<img height="1" width="1" src="https://www.facebook.com/tr?id=806477592798641&ev=PageView&noscript=1"/>

Tendances économiques 2023 : préparation de poissons et de fruits de mer

3 min read

Ces renseignements proviennent du Rapport 2023 sur le secteur des aliments et des boissons de FAC qui présente les possibilités et les défis des secteurs de la transformation alimentaire au Canada. Pour en savoir plus, consultez l’intégralité du rapport.

La demande demeure vigoureuse malgré une année difficile

L’équipe des Services économiques FAC prévoit une hausse de 9,8 % sur 12 mois des ventes du secteur de la préparation et du conditionnement de poissons et de fruits de mer en 2023, mais celles-ci resteront inférieures de 5 % au niveau de 2021.

Figure F.1 : Les ventes du secteur des poissons et des fruits de mer devraient augmenter d’un peu moins de 10 %
Graphique montrant les ventes du secteur des poissons et des fruits de mer devraient augmenter d’un peu moins de 10 %

Sources : Services économiques FAC, Statistique Canada, Barchart, Moody’s Analytics

La croissance des ventes devrait être anémique pendant le premier semestre de l’année avant de prendre de la vigueur au cours de l’été. Nous nous attendons à ce que la croissance des ventes soit stimulée principalement par l’épuisement des stocks historiquement élevés, l’augmentation des exportations de homard et de crabe vers les États-Unis et la Chine, de même que la forte demande de saumon de la part des États-Unis et du Royaume-Uni. Le ratio des stocks aux ventes s’est chiffré en moyenne à 171 % en 2022, ce qui en fait le plus élevé jamais enregistré. Nous nous attendons à voir une amélioration de la demande au détail de poissons et fruits de mer au pays en 2023 après l’année difficile que fut 2022 en raison de l’inflation alimentaire élevée.

L’offre est difficile à prévoir, car les politiques de conservation de la vie marine évoluent constamment et font l’objet d’examens. Les décisions en matière de politiques peuvent avoir une incidence importante sur les ventes, ce qui rend les prévisions incertaines. Cependant, nous nous attendons à ce que les volumes de ventes augmentent en 2023 grâce à une forte demande mondiale.

Cette forte demande devrait améliorer les marges brutes en 2023 (figure F.2). Nous prévoyons une diminution de notre indice de suivi des prix du poisson cru, des crustacés et des mollusques. De plus, nous nous attendons à ce que les prix à l’exportation des poissons et fruits de mer transformés demeurent relativement élevés en 2023 en raison de la faiblesse du dollar canadien, ce qui serait positif pour les marges. Les coûts liés à la main-d’œuvre en pourcentage des ventes devraient aussi diminuer légèrement.

Figure F.2 : Les marges du secteur des poissons et des fruits de mer ont diminué en 2022, mais elles devraient s’améliorer en 2023
Graphique montrant les marges du secteur des poissons et des fruits de mer ont diminué en 2022, mais elles devraient s’améliorer en 2023

Sources : Services économiques FAC, Statistique Canada

Facteur déterminant : Une production moins importante se traduit par une diminution des exportations

Les ventes du secteur de la préparation et du conditionnement de poissons et de fruits de mer ont chuté de près de 14 % en 2022 (tableau F.1) en raison d’une diminution des exportations. Les volumes d’exportation de saumon, de homard et de crabe ont diminué par rapport à l’année précédente et la fermeture d’une usine de transformation de saumon à Surrey a eu des répercussions directes sur les ventes. Sur la côte est, de nombreux exploitants ont été sévèrement touchés par l’ouragan Fiona.

Tableau F.1 : Des exportations moins importantes ont entraîné une baisse des ventes en glissement annuel
Tableau indiquant des exportations moins importantes ont entraîné une baisse des ventes en glissement annuel

Source : Statistique Canada

Les États-Unis ont accru leurs importations de poissons et de fruits de mer de 1 % en 2022, mais leurs importations de produits canadiens ont diminué de 9 %. L’un des écarts les plus importants touche le saumon; bien que les États-Unis aient augmenté de 3 % la quantité de saumon (frais et préparé/surgelé) importée, les importations de saumon canadien ont chuté de 13 %. Les États-Unis ont importé davantage de produits du Chili, de la Norvège et du Danemark en raison de la baisse des stocks canadiens. La diminution des importations de crustacés en provenance des États-Unis découle d’un affaiblissement de la demande; les importations totales ont chuté de 19 % et les importations de crustacés canadiens ont reculé de 12 %.

De plus, la baisse des ventes en épicerie à l’échelle nationale n’a pas aidé. Selon des données publiées par Nielsen IQ, les volumes de ventes en épicerie de poissons et de fruits de mer ont diminué de 11 % en glissement annuel. Pendant cette période de forte inflation, les prix plus élevés des poissons et fruits de mer comparativement à ceux des autres protéines ont nui aux ventes. La seule catégorie qui a affiché une croissance positive de son volume est celle des sushis, tandis que le volume des poissons et fruits de mer frais a chuté de 19 %. Le volume de saumon et de thon en conserve a reculé de 4 % et le volume des poissons et fruits de mer surgelés a diminué de 9 %.

En résumé
  • La demande provenant des services alimentaires et des marchés d’exportation est un élément indispensable à la prospérité du secteur canadien des poissons et des fruits de mer.

  • Ces deux canaux présentent de nombreuses occasions d’augmenter le volume des ventes, surtout pour les produits de luxe tels que le saumon, le homard et le crabe.

  • Des vents contraires nuisent à la production, mais la demande mondiale de poissons et de fruits de mer issus de la pêche durable au Canada demeure très vigoureuse.

À suivre
Tendances économiques 2023 : produits de viande

L’équipe de Services économiques FAC prévoit une hausse de 2,5 % des ventes des transformateurs canadiens de produits de viande en 2023.