Passer au contenu principal

Comment effectuer un test de pression de votre plan stratégique pour assurer le succès de votre exploitation agricole

  • 6,5 min de lecture

Une fois que vous avez déterminé la vocation de votre entreprise et développé sa vision, sa mission et ses principes directeurs, il est temps de passer à l’étape suivante, la planification. C’est à ce moment-là que vous déployez des efforts concertés pour comprendre dans quel contexte votre entreprise agricole s’apprête à évoluer en ce qui concerne le contexte commercial et la logistique dans le but de concrétiser vos objectifs agricoles.

La plupart des exploitations agricoles foisonnent d’idées et d’objectifs, comme vous l’avez probablement constaté en travaillant sur votre vision et votre mission, mais pour se concrétiser, ces idées et ces objectifs doivent être bien ancrés et soumis à un test de pression.

Utilisez l’analyse FFOM (forces, faiblesses, opportunités et menaces) pour évaluer votre entreprise et votre contexte d’exploitation

Les agriculteurs peuvent emprunter de nombreuses voies pour mieux comprendre leurs objectifs et les moyens de les atteindre. La première étape consiste souvent à procéder à une analyse FFOM – Forces, Faiblesses, Opportunités et Menaces, pour obtenir un portrait global de votre exploitation.

Cet exercice bien connu vous offre, quel que soit votre secteur d’activité, la possibilité de relever tous les détails pertinents qui peuvent avoir une incidence sur votre organisation.

Forces

La première lettre, et sans aucun doute la plus importante sur laquelle vous devez vous concentrer, est le « F ». Lorsque vous comprenez quelles sont vos forces, vous pourrez mieux les exploiter, gérer les relations existantes et créer de nouvelles occasions. Souvent, une entreprise se construit autour du « F » durant des générations de praticiens et donc en accumulant des connaissances institutionnelles, ou grâce à quelqu’un de très informé et déterminé ayant des objectifs clairs en tête. Souvent, nous constatons aussi que les forces d’une organisation sont inhérentes à son énoncé de mission.

Exemple d’une exploitation agricole : Morgan Smallman est un producteur de pommes de terre de sixième génération à Knutsford, à l’Île‑du‑Prince‑Édouard (en anglais seulement). Le fait de faire partie d’une exploitation de culture de pommes de terre qui date du début des années 1800 lui confère une connaissance inégalable de ses terres agricoles. La culture des pommes de terre, c’est son métier.

La profonde compréhension de Morgan Smallman et de sa famille pour la terre, l’agronomie et les conditions météorologiques locales leur assure une exploitation rentable pour les années à venir.

Faiblesses

Le deuxième « F » est également un outil utile pour aborder et gérer les aspects qui auraient dû faire l’objet d’une attention particulière depuis longtemps, voire d’une refonte complète. En connaissant les faiblesses de votre exploitation, vous pouvez commencer à définir les mesures à prendre pour la renforcer. Toutefois, ce n’est pas parce que vous cernez une faiblesse qu’il faut nécessairement la corriger. Parfois, il est tout aussi important de reconnaître et d’accepter une faiblesse pour exploiter d’autres occasions ou privilégier d’autres secteurs d’intervention. Cette prise de conscience peut s’avérer précieuse lorsque tant d’autres choses échappent à votre contrôle.

Exemple d’une exploitation agricole : Un agriculteur dont la capacité de stockage à la ferme est limitée n’aura peut‑être pas la possibilité de stocker les céréales aussi longtemps qu’il le voudrait jusqu’à la commercialisation des récoltes. Cette restriction pourrait le contraindre à vendre à un prix inférieur à celui qu’il souhaitait. Sa faiblesse provient du fait qu’il manque d’espace de stockage.

Opportunités

C’est ce qui échappe à notre contrôle. Un agriculteur peut disposer de l’emplacement idéal en raison de sa proximité avec une importante population à laquelle il peut vendre directement, une ligne ferroviaire pour l’expédition ou une source d’eau pour la production. Quoi qu’il en soit, cela vaut la peine de procéder à une évaluation de l’exploitation pour déterminer les avantages dont vous bénéficiez déjà. Vous chercherez à tirer parti de tout avantage stratégique lorsque vous élaborerez votre stratégie après avoir lu les prochains articles.

Exemple d’une entreprise agroalimentaire :

Your Farm Market (en anglais seulement) de Woodstock, en Ontario, est un marché de produits saisonniers qui a acquis une grande popularité au fil des ans. On y trouve des œufs frais, des fruits, des légumes et d’autres produits cultivés localement.

Ce marché présente deux possibilités ou avantages stratégiques :

  1. Son emplacement. Il est idéalement situé entre Brantford et London, pour desservir des centaines de milliers de consommateurs. La deuxième vitrine du centre‑ville de Toronto bénéficie d’une circulation piétonne relativement importante et ininterrompue.
  2. De nombreux Canadiens préfèrent désormais les aliments locaux produits de manière durable. La plupart des exploitations des personnes qui vendent sur le marché de Woodstock se trouvent à moins de 45 minutes du marché; on ne peut pas faire plus local en matière de marché.

Menaces

Quel que soit le secteur de production agricole dans lequel une personne travaille, les menaces, souvent appelées « risques », sont omniprésentes. Toutefois, leur apparence n’est pas toujours aussi évidente qu’un cas de mildiou dans un verger de pommiers. La menace peut prendre une forme plus subtile, par exemple un pays importateur qui modifie ses normes phytosanitaires ou la coupure d’importantes routes d’expédition, comme le monde en a récemment été témoin.

Des ressources telles qu’AgriRéponse, AgriBouclier et Racines du succès sont des exemples de programmes nationaux de gestion des risques qui sont mis à la disposition des agriculteurs et qui proposent des ressources pour vous aider dans plusieurs aspects de votre travail : affaires, production, ressources humaines, finances, marchés, gestion, protocoles de biosécurité et bien plus encore. Comprendre, définir et prendre des mesures pour atténuer les risques, voilà ce que toutes les exploitations agricoles prospères ont en commun. L’exposition au risque ne disparaît jamais. Les risques réapparaissent simplement sous des formes différentes.

Exemple d’une exploitation agricole régionale : Au cours de l’hiver 2020‑2021, les agriculteurs des Prairies ont observé des chutes de neige relativement faibles suivies d’un printemps inhabituellement chaud, ce qui les a exposés à un plus grand risque de sécheresse en raison des conditions extrêmement arides. Cette menace diffère selon la région et le type de culture, mais il faut y faire face.

Remarque sur l’atténuation des risques : Les agriculteurs peuvent certes contrôler certains facteurs, mais ils ne peuvent pas tout contrôler. C’est pour cette raison qu’ils doivent être prêts à faire face aux éventualités les plus courantes et, dans une certaine mesure, à celles qui le sont moins.

Essayez l’analyse FFOM. Rassemblez votre équipe dans une salle, représentez les quatre cases de l’analyse sur un tableau et travaillez ensemble pour les remplir. Les différents points de vue que vous obtiendrez pourraient s’avérer utiles pour cet exercice. Vous pouvez aussi faire appel à certains de vos conseillers.

Demandez l’aide d’un conseiller tiers

L’aide professionnelle d’un conseiller ou d’un facilitateur tiers peut vous aider à éclaircir certains points et à résoudre les problèmes. Tout comme un comptable, un vétérinaire ou un agrologue, les conseillers tiers jouent un rôle essentiel en fournissant des évaluations et des avis impartiaux sur votre exploitation et son avenir.

Les conseillers constituent une ressource importante, car ils offrent certains moyens dont nous, en tant qu’exploitants agricoles, ne disposons tout simplement pas.

  1. Ils sont indépendants de votre exploitation et de son activité. Le fait d’être sollicités ne suscite chez eux pratiquement aucune émotion connexe, ce qui leur donne donc l’avantage d’examiner une situation sans préjugé. Ce détachement permet souvent de clarifier une situation.
  2. Chaque conseiller a une expérience propre à chaque domaine qui est plus approfondie que la nôtre. C’est pourquoi nous faisons appel à eux en premier lieu. Qu’il s’agisse d’un agriculteur qui fait la même chose que vous, mais depuis plus longtemps, ou d’un spécialiste du capital‑risque, les conseillers sont souvent des experts en la matière qui possèdent une connaissance très avancée d’un domaine particulier. Nous faisons donc appel à ces spécialistes avec un objectif précis en tête.

L’agriculture est un secteur exposé à des risques considérables et la plupart des exploitations qui réussissent le mieux font appel aux services d’un, voire de plusieurs conseillers externes. Le fait que ces personnes ne fassent pas partie de notre ferme nous aide à comprendre tous les rouages extérieurs et à placer les informations dans un contexte à partir duquel on peut travailler. Elles nous aident à prendre les décisions que nous envisageons en nous donnant les feux verts, jaunes et rouges.

Au fur et à mesure que les exploitants agricoles progressent avec l’aide de ces personnes extérieures, il arrive que ces dernières adoptent un rôle plus officiel, souvent dans le cadre d’un conseil d’administration. Le fait de disposer d’un groupe officiel de personnes extérieures à qui vous rendez des comptes ou avec lesquelles vous êtes en contact permanent confère un caractère plus responsable et plus professionnel à votre exploitation et à sa stratégie globale.

Essayez une matrice des « connus/inconnus »

Si votre exploitation agricole vend directement au consommateur, que signifie pour vous la pandémie de COVID‑19? Si vous êtes un producteur de canola, que signifient les différends commerciaux pour vos décisions d’achat de semences? En tant que gestionnaire d’exploitation agricole, si un membre de votre personnel part en congé de maternité, de maladie ou d’invalidité de longue durée, comment allez-vous vous y prendre pour trouver un remplaçant adéquat pendant son absence?

L’utilisation d’une matrice des « connus/inconnus » est une façon de mieux nous préparer à ces éventualités. Elle souligne simplement qu’il y a des choses que nous pouvons savoir, contrairement à d’autres. Elle montre également que les gestionnaires d’exploitations agricoles sont autant dans la gestion des problèmes qu’un professionnel des RH.

En examinant la matrice des « connus/inconnus », vous pourrez peut‑être mieux vous préparer aux éventualités courantes et même à celles qui le sont moins. Vous pouvez prendre les éléments que vous trouverez dans cet exercice et les transposer dans votre analyse FFOM.

Essayez votre propre matrice des « connus/inconnus »

Prochaines étapes

L’objectif à ce stade est de tester la réalité. Cela signifie que vous devez acquérir une compréhension approfondie de votre situation actuelle, de vos activités et de votre environnement. La réalisation d’une analyse FFOM et d’une matrice des « connus/inconnus » vous renseigne et vous permet de cerner vos avantages stratégiques. Dans le prochain article, nous tirerons parti de ces avantages stratégiques alors que vous créerez votre approche stratégique.