Passer au contenu principal

Comprendre et gérer les flux de trésorerie

  • 8 min de lecture

Les incontournables en affaires FAC ont été conçus pour vous permettre d’acquérir des connaissances sur des sujets essentiels de la catégorie Argent et Finance. Découvrez la série intégrale.

Le budget de trésorerie est une estimation de toutes les rentrées et sorties de fonds prévues au cours d’une période donnée. Les flux de trésorerie ne portent que sur les flux monétaires et non sur le revenu net ou sur la rentabilité; ils constituent toutefois un aspect essentiel de la gestion financière.

Le budget de trésorerie et l’état des flux de trésorerie sont deux choses différentes. Un budget est une projection des événements à venir. Un état montre ce qui s’est produit dans le passé.

Voici deux scénarios illustrant pourquoi il est nécessaire d’établir un budget de trésorerie.

Scénario 1 : Vous avez loué davantage de terres cultivées pour la prochaine saison de croissance. Vous connaissez votre coût de production et vous avez la certitude que l’augmentation de votre superficie vous permettra d’accroître votre rentabilité et d’améliorer la situation financière de votre exploitation. Mais aurez-vous assez de liquidités pour effectuer les paiements de location lorsqu’ils seront exigibles? Et qu’en est-il des autres dépenses au titre des intrants agricoles qui doivent être payées avant la récolte? Votre prêt d’exploitation actuel est-il adéquat?

Scénario 2 : Auparavant, votre exploitation d’élevage-naissage vendait ses veaux pendant la campagne d’automne de vente de veaux. Or, vous souhaitez maintenant effectuer vous-même la semi-finition de la majorité des veaux afin de les vendre lorsqu’ils seront plus lourds au printemps. Vous avez l’alimentation animale nécessaire et vous croyez que cette façon de faire améliorera votre rentabilité. Or, qu’arrivera-t-il à votre flux de trésorerie si vous retardez les rentrées de recettes?

Dans les deux scénarios, tout changement important dans le plan d’entreprise accroît la nécessité d’analyser adéquatement les flux de trésorerie avant de prendre une décision finale. La planification des flux de trésorerie est également nécessaire pour les fermes qui ne comptent pas apporter des changements importants.

Avantages de la planification et de l’analyse des flux de trésorerie

  • Permettent de savoir à quel moment les liquidités seront serrées afin que vous puissiez prévoir l’insuffisance de trésorerie.
  • Déterminent la durée de prêt et le calendrier de remboursement qui vous conviennent le mieux.
  • Facilitent la prise de décisions de commercialisation qui ne sont pas motivées par des contraintes liées à des liquidités insuffisantes.
  • Analysent si les taux d’intérêt augmentent ou si les prix des produits de base diminuent (analyse de sensibilité).
  • Aident à prendre une décision quant à la location ou à l’achat d’une pièce d’équipement importante.

Chaque ferme doit relever des défis qui lui sont particuliers. Par exemple, dans les exploitations laitières et avicoles, les rentrées de fonds sont habituellement régulières et prévisibles. Pour les producteurs porcins, les volumes de ventes sont peut-être constants, mais les prix peuvent fluctuer considérablement. Si vous établissez un vignoble ou un verger, il faudra peut-être attendre plusieurs années avant d’obtenir un revenu tout en assumant des coûts importants pendant cette période.

De nombreuses exploitations agricoles devraient calculer leurs flux de trésorerie chaque mois, tandis qu’un calcul bimensuel ou trimestriel est suffisant pour d’autres. Un budget de trésorerie est assez simple à dresser. Il s’agit de consigner vos rentrées et sorties de fonds projetées pendant une période donnée ainsi que le solde d’encaisse résultant. Règle générale, il est préférable de projeter vos flux de trésorerie sur 12 mois ou plus.

Téléchargez un exemple de flux de trésorerie mensuel tiré de notre Guide de planification des flux de trésorerie.

Flux de trésorerie et rentabilité

Si vos flux de trésorerie sont viables et que votre entreprise est rentable, le moment est peut-être bien choisi pour rembourser vos dettes ou pour envisager une expansion. 

Une entreprise peut connaître des insuffisances de fonds importantes au cours de l’année et être tout de même rentable. Les flux de trésorerie ne constituent pas une mesure de la rentabilité. Ils excluent les éléments non monétaires comme la dépréciation, mais comprennent les éléments qui réduisent l’encaisse comme les paiements de capital. Ces différences – qui sont subtiles, mais importantes – font de l’analyse des flux de trésorerie un outil très efficace pour les gestionnaires d’entreprise agricole.  

Les revenus d’appoint (comme les salaires ou les revenus tirés d’autres activités commerciales) peuvent également contribuer aux flux de trésorerie. Vous pouvez tenir compte de ce revenu dans votre analyse des flux de trésorerie, mais il ne doit pas être servir à déterminer la rentabilité de l’exploitation agricole. Par contre, si vous planifiez prélever des montants à même les revenus de la ferme pour subvenir à vos besoins de tous les jours, ces montants doivent être pris en compte dans votre analyse.

Vérification et mise à jour régulières

Il est utile de comparer votre budget de trésorerie et votre état de trésorerie et de noter les changements. Mettez à jour votre budget de trésorerie au fur et à mesure que de nouvelles données deviennent disponibles. L’exactitude du budget est tributaire des hypothèses ayant servi à le préparer. Les éléments de trésorerie comme le remboursement de prêts et les factures de services publics sont habituellement prévisibles. Il peut y avoir de légères fluctuations, mais vous avez une idée assez juste du montant et du moment du paiement.

En revanche, le moment et le montant des autres éléments de trésorerie peuvent varier grandement d’une année à l’autre. Vous pourriez devoir payer une grosse facture imprévue de réparation d’équipement ou une application supplémentaire de pesticides à un moment inopportun. Le prix de l’alimentation animale peut grimper en raison de déficits d’approvisionnement.

Par ailleurs, les occasions ne se présentent pas toujours au moment le plus opportun. La parcelle de terre que vous avez toujours rêvé d’acquérir peut être mise en vente et vous devrez réunir un versement initial en espèces. Des aliments pour animaux peuvent être disponibles et à bon marché, mais avez-vous les moyens d’assurer vous-même la semi-finition de votre production de veaux cette année? Ou bien, vous avez connu une récolte exceptionnelle cette année, mais votre capacité de stockage est insuffisante et vous vous demandez si vous pouvez assumer un nouveau paiement de location.

Malgré les inconnues et les incertitudes, la planification de la trésorerie est le seul moyen d’anticiper les insuffisances de liquidités et de prendre les mesures appropriées avant qu’elles ne se produisent.

Prêts d’exploitation

Il est fréquent que les exploitations agricoles aient recours aux prêts d’exploitation ou aux lignes de crédit pour combler les lacunes au niveau des flux de trésorerie prévus. Le gouvernement fédéral offre également un appui sous la forme d’un programme d’avances de fonds pour les secteurs du bétail et des cultures dont la première tranche de 400 000 $ est exempte d’intérêt.

À l’occasion, les fournisseurs offrent des prêts d’intrants de cultures ou des options de paiement différé. Ces options peuvent être viables si le coût des intrants et l’intérêt payable sont concurrentiels. Toutefois, vous ne voulez pas d’options qui coûtent plus cher que nécessaire. Un budget de trésorerie permet de chiffrer avec précision les insuffisances de fonds et de déterminer quelles mesures conviennent le mieux.

Encore une fois, l’analyse de trésorerie ne constitue pas une mesure de la rentabilité. En revanche, si le solde de votre prêt d’exploitation ne cesse de grimper ou si vous avez éprouvé des difficultés à le renouveler, et que votre ferme ne prend pas de l’expansion, cela pourrait indiquer des problèmes de rentabilité.

Les prêts d’exploitation ne devraient servir qu’à couvrir les dépenses d’exploitation (les coûts nécessaires pour produire des marchandises comme les céréales, les animaux de marché, le lait, etc.). L’achat d’immobilisations à l’aide des fonds d’un prêt d’exploitation pourrait créer des difficultés financières. Les fonds nécessaires pour gérer l’entreprise sont immobilisés et servent à payer pour un actif qui sera « amorti » sur de multiples cycles d’exploitation.

Par conséquent, les immobilisations devraient être financées à plus long terme. Pour y parvenir, certains producteurs élaborent un plan pluriannuel qui tient compte de l’équipement agricole qu’ils devront remplacer ‑ habituellement dans les cinq prochaines années. Souvent appelé budget d’investissement, ce plan est adapté lorsque les circonstances changent, mais ces projections peuvent éclairer la planification des flux de trésorerie.

Considérations liées à la commercialisation et à l’achat

En général, les exploitations laitières, avicoles et porcines commercialisent leur production de manière régulière. Les éleveurs-naisseurs et les producteurs de cultures commerciales jouissent d’une plus grande flexibilité et peuvent essayer de planifier leurs ventes de manière à bénéficier des meilleurs prix possible. Il arrive parfois que les récoltes soient entreposées pendant des mois, voire des années. Cette pratique de conservation des stocks peut permettre d’augmenter vos profits, mais il faut toutefois tenir compte de tous les coûts associés à l’entreposage du grain.

Or, le maintien hors marché des produits agricoles n’est faisable que si cela respecte le plan de trésorerie. En contrepartie, vous pourriez être contraint de commercialiser votre produit à n’importe quel prix parce que vous manquez de liquidités. La planification de votre trésorerie peut vous permettre d’éviter cette situation.

Si vous êtes un producteur céréalier et que l’analyse de votre trésorerie montre que vous devez vendre peu de temps après la récolte pour respecter vos engagements au titre des dépenses, vous pouvez décider à l’avance de ce qui sera vendu et de ce qui fera l’objet d’un contrat à terme. Si vous ne planifiez pas et que vous découvrez que vous devez vendre rapidement, les options de commercialisation qui s’offrent à vous seront sans doute moins attrayantes.

Comme le dit le vieil adage, l’argent est roi. C’est pourquoi la planification de trésorerie occupe une place si importante dans la planification financière des exploitations agricoles. L’état des flux de trésorerie consigne vos antécédents. Le budget de trésorerie permet de se projeter dans l’avenir. Pour terminer, voici trois mesures que vous pouvez prendre dès aujourd’hui :