Passer au contenu principal

Tirer le meilleur parti des réunions hivernales

  • 3 min de lecture

La saison des conférences hivernales bat son plein. Devant la multitude de sujets brûlants à débattre, les producteurs peinent à choisir l’événement auquel ils veulent assister.

« Je recommande toujours aux producteurs de privilégier les conférences inspirantes, qui correspondent à leurs champs d’intérêt, que ce soit l’agronomie, les finances, les échanges commerciaux ou n’importe quoi d’autre », dit Bernie McClean, producteur de la Saskatchewan et président de la Canadian Canola Growers Association. « Les sujets à aborder sont nombreux cette année. »

Privilégiez les conférences inspirantes.

S’il attache de l’importance aux discussions sur l’industrie, M. McClean accorde la priorité aux expériences et aux moments vécus en famille. C’est pourquoi il s’efforce, dans la mesure du possible, d’assister aux conférences en compagnie de son épouse Cara. En dehors de la ferme, Cara est une professionnelle des finances. C’est un des sujets qui l’incitent à assister à ces réunions, et cela lui donne l’occasion de socialiser avec d’autres producteurs.

« Au cours des bonnes et des moins bonnes années, il est encourageant d’entendre ce qui se passe dans l’industrie et ce que vivent les autres », dit-elle.

L’importance de la solidarité

Jan VanderHout, vice-président du Conseil canadien de l’horticulture, dirige une exploitation serricole familiale à Waterdown, en Ontario. Les membres de la famille et les employés se répartissent les tâches et prennent la relève lorsque quelqu’un assiste à une réunion.

« Il est important d’assister à des réunions, mais le jeu n’en vaut pas la chandelle si votre absence nuit à votre ferme. Vous ne pouvez pas toujours lâcher le gouvernail. »

À l’occasion, M. VanderHout profite de ces voyages pour voir du pays, mais habituellement, il se contente de tirer le maximum de la réunion.

« J’aime bien faire un aller-retour rapide. Si la réunion dure une journée et demie, je ne m’absenterai pas de la ferme plus longtemps que cela. »

Privilégier les conférenciers de renom et les occasions de réseautage

Selon Jeff Nielsen, producteur de l’Alberta et président des Producteurs de grains du Canada, une bonne réunion comporte plusieurs volets intéressants pour les producteurs. Mais en ce qui le concerne, ce sont les conférenciers et les occasions de réseautage qui dictent ses choix.

C’est également le cas de Cherilyn Jolly-Nagel, productrice de la Saskatchewan et directrice internationale du Global Farmers Network.

« Pour moi, le réseautage a toujours été le véritable intérêt des activités d’apprentissage hivernales. Toutefois, maintenant que je suis conférencière, j’ai plus souvent tendance à examiner minutieusement l’ordre du jour des réunions. »

Certains événements comme la conférence March Classic des Producteurs de grains de l’Ontario ont acquis la réputation de réunir d’éminents conférenciers, comme le comédien Rick Mercer et l’astronaute Chris Hadfield, pour attirer un large éventail de producteurs, quel que soit leur sexe ou leur âge.

M. Nielsen espère que les participants puisent de la motivation dans ces réunions de producteurs et qu’ils sont incités à s’impliquer davantage dans leurs organisations.

« Nous avons besoin de voix dans tous les domaines, et une réunion est l’occasion de se faire entendre. Après tout, c’est votre contribution qui soutient cette organisation. Certains producteurs craignent de devoir jouer un rôle qu’ils n’avaient pas prévu de jouer s’ils assistent à ces réunions, mais c’est vous qui décidez de la mesure dans laquelle vous participez. Une réunion est l’occasion de voir comment fonctionne cette organisation avant d’aller plus loin. »

En conclusion

Des habitués du circuit des réunions et des conférences agricoles recommandent aux producteurs de privilégier leurs champs d’intérêt, les priorités de leur exploitation, les meilleurs conférenciers et le réseautage afin de tirer le meilleur parti de ces événements. Ne vous abstenez pas d’y assister par crainte de devoir accomplir un travail bénévole qui vous rebute. Voyez-y plutôt une occasion de découvrir comment fonctionne l’organisation. Veillez aussi à ce qu’un membre de la famille ou un bon employé vous remplace à la ferme pour que l’entreprise puisse poursuivre ses activités normalement.

Article par : Owen Roberts