Passer au contenu principal

Les avantages sociaux des employés agricoles

  • 6 min de lecture

Quels conseils donneriez-vous aux propriétaires d’exploitations agricoles qui veulent offrir un programme d’avantages sociaux à leurs employés?

Yara Khankan
Conseillère principale, Avantages internationaux, Cowan Insurance Group, Gloucester, Ontario

Si vous envisagez d’offrir des avantages sociaux aux employés du secteur agricole, il est important de ne pas oublier les travailleurs étrangers. Le recrutement de travailleurs étrangers et saisonniers est de plus en plus courant au Canada; en effet, cette solution permet aux employeurs de s’acquitter de leur mandat et leur procure souvent l’avantage concurrentiel nécessaire pour fournir des services et des produits et pour mener des projets – en particulier lorsque des postes sont vacants depuis longtemps ou que la main-d’œuvre est difficile à trouver.

Un employeur qui envisage toutes les mesures raisonnables pour répondre aux besoins de ses employés exerce ce qu’on appelle son « devoir de diligence », ce qui donne les moyens aux nouveaux employés d’accomplir leur travail. Dans le cas des impatriés (les travailleurs qui disposent d’un visa de travail, par exemple), comprendre le système de santé canadien à payeur unique peut s’avérer difficile et entraîner un stress superflu. Ainsi, le devoir de diligence envers ces travailleurs pourrait comprendre une aide à l’intégration et à l’exploration d’une nouvelle culture, d’une nouvelle société et d’un nouveau système de santé.

Il est important de connaître la situation de vos travailleurs étrangers au regard du système provincial de soins de santé ainsi que les réponses à des questions comme :

  • Mon travailleur est-il admissible au régime provincial de soins de santé?
  • Quels sont les critères à remplir?
  • Y a-t-il une période d’attente?
  • Comment puis-je m’assurer que mon employé est suffisamment couvert pour éliminer le risque d’une réclamation catastrophique – et la responsabilité financière que cela supposerait?

Si les exigences varient d’une province à l’autre, les travailleurs étrangers qui détiennent un permis de travail valide sont peut-être admissibles à un régime provincial d’assurance maladie comme l’assurance services médicaux (Medical Services Insurance, ou MSI) en Nouvelle-Écosse et l’Assurance-santé de l’Ontario.

L’admissibilité dépend des facteurs suivants :

  • la durée de validité du permis de travail
  • la durée de la présence physique consécutive d’un employé dans la province
  • le statut d’employé à temps plein pour un minimum de six mois

Une fois que la demande d’adhésion d’un employé étranger à un régime provincial d’assurance maladie est approuvée, il peut s’écouler jusqu’à trois mois avant que la couverture n’entre en vigueur. Durant cette période d’attente, les employés qui ne disposent pas d’une couverture privée en remplacement du régime provincial pourraient se retrouver avec des réclamations médicales importantes et coûteuses. Cela peut poser un risque financier considérable pour les employeurs et nuire à leur capacité d’honorer leur obligation d’exercer leur devoir de diligence.

Il est impératif d’informer les employés sur la façon de se prévaloir de leur nouvelle protection au titre d’un régime gouvernemental d’assurance maladie ou de leur couverture en remplacement du régime provincial, ainsi que sur la façon dont cette couverture s’intègre dans votre propre programme d’avantages sociaux, le cas échéant.

L’obtention d’une couverture est aussi bénéfique que l’information et les connaissances transmises aux employés.


Jade Reeve
Gestionnaire, AgriEmplois, Conseil canadien pour les ressources humaines en agriculture (CCRHA), Ottawa, Ontario

Le fait d’offrir une gamme d’avantages sociaux est un bon moyen de recruter et de retenir des employés. Comme le savent la plupart des employeurs, il existe une foule d’avantages sociaux qui peuvent être offerts selon la taille de l’entreprise et le nombre d’employés à temps plein, notamment.

Voici les avantages sociaux qui viennent habituellement à l’esprit des employeurs :

  • Les régimes de soins médicaux qui couvrent une partie des médicaments pharmaceutiques ou des traitements qui ne sont pas couverts par les systèmes provinciaux ou territoriaux de soins de santé.
  • Les régimes d’assurance dentaire qui couvrent des coûts comme ceux des nettoyages de routine ou de certaines procédures dentaires (chirurgies, orthodontie).
  • Les régimes d’assurance-vie qui versent un montant équivalant au salaire annuel d’un employé en cas de décès.
  • Les régimes d’assurance en cas de décès ou de mutilation par accident qui versent une prestation en cas d’accident et couvrent la perte de membres ou la perte de vision attribuable à un accident.
  • Les régimes d’assurance-invalidité de courte ou de longue durée qui versent des indemnités pendant que l’employé est en congé forcé à la suite d’un accident.

Les programmes d’aide aux employés offrent une aide confidentielle à vos travailleurs qui font face à toutes sortes de situations difficiles, notamment :

  • des conseils financiers
  • de la consultation ou une thérapie
  • des recommandations juridiques
  • des services de garde d’enfant
  • des ressources pour les personnes ayant un problème de dépendance
  • des trucs pour concilier travail et vie personnelle
  • des régimes enregistrés d’épargne retraite (REER) assortis d’une cotisation de contrepartie de certains employeurs afin d’aider les travailleurs à épargner pour la retraite.

Voyez d’autres examples d’avantages non monétaires dans l’AgriSuccès de mars 2020 : Comment attirer et retenir les meilleurs employés.

Bien que ces options soient toutes très intéressantes, la plupart des employeurs ne sont pas en mesure d’offrir ces avantages à leurs employés saisonniers. Étant donné qu’un grand nombre d’exploitations agricoles comptent des travailleurs saisonniers, il y a lieu de s’interroger sur la valeur des avantages non monétaires. En discutant avec de nombreux employeurs et travailleurs du secteur agricole, nous avons découvert que les avantages non monétaires peuvent surpasser largement les avantages sociaux classiques. Souvent, les avantages non monétaires offrent une plus grande polyvalence, favorisent la santé et le mieux-être, et procurent un sentiment d’appartenance et d’esprit de famille.

Même si nous les appelons « avantages non monétaires », ils occasionnent des coûts que les employeurs doivent prendre en considération avant de mettre sur pied leur programme d’avantages sociaux. Cela dit, ces méthodes connaissent un franc succès et sont fort populaires auprès des travailleurs qui en bénéficient. Du même coup, les employeurs agricoles constatent qu’ils peuvent compter sur des travailleurs fiables et dévoués, qui sont plus productifs et plus heureux à la ferme.

Quelquefois, la taille d’une ferme et le nombre d’employés ne justifient pas la mise en place d’un régime d’avantages sociaux collectif. Si c’est le cas de votre entreprise, sachez que vous pourriez offrir plusieurs avantages non monétaires très intéressants, ce qui contribuerait à rendre votre exploitation encore plus attrayante aux yeux des employés éventuels et permettrait à vos employés déjà en poste de se sentir appréciés à leur juste valeur. Les employeurs peuvent offrir, en franchise d’impôt, des cadeaux non monétaires dont la juste valeur marchande ne dépasse pas 500 $ par année. Voici des exemples :

  • Accès après les heures de travail à l’atelier mécanique pour la réparation ou l’entretien de véhicules personnels
  • Barbecues, brunchs ou dîners festifs pour les employés (offerts par l’employeur au coût de 100 $ ou moins par personne)
  • Dons de produits (viande ou fruits et légumes frais)
  • Horaires flexibles pour faciliter la vie des familles et des étudiants
  • Un simple « merci » pour un travail bien fait

Gardez à l’esprit que certains avantages peuvent être imposables pour vos employés, notamment :

  • Logement, repas, loyer gratuit ou hébergement à faible coût
  • Billets pour des événements sportifs ou des spectacles
  • Utilisation du véhicule d’un employeur à des fins personnelles
  • Coût de l’inscription à des cours par intérêt personnel et non pour le travail
  • Cotisations d’assurances collectives payées par l’employeur
  • Adhésion à un centre récréatif, à un gym, à un parcours de golf, etc.
  • Laissez-passer de transport en commun

D’après un article de l’AgriSuccès par Kim Shepperd.


Voir aussi

Les pénuries de main-d’œuvre portent un dur coup aux exploitations agricoles. Selon le Conseil canadien pour les ressources humaines en agriculture (CCRHA), l’impact économique des postes non pourvus dans les fermes canadiennes a presque doublé en quatre ans.

La mobilisation des employés est un aspect crucial du leadership des nouveaux chefs d’exploitations agricoles, et elle permet aux dirigeants bien établis de revitaliser leurs effectifs.