<img height="1" width="1" src="https://www.facebook.com/tr?id=806477592798641&ev=PageView&noscript=1"/>

Comment réussir une discussion sur la valeur des actifs dans le cadre d’un transfert

5 min de lecture

La valeur des actifs des exploitations agricoles ne cesse d’augmenter – la valeur des terres agricoles s’envole, et le coût des équipements et des intrants augmente sans cesse. Il peut être difficile d’inclure cette variabilité dans une conversation sur le transfert, mais c’est possible.

Elaine Froese, coach certifiée auprès des familles d’agriculteurs et spécialiste de la planification du transfert, affirme que tout se résume à une chose : « Ce n’est pas une question d’argent, mais une question de vision. »

Mme Froese aide les familles d’agriculteurs à trouver l’harmonie en passant par la compréhension. Cette compréhension est le fruit de conversations robustes et difficiles sur les besoins et les désirs de chacun.

Elle propose trois outils incontournables pour tenir les conversations sur le transfert qui sont désormais essentielles face à l’augmentation de la valeur des actifs :

  • la communication continue

  • la capacité d’écoute

  • la transparence totale

Ces outils préparent le terrain pour que la famille puisse franchir d’autres étapes du processus :

  • évaluer votre état actuel

  • définir vos valeurs, votre vision et vos objectifs

  • faire appel à des experts

  • élaborer un plan

Évaluer votre état actuel

Y a-t-il une volonté de discuter de transfert? Ou, à tout le moins, une ouverture face à une telle discussion?

En utilisant une échelle de 1 à 10 pour déterminer l’état de préparation de la famille, Mme Froese explique que si une personne est à deux et une autre à neuf sur cette échelle, la conversation sera peu productive, voire impossible. Devant un tel écart en matière de préparation, un spécialiste peut aider à mettre tout le monde sur la même longueur d’onde. Le spécialiste peut aussi continuer à discuter du manque de préparation avec les récalcitrants.

Selon Mme Froese, peu importe l’encadrement et les conversations, certaines personnes ne seront jamais prêtes à parler de transfert. Peut-être qu’on ignore la hausse de la valeur des actifs à la ferme ou que les valeurs sont surestimées?

Quelle que soit la situation, si l’écart est trop grand entre les parties, le moment est peut-être venu de penser à soi. Si vous n’avez pas les moyens de payer le prix demandé par vos parents pour leur ferme, envisagez d’autres moyens de pratiquer l’agriculture à plein temps. Si vos enfants ne veulent pas payer le juste prix pour votre ferme, pensez à la vendre à quelqu’un d’autre.

Définir vos valeurs, votre vision et vos objectifs

Si votre vision consiste à poursuivre l’activité agricole actuelle, la valeur des actifs n’a pas d’importance — elle est ce qu’elle est, et c’est ce qui crée l’activité. Il n’est pas réaliste pour les enfants qui ne pratiquent pas l’agriculture d’espérer acquérir une partie des actifs si l’entreprise agricole reste en activité.

L’augmentation de la valeur des actifs des exploitations agricoles souligne la nécessité de bien planifier le transfert.

Le fossé — et le conflit — peut survenir lors de la planification du transfert si des enfants qui ne pratiquent pas l’agriculture pensent qu’il est parfaitement réaliste d’acquérir des actifs, un désir qui peut être motivé par la hausse des valeurs.

Ne considérez pas la ferme comme une tarte à partager, surtout si l’objectif est de la maintenir en activité. Selon le modèle de la tarte, la tendance est de diriger tous les flux de revenus futurs vers l’entreprise, sans créer de mécanisme pour assurer un patrimoine personnel et des revenus futurs à la génération plus âgée.

Évitez une structure en forme de tarte afin que la séparation entre les actifs agricoles et non agricoles soit plus claire. Mme Froese fait remarquer que cela peut également éviter les désaccords sur la valeur des actifs, en particulier des terres, puisque les mésententes sont souvent enracinées dans l’attachement émotionnel à la terre agricole plutôt que dans sa valeur monétaire.

Faire appel à des experts

Le meilleur moment pour faire appel à un expert tel qu’un planificateur financier, c’est maintenant et non pas lorsque vous vous apprêtez à quitter la ferme.

Un expert financier examine votre plan de transfert et voit quels changements doivent être apportés. Il peut également évaluer les actifs ou recommander des experts qui aideront à en déterminer la valeur, en rattachant un prix aux terrains, aux équipements et aux stocks.

Élaborer un plan

Une fois que la conversation sur le transfert est entamée, il est temps de penser à un plan.

Selon Rick Van Beselaere, avocat en Saskatchewan, la famille doit aborder plusieurs points lors de l’élaboration du plan de transfert. Ces étapes sont particulièrement utiles en cas de hausse de la valeur des actifs, afin qu’une source extérieure puisse fournir un avis objectif.

  • Mettez le plan par écrit et discutez-en avec toutes les personnes concernées

  • Demandez à un conseiller en gestion agricole d’effectuer une analyse complète de ce qui est inclus dans le transfert, y compris la valeur des actifs

  • Déterminez les besoins des parents. Prévoyez d’avoir un revenu jusqu’à l’âge de 102 ans, dit Mme Froese. S’il n’y a pas suffisamment de revenu pour cela, faites-en une priorité.

  • Renforcez les capacités de production de l’exploitation

  • Déterminez le montant de la dette que l’exploitation peut assumer

M. Van Beselaere estime que la contribution des enfants agriculteurs à l’entreprise agricole par rapport à celle de leurs frères et sœurs peut constituer un facteur dans le plan. Les parents peuvent alors déterminer ce dont les enfants qui ne pratiquent pas l’agriculture hériteront. Il ajoute que l’argent et l’assurance vie peuvent être des outils pour indemniser les enfants qui ne pratiquent pas l’agriculture.

Mme Froese souligne que certaines familles ont prévu dans leur plan des mécanismes permettant de transmettre la terre à des enfants qui ne pratiquent pas l’agriculture, les enfants qui pratiquent l’agriculture ayant accès à la terre par le biais d’accords de location à long terme.

Questions à poser à votre conseiller financier
  • De combien d’argent ai-je besoin pour prendre ma retraite? Pouvez-vous m’aider à établir un budget annuel pour vivre à la retraite?

  • Quel pourcentage de mon revenu de retraite devra provenir de l’exploitation agricole sur une base annuelle? Cela va-t-il changer avec le temps?

  • Avons-nous pris en considération les besoins futurs en matière de logement?

  • Les revenus non agricoles sont-ils une pièce du puzzle nécessaire pour atteindre nos objectifs?

Pour en savoir plus sur la planification de la succession face à l’augmentation de la valeur des exploitations agricoles, lisez cet article du Country Guide [en anglais seulement]. 

Article par : Craig Lester

À suivre
Un plan de transfert peut dérailler s’il n’est pas examiné régulièrement

Il est important de réexaminer régulièrement votre plan de transfert, sans quoi les changements à des éléments comme la déduction pour gains en capital ou la valeur des terres pourraient vous prendre par surprise et rendre votre plan inutile.