Passer au contenu principal

Tirer le meilleur parti des données numériques à la ferme

  • 2,5 min de lecture

À une époque où la comptabilité, la tenue de registres des animaux d’élevage et la consignation de données sur les intrants de culture s’effectuent de moins en moins sur papier, il est essentiel de s’adapter à l’ère numérique.

Evan Shout, directeur général et cofondateur de Maverick Ag, une société d’experts-conseils spécialisée en gestion du risque de la Saskatchewan, indique qu’en général, les producteurs refusent d’adopter la technologie et les données pour trois raisons : ils pensent que ce sera trop difficile, doutent de l’efficacité par rapport au coût et n’y voient aucun avantage concret.

La simplicité avant tout

Le virage numérique peut être intimidant après des décennies de gestion manuelle. Toutefois, rien n’oblige les producteurs à passer au tout numérique du jour au lendemain.

M. Shout leur recommande de réfléchir à un ou deux aspects de leur entreprise qu’ils pourraient convertir au numérique, comme la tenue des comptes au moyen d’un logiciel.

Il ajoute que pour se simplifier la vie, il suffit de demander de l’aide à quelqu’un qui connaît la plateforme envisagée, opinion que partage Emmett Sawyer, jeune agriculteur passionné de technologie et de données.

« N’utilisez que les plateformes avec lesquelles vous êtes à l’aise », conseille M. Sawyer, qui souligne la nécessité de tenir compte des niveaux d’aptitude et d’aisance.

Coût-efficacité

Beaucoup croient, à tort, que la technologie et les données exigent un investissement important, à l’instar de la machinerie agricole, alors qu’en réalité, des données faciles d’accès peuvent vous aider à prendre de meilleures décisions. 

Des données faciles d’accès peuvent vous aider à prendre de meilleures décisions.

L’information financière préparée en vue de la production de votre déclaration de revenus peut vous aider à obtenir des gains d’efficience à la ferme si vous les analysez attentivement, illustre M. Shout.

Beaucoup de producteurs n’attachent pas autant de valeur à cette information qu’aux données recueillies par leurs machines. Pourtant, ils pourraient en tirer de grands avantages sur le plan de l’efficacité.

Avantages concrets

Vous disposez sans doute déjà de données recueillies par l’équipement, mais encore faut-il savoir les extraire et les analyser.

Le temps consacré aux réparations, par exemple, est une donnée précieuse. M. Shout ajoute que certains producteurs, convaincus de ne pas savoir comment accéder aux données enregistrées, pourraient être désavantagés; ils peuvent toutefois obtenir de l’aide.

« Il n’est pas nécessaire d’analyser soi-même les données. Chaque jour, de nouvelles plateformes apparaissent, et le nombre de conseillers et de spécialistes capables d’analyser vos données ne cesse d’augmenter. »

En conclusion

L’adoption de plateformes numériques à la ferme et l’acquisition des compétences nécessaires pour en tirer parti exigent une approche pondérée. Allez-y progressivement, en commençant peut-être par la comptabilité, et étendez le numérique à d’autres aspects de la ferme. Examinez vos données existantes pour déceler des possibilités de réduire vos coûts, et demandez de l’aide pour ce qui est du transfert, de la collecte et de l’analyse des données.

Article par : Craig Lester