entre les membres de la famille pourrait diminuer un peu.

Chercher à l’extérieur de la famille

Jolene Brown, conseillère auprès d’entreprises, conférencière et agricultrice en Iowa, approuve le recours à une aide extérieure pour le choix de la relève. À son avis, il importe de définir ce qu’il faut pour diriger l’entreprise et de tenir compte de plusieurs facteurs, dont l’expérience, les études, le caractère et la personnalité.

De plus, ajoute-t-elle, vous devrez peut-être élargir votre recherche afin de trouver la personne idéale pour reprendre la ferme.

« Parfois, la personne qui sera la meilleure pour diriger les activités de la ferme ne fait pas partie de la famille, affirme Mme Brown. Peu importe qui vous désignerez, s’il s’agit d’un membre de votre famille, assurez-vous d’avoir fait le bon choix avant de l’embaucher, car le congédier sera drôlement difficile. »

Par où commencer

Amorcez la planification du transfert en structurant d’abord votre entreprise, afin de séparer la propriété foncière des activités, recommande Mme Brown. L’entreprise sera divisée en quatre catégories qu’elle appelle « les cultures, les bêtes, la machinerie et les personnes ».

Il est préférable initialement que la génération sortante conserve la terre. Cette mesure procure une sécurité financière accrue sous forme de loyer et donne à la génération bientôt retraitée suffisamment de temps pour avoir l’assurance que la gestion des activités de l’entreprise est transférée à des gens qui savent vraiment comment exploiter cette dernière.

Parallèlement, la génération montante apprend comment gérer l’entreprise, devient graduellement propriétaire de la terre et préserve l’héritage de la génération plus âgée en lui rendant compte des finances et des objectifs d’affaires.

« La prochaine génération est très enthousiaste à l’idée de diriger l’entreprise professionnellement et elle peut y instaurer un modèle d’affaires professionnel, tout en continuant d’honorer le travail de la génération précédente », indique Mme Brown. 

Résoudre les conflits

M. Fast souligne que, si bien préparée soit-elle, une famille d’agriculteurs ne pourra pas éviter tous les conflits liés à la planification du transfert. Selon lui, il arrive fréquemment que l’une des parties au processus de transfert souhaite que ce processus soit officialisé, alors que les autres jugent inutile de s’y prendre de manière professionnelle. Ces désaccords sont naturels et normaux et, grâce à un peu de patience, il n’y a aucune raison pour qu’ils empêchent la famille d’aller de l’avant avec ses plans de transfert.

Se concentrer sur le résultat

Mme Brown estime qu’il n’y a pas lieu de craindre ce processus souvent redouté qu’est la planification du transfert.

Elle conseille plutôt de se concentrer sur les meilleurs aspects du transfert, c’est-à-dire, la tranquillité d’esprit, la clarté pour la famille et l’entreprise, une motivation renouvelée et l’assurance d’un héritage.

Voici cinq conseils pour trouver le prochain dirigeant de votre ferme
  1. Établissez une vision familiale commune pour la ferme afin de faciliter la résolution des conflits pendant le transfert.

  2. Abordez le processus de façon professionnelle – créez un comité de recherche s’il le faut et demandez à des conseillers externes de vous fournir des recommandations en matière de dotation.

  3. Commencez à planifier le transfert le plus tôt possible.

  4. Envisagez de séparer la terre des activités de la ferme.

  5. Déterminez de quoi la ferme a besoin et non qui a besoin de la ferme.

À suivre
Comment parer à toute éventualité grâce à un contrat de location de terre
6 min de lecture

Le fait d’avoir en place un contrat détaillé de location de terre aide les propriétaires fonciers et les locataires à économiser temps et argent en cas de litige.