Passer au contenu principal

Le suivi des parcs de véhicules et le géorepérage

  • 5,5 min de lecture

La technologie GPS est profondément ancrée dans les pratiques de guidage et d’agriculture de précision, mais elle possède de nombreuses autres fonctionnalités adaptées à l’équipement, au bétail et aux personnes.

Le suivi des parcs de véhicules

Si vous avez déjà utilisé le service de voiturage Uber, vous savez qu’un de ses grands avantages est la capacité de déterminer l’emplacement exact des véhicules Uber les plus près sur une carte en temps réel à l’aide de votre téléphone intelligent. On est à des années-lumière des taxis traditionnels que l’on devait appeler et attendre. 

Les entreprises de camionnage et les services de messagerie utilisent la technologie de suivi de parcs de véhicules par GPS depuis des années. Elles s’en servent pour déterminer la position de tous les véhicules et obtenir des renseignements sur la logistique des voyages, la vitesse de déplacement, l’économie de carburant et l’état de l’entretien, entre autres choses.

Le suivi et le contrôle des parcs de véhicules par GPS présentent des avantages similaires pour les gestionnaires d’exploitations agricoles et les concessionnaires d’équipements et permettent de prévenir les vols en désactivant l’équipement en question si quelqu’un tente de le déplacer. Les grands fabricants offrent l’abonnement à des services exclusifs de suivi de parcs de véhicules qui s’intègrent au matériel de guidage et d’agriculture de précision dans les tracteurs, les pulvérisateurs, les moissonneuses-batteuses, et autres équipements. Ces fonctionnalités vont bien au-delà de la simple localisation ou de la protection antivol. Les exploitants agricoles peuvent notamment surveiller la performance du moteur, le rendement, la productivité par heure, et ce, en temps réel et de n’importe quel endroit.

Certains fabricants s’associent avec des entreprises pour offrir des services de suivi des parcs de véhicules. Kubota, par exemple, s’est associée avec Cellutrak. Les concessionnaires utilisent le repérage par GPS et le service de prévention des vols lorsque le matériel est sur leur terrain, et les acheteurs peuvent conserver l’abonnement comme option après l’achat.

De plus, il est possible, par l’entremise du marché de l’après-vente, de se procurer des dispositifs conçus spécialement pour l’agriculture et de les utiliser sur de l’équipement ou des objets qui sont dépourvus de la fonction de repérage par GPS. BeeSecure, une entreprise située à Saskatoon, offre un petit dispositif de repérage alimenté par piles qui s’installe discrètement sur de l’équipement, des VTT ou même des ruches. Les piles ont une durée de vie d’un maximum de quatre ans, et le service fonctionne grâce à une application Web adaptée aux téléphones intelligents qui permet aux utilisateurs de contacter les services de police pour leur transmettre la dernière position connue de l’objet volé.

Le géorepérage

Le géorepérage est une composante de la technologie de repérage par GPS qui a de nombreuses applications en agriculture. Elle est d’ailleurs déjà utilisée dans d’autres secteurs. Certains terrains de golf ont recours au géorepérage pour s’assurer que les golfeurs ne conduisent pas les voiturettes en dehors des zones permises (trop près des verts, dans les fosses de sable ou dans des zones écosensibles). Si c’est le cas, la voiturette s’éteint et le conducteur doit faire marche arrière.

Il est facile de créer ou de tracer des périmètres virtuels à l’aide d’un ordinateur ou d’un appareil mobile et de définir des règles.

L’une des utilisations potentielles du géorepérage serait l’installation de capteurs GPS sur les étiquettes ou les colliers du bétail lorsqu’il se trouve dans un pâturage non clôturé. Si un animal traverse une borne GPS désignée, l’éleveur est alerté et peut donc prendre les mesures appropriées pour reconduire le bétail dans son périmètre.

Le géorepérage et le suivi par GPS comportent des avantages en matière de sécurité. En fait, il est possible de créer un périmètre virtuel autour d’obstacles sur le terrain, comme des pylônes électriques, des fossés, des arbres ou toute autre chose qui pourrait nuire au déplacement de la machinerie autoguidée ou robotisée. Le géorepérage permet notamment d’éviter qu’un tracteur ou un pulvérisateur entre en collision avec un obstacle lorsque l’opérateur n’est pas conscient de sa présence ou qu’il est distrait.

Une autre utilisation récente du géorepérage est le contrôle des entrées dans des champs ou des bâtiments qui peuvent présenter un danger pour les employés ou pour d’autres personnes. Si un champ vient de subir un traitement insecticide, il est possible de créer un périmètre virtuel autour de celui-ci. De cette façon, si un employé, un dépisteur ou un agronome tente de s’introduire dans le champ, une application mobile enverra une alerte le prévenant qu’il ne pourra pas examiner le champ avant 24 heures.

Les éleveurs qui ont des préoccupations liées à la biosécurité peuvent également recourir à des services GPS comme Farm Health Guardian, un logiciel et une application mobile conçus à Guelph, qui permettent aux agriculteurs de créer des périmètres virtuels autour de leurs exploitations. Ces derniers sont avertis chaque fois qu’un véhicule traverse le périmètre et un registre des visiteurs, dont les employés, les consultants, les vétérinaires et les membres de la famille, est créé automatiquement. Ce système est particulièrement utile en cas d’éclosion de maladie, car il permet d’avertir immédiatement les visiteurs et de contrôler leurs allées et venues dans le but d’éviter tout risque de contagion.

Des différences de fonctionnalité existent entre les divers services et progiciels de gestion de parcs de véhicules par GPS et de géorepérage. Toutefois, il est généralement facile de créer ou de tracer des périmètres virtuels à l’aide d’un ordinateur ou d’un appareil mobile et de définir des règles. Par exemple, un agriculteur ou une entreprise peut établir une règle selon laquelle une alerte est envoyée si un appareil est démarré ou déplacé un dimanche; l’appareil sera alors immédiatement éteint. Une autre règle pourrait générer une alerte si l’équipement quitte une zone prédéfinie sur la terre de l’agriculteur.

Cette technologie est très polyvalente et il est de plus en plus facile pour les développeurs de l’adapter à toutes les situations. Grâce à elle, les programmeurs arrivent à combiner des données de localisation par GPS avec d’autres fonctionnalités. De plus, elle s’intègre à merveille à l’Internet des objets, où tout peut être contrôlé à distance. Vous pourriez, par exemple, créer autour de votre atelier un périmètre virtuel qui détecte votre téléphone intelligent. Aussitôt que vous ou les autres utilisateurs enregistrés arrivez dans le périmètre, les lumières de l’atelier s’allument et la porte se déverrouille. Puis, dès que vous quittez le périmètre, les lumières s’éteignent et la porte se verrouille. Il s’agit d’un exemple assez simple, mais nous verrons de plus en plus de logiciels et de services qui permettent de créer des règles et d’effectuer des actions en temps réel au moyen de données de localisation.

D’après un article de l’AgriSuccès par Peter Gredig.


Voir aussi

Chaque exploitation agricole a besoin d’un responsable de la technologie qui aidera l’équipe à faire les meilleurs choix et à tirer le meilleur parti des avancées technologiques.

L’adoption d’une technologie, qu’elle soit nouvelle ou non, peut être décourageante. Voici quelques conseils stratégiques pour vous aider à tirer le meilleur parti de la technologie à la ferme.