<img height="1" width="1" src="https://www.facebook.com/tr?id=806477592798641&ev=PageView&noscript=1"/>

Valeur des terres agricoles 2021 – Le marché des terres agricoles du Canada est vigoureux malgré les problèmes de production

14 mars 2022
5 min de lecture

L’année dernière a apporté son lot de défis, des conditions météorologiques extrêmes aux perturbations de la chaîne d’approvisionnement. Malgré tout, le marché des terres agricoles est solide; en effet, FAC fait état d’une hausse de 8,3 % de la valeur moyenne des terres agricoles au Canada pour 2021.

Tendances provinciales

Le rapport Valeur des terres agricoles de FAC fait ressortir certaines hausses marquées de la valeur moyenne des terres agricoles dans plusieurs régions. L’Ontario affiche la hausse la plus importante (22,2 %), suivie de la Colombie-Britannique (18,1 %). Deux des provinces de l’Atlantique suivent avec des hausses de 15,2 % à l’Île-du-Prince-Édouard et de 12,3 % en Nouvelle-Écosse.

Le Québec et le Manitoba affichent des augmentations moyennes similaires, soit 10 % et 9,9 % respectivement. La croissance observée dans chaque région de ces deux provinces est toutefois très inégale. La Saskatchewan suit avec une hausse moyenne de 7,4 %. Le Nouveau-Brunswick et l’Alberta ferment la marche avec des hausses respectives de 5,2 % et de 3,6 %.

Tableau 1. Hausses moyennes de la valeur des terres agricoles pour 2021
Graphique affiché augmentation moyenne de la valeur des terres agricoles en 2021

Source : calculs effectués par FAC

Facteurs influençant le marché des terres agricoles

La croissance de la valeur des terres agricoles s’explique par la demande soutenue de terres agricoles, stimulée par les prix élevés des produits de base et les taux d’intérêt historiquement bas, conjugués à l’offre limitée de terres agricoles à vendre.

1. Les prix des produits de base ne cessent d’augmenter depuis le deuxième semestre de 2020 (figure 1), ce qui a propulsé les recettes agricoles tirées des céréales, des oléagineux et des légumineuses vers des sommets inégalés en 2021, et ce, malgré les conditions de sécheresse enregistrées dans les Prairies canadiennes. Les perspectives pour 2022 sont favorables étant donné les stocks mondiaux limités de cultures agricoles et la demande vigoureuse de céréales et d’huile végétale.

Figure 1. Les prix des céréales et des oléagineux ont augmenté tout au long de l’année 2021
Graphique affiché prix élevés des céréales et des oléagineux en 2021

Source : Grain Farmers of Ontario, ministère de l’Agriculture de la Saskatchewan

  1. Les taux d’intérêt ont diminué sous l’effet des mesures énergiques de la politique monétaire prises par la Banque du Canada (BdC) au début de la pandémie, ce qui a fait descendre les coûts d’emprunt moyens à un plancher historique au début de 2021 (figure 2). L’équipe des Services économiques de FAC prévoit que la BdC haussera son taux directeur de 125 points de base en 2022, ce qui maintiendrait tout de même les coûts d’emprunt à un niveau bas selon une perspective historique.
Figure 2. Les coûts d’emprunt moyens payés par les entreprises ont atteint un plancher historique au début de 2021
Graphique affiché le coût d’emprunt moyen des entreprises a atteint un niveau record au début de 2021.

Source : Banque du Canada

Les conditions météorologiques influencent-elles la valeur des terres?

Les conditions météorologiques défavorables font partie des risques que les exploitants agricoles canadiens prennent en compte dans leur planification. Toutefois, des conditions uniques et extrêmes comme celles qui ont touché les Prairies canadiennes et la Colombie-Britannique en 2021 sont peu fréquentes. Ces conditions défavorables pourraient-elles influencer les prix des terres au fil du temps? Nous examinons des données historiques pour comprendre les réactions des marchés aux conditions météorologiques extrêmes.

Manitoba

En 1997, le Sud de cette province a subi l’une de ses pires inondations : la crue de la rivière Rouge. Cette région a aussi été touchée par des inondations dans le bassin de la rivière Assiniboine en 2009 et en 2011. La valeur moyenne des terres agricoles dans les régions touchées a grimpé au cours des années suivantes. FAC a fait état d’augmentations de la valeur des terres agricoles du Manitoba en 1997 et 1998 (11,7 % et 3,4 % respectivement). Pour 2009 et les années suivantes, FAC a fait état de hausses respectives de 11,7 %, de 4,7 %, de 4,4 % et de 25,6 % de la valeur moyenne des terres agricoles au Manitoba.

Saskatchewan

Certaines parties de la Saskatchewan ont subi des conditions de sécheresse grave de 2001 à 2003, et de nouveau en 2009. FAC a fait état d’une légère diminution (‑1,5 %) de la valeur moyenne des terres agricoles de cette province en 2001, suivie de hausses de 3,9 % en 2002, de 3,1 % en 2003 et de 1,9 % en 2004. En 2009, FAC a fait état d’une hausse de 6,9 %, suivie d’une hausse de 5,7 % en 2010 et d’une hausse de 22,9 % en 2011.

Alberta

Les conditions de sécheresse qui ont touché certaines parties de la Saskatchewan de 2001 à 2003 et en 2009 ont aussi touché certaines régions de l’Alberta. Malgré ces conditions météorologiques défavorables, la valeur des terres a continué à grimper dans les régions touchées (principalement dans le Centre). FAC a fait état de hausses moyennes respectives de 4,8 %, de 4,4 % et de 8,7 % en 2009, en 2010 et en 2011 pour cette province.


S'il est difficile de cerner l’impact qu’une catastrophe naturelle peut avoir sur la valeur des terres en comparaison à tous les autres facteurs qui influencent l’offre et la demande de terres agricoles, il semble que les inondations d’envergure ou les sécheresses extrêmes n’ont aucun impact notable sur la valeur des terres. Les exploitants agricoles tiennent compte des sources de revenus associées aux terres sur une longue période. Les prix plus élevés peuvent aussi contrebalancer les baisses de rendement et atténuer les répercussions des conditions météorologiques difficiles sur les revenus. Cela ne signifie pas pour autant que les recettes attendues ne sont pas ou ne seront pas affectées par les fluctuations météorologiques. Nous devons approfondir les recherches pour comprendre l’influence du changement climatique sur la valeur des terres agricoles.

En conclusion

La valeur des terres agricoles a continué d’augmenter en 2021, et ce, malgré les conditions météorologiques défavorables et l’incertitude économique. Les perspectives du marché des terres agricoles demeurent positives, car l’offre de terres disponibles demeure très limitée et les perspectives du revenu agricole pour 2022 sont robustes. Cependant, les hausses probables des taux d’intérêt assombrissent les perspectives. Les producteurs devraient établir et tenir à jour un plan de gestion du risque qui tient compte des changements économiques possibles, de manière à avoir une marge de manœuvre dans leur budget en cas de fluctuation du prix des produits, des rendements ou des taux d’intérêt.  La conjoncture du marché peut changer rapidement, ce qui peut se répercuter sur la valeur des terres.

Surveillez l’analyse des taux de location effectuée par FAC pour 2021, qui sera publiée le 12 avril 2022.

Article par : Lyne Michaud, É.A., analyste principale, Évaluation