<img height="1" width="1" src="https://www.facebook.com/tr?id=806477592798641&ev=PageView&noscript=1"/>

Tendances économiques 2023 : sucre et produits de confiserie

4,5 min de lecture

Ces renseignements proviennent du Rapport 2023 sur le secteur des aliments et des boissons de FAC qui présente les possibilités et les défis des secteurs de la transformation alimentaire au Canada. Pour en savoir plus, consultez l’intégralité du rapport.

La croissance des ventes et des marges devrait être faible en 2023

L’équipe des Services économiques FAC prévoit une baisse de 1,3 % des ventes du secteur du sucre et des produits de confiserie en 2023 (figure B.1).

Figure B.1 : Les ventes de sucre et de produits de confiserie devraient diminuer en 2023
Graphique montrant les ventes de sucre et de produits de confiserie devraient diminuer en 2023

Sources : Services économiques FAC, Statistique Canada, Barchart, Moody’s Analytics

Le rythme de croissance des ventes a considérablement ralenti vers la fin de 2022 après une augmentation de 25 % au deuxième trimestre et une autre de 10 % au troisième trimestre. À mesure que 2023 avancera, nous nous attendons à ce que la croissance des volumes de ventes varie entre faible et négative. La croissance des volumes d’exportation devrait ralentir considérablement en raison d’une diminution de la demande des États-Unis, ce qui nuirait aux ventes en 2023. Nous prévoyons une baisse des prix du sucre en raison de la forte production de sucre brut du Brésil qui perturbe l’équilibre entre l’offre et la demande mondiales et provoque un excédent.

Nous prévoyons également un léger affaiblissement des marges brutes en 2023 (figure B.2). Le coût des matières premières a augmenté de 29 % en 2022, en raison du taux de change plus faible qui a rendu le sucre importé plus dispendieux. D’autres produits de base, comme le beurre, le cacao et les matériaux d’emballage ont aussi enregistré des hausses de prix. L’inflation des prix des intrants devrait s’atténuer en 2023, mais les coûts dépasseront tout de même les augmentations potentielles des prix de vente. Il est possible que les marges s’améliorent dans le courant de l’année si la valeur du dollar canadien s’apprécie.

Figure B.2 : Les marges brutes du secteur du sucre et des produits de confiserie devraient diminuer en 2023
Graphique montrant les marges brutes du secteur du sucre et des produits de confiserie devraient diminuer en 2023

Sources : Services économiques FAC, Statistique Canada

Facteur déterminant : une année normale pour les ventes des fêtes

En 2022, les ventes ont progressé de plus de 15 % sur 12 mois pour s’établir à 5,2 milliards de dollars (tableau B.1). Grâce à une hausse de 8 % des prix et à un rebond des volumes découlant des services alimentaires et de la forte demande du temps des fêtes, l’année 2022 a été la deuxième année consécutive au cours de laquelle les ventes ont crû de plus de 15 %. Le chocolat s’est classé dans la tranche supérieure de 10 % en ce qui a trait à l’augmentation totale du volume de vente en épicerie, toutes catégories d’aliments et de boissons confondues.

Tableau B.1 : L’augmentation des volumes a stimulé les ventes en 2022
Tableau indiquant l’augmentation des volumes a stimulé les ventes en 2022

Source : Statistique Canada

Les choix sains demeurent une tendance importante au Canada, mais selon Mondelez, 78 % des gens trouvent « plus important que jamais de trouver des moments dans la journée pour se faire plaisir ». En 2022, les Canadiens ont pris cette philosophie à cœur en célébrant pleinement toutes les fêtes traditionnelles pour la première fois en trois ans.

Selon des données publiées par Nielsen IQ, les ventes de sucre et de produits de confiserie en épicerie ont augmenté de 6 % en glissement annuel en 2022, dépassant de 5 % la croissance des ventes totales d’aliments. Les volumes ont diminué de 1 % dans l’ensemble, mais nous avons observé des gains dans plusieurs catégories, notamment celles de la gomme à mâcher (11 %), des friandises glacées à base de jus (6 %), des mélanges pour boissons (4 %), ainsi que des bonbons et du chocolat (2 %). Les produits plus dispendieux, comme le sirop d’érable (-9 %) et les succédanés du sucre (-20 %), ont enregistré les baisses de volumes les plus marquées. Les volumes de sucre raffiné ont reculé de moins de 1 %, et l’inflation des prix s’est établie à 10 %.

Les droits antidumping imposés sur le sucre importé en provenance des États-Unis et de l’Union européenne raréfient les stocks nationaux de sucre à la disposition des transformateurs. Les importations de produits de confiserie provenant des États-Unis ont augmenté de 11 % en glissement annuel en 2022. Les importations de sucre transformé se sont accrues de 22 % sur douze mois et provenaient principalement du Guatemala et du Salvador. Les exportations de chocolat ont grimpé de 14 % en glissement annuel. Pour la deuxième année, la croissance des importations a dépassé celle des exportations totales de sucre et de produits de confiserie.

En résumé
  • La consommation de sucre et de produits à base de sucre par personne est en baisse. Toutefois, la demande de friandises se maintiendra et l’augmentation de la population au pays donnera lieu à des occasions de croissance.

  • Le volume des importations de produits de confiserie des États-Unis démontre que les possibilités de répondre à la forte demande de friandises sont bien réelles.

  • Il y a également un potentiel de croissance sur les marchés internationaux, étant donné l’accroissement mondial des revenus disponibles.

À suivre
Pourquoi le développement durable est-il toujours d’actualité dans le secteur de la transformation alimentaire?
4 min de lecture

Les consommateurs et les clients du secteur de la transformation des aliments et des boissons obligent tous les acteurs de l’industrie alimentaire à comprendre l’importance du développement durable.