Passer au contenu principal

Qu’est-ce qui prime à votre ferme : la famille ou l’entreprise?

  • 1,5 min de lecture

Dans une entreprise agricole, la conciliation travail-famille requiert beaucoup d’efforts et de dévouement. Et la communication devient encore plus cruciale lorsque plusieurs générations se préparent au transfert de la ferme

L’auteur à succès et accompagnateur David Irvine (en anglais seulement) affirme que la gouvernance, ou la manière dont la famille travaille ensemble, mène à l’établissement des objectifs de la ferme, ce qui aide à créer un équilibre. 

Au sein d’une entreprise, explique-t-il, il y a trois principaux groupes : les propriétaires, les employés et les membres de la famille. Chaque groupe a ses propres objectifs et certains de ces objectifs sont partagés par l’un ou l’autre de ces groupes.

« On doit s’assurer que chaque groupe trouve son compte, explique M. Irvine. Les objectifs doivent montrer clairement la direction qu’emprunte chaque groupe. »

Ces objectifs, souligne-t-il, devraient déterminer l’orientation de l’entreprise. Et au sein de la famille, des discussions s’imposent pour décider ce qui prime : la famille ou l’entreprise.

Des discussions s’imposent pour décider ce qui prime : la famille ou l’entreprise?

Réunissez tous les membres de la famille, suggère M. Irvine, pour discuter des aspirations de chacun, des objectifs de l’entreprise et de la manière dont l’entreprise peut soutenir la famille. Cette approche holistique crée une atmosphère qui permet de déterminer ce qui compte pour chaque membre de la famille.

« Quelle est la raison d’être de la ferme? Votre énoncé de mission n’est pas ce qui nous intéresse; expliquez plutôt ce que la ferme représente pour vous personnellement. Répondez à la question : quelle est la fonction de la ferme dans ma vie? »

Le problème, c’est que bien des personnes priorisent la course à la production et relèguent la qualité de vie à l’arrière-plan. « On travaille pendant 20 ou 30 ans, puis on se demande où est passée notre qualité de vie parce qu’on a laissé l’entreprise mener notre vie. »

M. Irvine met les producteurs au défi d’établir d’abord leurs objectifs de qualité de vie, puis de se fixer des objectifs d’entreprise qui leur permettent d’atteindre la qualité de vie voulue. 

« À partir du moment où nos objectifs de qualité de vie sont clairs, on peut se demander : “Comment l’entreprise peut-elle servir nos objectifs de qualité de vie et que devons-nous produire pour la soutenir?” »