Passer au contenu principal

Étape 3 : Des valeurs familiales, une vision et des objectifs

  • 10,5 min de lecture

Définissez vos valeurs, créez une vision et fixez-vous des objectifs pour faire prospérer votre entreprise et votre famille

Imaginez deux personnes qui saisissent le volant d’un camion en mouvement. L’une représente votre famille agricole, l’autre a à cœur les intérêts de votre entreprise. Ce n’est qu’après s’être entendu qu’elles peuvent se rendre à destination en toute sécurité.

Un aspect important du plan de transfert d’une ferme consiste à concilier l’entreprise avec la famille. Un plan bien exécuté permet de maintenir une unité familiale saine ainsi que sa vision d’un avenir prospère, qu’il s’agisse de conserver l’entreprise agricole telle quelle, de prendre un virage ou d’en vendre des parties importantes.

Pour orienter le plan de transfert dans la bonne direction et rallier la famille, chaque personne impliquée dans le processus doit suivre les trois étapes importantes ci-dessous :

  1. Déterminer les valeurs communes et les principes directeurs
  2. Créer une vision pour l’avenir
  3. Fixer des objectifs réalistes pour y arriver

Étape 1 – Déterminer les valeurs communes et les principes directeurs

Pour savoir si votre plan de transfert de la ferme est réussi, vous devez déterminer à quoi ressemble la réussite. Préciser ce qui compte le plus aux yeux de votre famille permet d’en fixer les éléments essentiels. Par ailleurs, un plan qui va à l’encontre de vos valeurs familiales a peu de chances de réussir.

Les valeurs sont des principes – ou des normes comportementales – qui orientent votre entreprise et vous-même sur la façon d’aborder les décisions ainsi que sur la conduite à adopter. Ces valeurs sont à la base de qui vous êtes et de la façon dont vous vous attendez à ce que le monde fonctionne. Elles sont constantes et ne varient pas, peu importe le secteur ou la structure de gestion de vos activités.

Parmi les mots-clés utilisés pour décrire les valeurs fondamentales, notons l’intégrité, la qualité, le respect, la satisfaction des besoins des consommateurs, la protection de l’environnement et la compassion. De même, pensez à des mots comme « loyauté » lorsqu’un lien solide envers la famille et les employés représente une valeur élevée à vos yeux.

Avoir comme valeur une réflexion à long terme signifie de choisir une exploitation agricole saine pour le long terme plutôt qu’un profit à court terme plus risqué. Une famille qui valorise la flexibilité et l’entrepreneuriat priorisera la souplesse pour tirer profit de nouvelles occasions. Les valeurs fondamentales que sont la confiance et l’honnêteté décrivent la façon dont vous communiquez en tant que famille.

L’élément essentiel : une assise familiale solide

Les familles devraient s’amuser en partageant des moments de loisir. Cela permet d’établir des bases solides et de compenser les moments difficiles. Les membres d’une famille qui ont travaillé ensemble toute leur vie ont tendance à se tenir mutuellement pour acquis. La survie et la santé de votre famille et de l’entreprise familiale reposent sur une communication efficace, laquelle ne peut avoir lieu sans une bonne assise familiale. Cela dit, cette dernière n’est présente que si les membres de la famille s’intéressent de près à la vie de chacun.

Précisez et documentez ce qui est important pour votre famille et de quelle façon ces valeurs orientent votre entreprise et la prise de décisions personnelles. Les valeurs que vous avez définies sont à la base de qui vous êtes en tant que famille et entreprise. Par ailleurs, il arrive très souvent que les valeurs fondamentales soient les mêmes pour la famille et l’entreprise agricole. C’est l’un des principaux vecteurs de la force et de la résilience du secteur agricole et agroalimentaire canadien.

Entraînez votre muscle communicationnel

Pour qu’un transfert de ferme soit réussi, il faut parler de choses dont certains membres de la famille préféreraient ne pas aborder. Cultivez de bonnes habitudes en matière de communication. Discuter et documenter les valeurs d’une exploitation agricole peuvent rallier toutes les parties à partager une mentalité commune. Que votre famille communique peu, beaucoup, positivement ou négativement, vous pouvez améliorer sa façon d’échanger. Parler de choses de moindre importance donne de meilleurs résultats lorsqu’on cherche à prendre des décisions plus importantes. Commencez par être plus curieux et moins porté sur le jugement. Consultez l’Étape 2 : Évaluer le degré de préparation au transfert pour quelques conseils de communication pour susciter la conversation.

Chaque personne devrait prendre le temps d’évaluer et de définir des valeurs. Demandez à chacun de dresser sa propre liste avant de tenir une rencontre. Pensez-y. Discutez-en. Transposez le tout par écrit.

Étape 2 – Créer une vision pour l’avenir

Les valeurs sont enracinées et ne changent pas. Personne ne devrait compromettre ses valeurs pour atteindre un but. Toutefois, une vision solide peut rassembler les gens et motiver l’équipe lorsque cette vision correspond à ses valeurs fondamentales.

La vision doit tenir compte de l’orientation de l’exploitation agricole familiale. Par exemple, en quoi consiste la priorité? S’agit-il de rembourser la dette, d’élargir les activités, de se concentrer sur une production précise ou de faire place à la diversité? Puis, la prochaine génération et la génération sortante doivent s’entendre sur une vision de l’exploitation agricole.

L’un des défis consiste à définir la vision en distinguant les priorités de l’entreprise de celles de la famille. Pour certains, la vision se traduit par une gestion de l’exploitation agricole qui fait passer les décisions d’affaires avant les considérations familiales. Cela ne diminue en rien l’importance de la famille, mais le fait de prendre les meilleures décisions d’affaires qui soient est perçu comme pouvant nécessiter des changements, des sacrifices et des compromis.

Pour d’autres, la vision consiste à privilégier l’aspect familial de l’exploitation et à tenter de satisfaire tous les membres de la famille à tous les égards. Il sera nécessaire de tenir des discussions et des négociations pour parvenir à un plan qui mobilisera et aura l’appui de toutes les parties. Les deux approches sont valides, et il existe habituellement une zone de confort qui se situe quelque part entre les deux.

Un changement de mentalité à l’égard de l’entreprise

Prenons par exemple un agriculteur qui fait face à un manque de liquidités et qui doit demander un crédit supplémentaire pour couvrir ses dépenses. Il décide de taire la situation, car si ses deux fils qui cultivent avec lui apprenaient la nouvelle, cela les préoccuperait et causerait peut-être même des conflits. Toutefois, à mesure que la saison avance, cela commence à nuire aux décisions relatives à l’avenir de l’exploitation, notamment le remplacement du tracteur qui nécessite d’importantes réparations.

Les fils ayant l’impression que les finances vont bien souhaitent remplacer le tracteur par un modèle plus actuel. Il est compréhensible qu’en tant que chef de famille et de l’entreprise, l’agriculteur soit réticent à annoncer la nouvelle difficile. Toutefois, ce manque de communication peut nuire à l’entreprise et faire reculer son chiffre d’affaires, car son exploitation s’appuie sur des hypothèses erronées.

C’est pourquoi il est préférable de modifier sa mentalité et de se concentrer davantage sur l’entreprise et moins sur la façon dont la famille va réagir. Il s’agit de mettre de côté son orgueil et son désir de contrôler pour s’assurer que les bonnes personnes sont impliquées et au courant de ce qui se passe, puis d’établir un échéancier pour accomplir la tâche.

La vision va au-delà de prendre la décision de gérer la ferme comme une entreprise. La génération sortante devrait avoir une vision personnelle de sa retraite. Où souhaite-t-elle vivre? À quels genres de passe-temps souhaite-t-elle s’adonner?

Il en va de même pour la jeune génération. Quels changements envisage-t-elle pour l’exploitation agricole au cours des cinq prochaines années? La conjointe ou le conjoint travaillera-t il aussi sur la ferme ou à l’extérieur? Quelles seront les modalités de logement à l’avenir? Comment le service de la dette sera-t-il assuré pendant et après le transfert de la ferme?

Comment rédiger un énoncé de vision

Un bon énoncé de vision est motivant et atteignable. Il inspire et mobilise toutes les parties à poursuivre un objectif commun, tout en vous aidant à prendre de meilleures décisions. Veillez à ce que votre énoncé de vision soit clair et concis et faites en sorte qu’il soit facile de se le rappeler. Si vous n’arrivez pas à vous en souvenir, il ne sera d’aucune utilité. Il est possible de faire le suivi des progrès accomplis vers l’atteinte de la vision, puis d’en discuter lors de réunions. Un énoncé de vision est particulièrement utile pour la prochaine génération désireuse de savoir de quelle façon elle s’inscrit dans le plan. Voici comment élaborer votre énoncé de vision.

Étape 3 – Fixer des objectifs réalistes pour y arriver

L’établissement d’objectifs nécessite du leadership et permet également aux dirigeants de mesurer le succès. Qu’il s’agisse de la famille ou des employés, chaque personne devrait être tenue responsable (y compris les dirigeants) de son rôle dans l’atteinte d’objectifs précis. La définition des valeurs et la création d’une vision permettent de fournir un contexte et un environnement pour aller de l’avant. Fixez-vous également des objectifs concrets vers lesquels tendre.

L’atteinte d’un objectif, peu importe sa taille, procure une motivation, en plus de fournir des orientations et une validation. Chacun souhaite être reconnu pour son apport. Par ailleurs, les employés accordent couramment plus de valeur à la reconnaissance qu’à une prime en espèces en tant que motivateur clé.

Il arrive souvent que les jeunes membres de famille et employés d’une exploitation agricole souhaitent que leurs dirigeants offrent davantage de conseils; c’est là que les objectifs entrent en jeu. Si chaque personne connaît les objectifs primordiaux liés à l’exploitation agricole ainsi que ses propres objectifs, elle peut mieux comprendre ce qui sous-tend les décisions quotidiennes. Lorsque les gens ont un objectif, ils sont plus concentrés et plus mobilisés.

Il existe une foule d’objectifs tangibles au sein d’une exploitation agricole, comme les recettes, les cibles en matière de rendement ou la réduction des dépenses. Mais, dans le cadre d’un transfert, des objectifs moins tangibles sont également présents, par exemple, le transfert du savoir d’une génération à l’autre, soit entre les associés principaux et les jeunes associés.

Pour les jeunes associés, pensez à toutes les tâches au sein d’une entreprise agricole, de l’exploitation aux finances, en passant par le marketing et votre capacité à diriger. Déterminez les secteurs pour lesquels vous avez besoin de formation afin de pouvoir assumer de nouvelles responsabilités, puis établissez comment vous allez évaluer les progrès accomplis. Fixez-vous des objectifs de formation et réfléchissez au meilleur endroit pour obtenir cette formation.

Pour ceux qui approchent de la retraite, l’établissement d’objectifs qui positionnent la prochaine génération à réussir ne représente qu’une partie de l’équation. Vos objectifs devraient également être liés à votre vie après que vous ayez quitté ou allégé vos fonctions au sein de l’exploitation agricole.

Saisissez toutes les occasions de vous demander « pourquoi? »

Un jeune associé devrait poser toutes les questions qui lui viennent à l’esprit, car l’associé principal a toute une vie d’expérience à partager. L’exploitation de ce savoir est souvent le mieux accomplie au moment de la prise de décision.

Profitez de chaque occasion pour demander « Pourquoi? ». Parfois, aucune bonne réponse ne ressortira de ce questionnement. C’est dans ces moments que les jeunes associés et les associés principaux devraient réfléchir; c’est l’occasion idéale d’évoluer et de revoir la situation.

L’un des objectifs premiers peut également s’avérer le plus difficile à réaliser, soit un changement dans la relation entre la jeune génération et celle plus âgée.

Le ou la jeune associé(e) ne peut pas rester pour toujours le « garçon » ou la « fille » de l’associé principal. Cette personne doit pouvoir occuper graduellement un poste de gestion à parts égales au fur et à mesure qu’elle développe ses compétences de gestionnaire.

Pour les associés principaux : lorsque vous rencontrez des fournisseurs ou des clients, commencez par faire référence à vos enfants en tant que « partenaires d’affaires ». Bien entendu, ils seront toujours vos enfants, mais cessez de renforcer cette relation dans le cadre de situations commerciales.

Pour la jeune génération : commencez à assumer des responsabilités comme si vous étiez un associé principal. Demandez à participer à l’examen des états financiers et aux stratégies d’emprunt. Si votre père a toujours fait fonctionner la moissonneuse-batteuse, demandez-lui d’inverser les rôles pour une partie de la récolte. Encouragez vos parents à faire ce voyage dont ils rêvent tant depuis des années. Montrez-leur que vous êtes prêt à assumer plus de responsabilités et à occuper un rôle de direction.

Partager des valeurs communes, adhérer à une vision et travailler à l’atteinte d’objectifs clairs, voilà les trois éléments qui transforment des individus en une équipe puissante et qui aident à façonner le plan de transfert de votre ferme.