<img height="1" width="1" src="https://www.facebook.com/tr?id=806477592798641&ev=PageView&noscript=1"/>

Les ventes d’équipement agricole au Canada ralentiront en 2024

15 nov. 2023
6 min de lecture

On prévoit un fléchissement des ventes d’équipement agricole neuf en 2024, ce qui s’explique par la hausse des taux d’intérêt, les prix élevés de l’équipement et la baisse des prix des produits de base, qui auront une incidence sur les décisions d’achat. Toutefois, la flotte d’équipement agricole montre des signes de vieillissement. Il s’agit d’une tendance à surveiller en 2024 et par la suite, car les concessionnaires risquent de connaître une hausse de la demande de service et de pièces.

Prévisions concernant les ventes d’équipement agricole neuf

Les ventes d’équipement agricole neuf devraient afficher une performance contrastée pour le reste de 2023 et en 2024 (tableau 1). La vigueur des ventes affichée en 2023 reflète le règlement des problèmes de la chaîne d’approvisionnement et les recettes des cultures records en 2022 et dans la première moitié de 2023. Les ventes de tracteurs de plus de 100 chevaux-puissance et de machines de faible puissance devraient diminuer en 2024, car les décisions d’achat reflètent un environnement caractérisé par une prudence accrue en raison des défis rencontrés par le secteur de l’élevage attribuables à la sécheresse dans l’Ouest canadien et au resserrement des recettes pour les secteurs du porc et du lait dans l’Est du Canada. Le ralentissement de l’économie canadienne réduira également la demande pour les tracteurs de faible puissance. Les ventes en dollars du secteur canadien de la fabrication de machines agricoles devraient terminer l’année en hausse en 2023, en raison de l’inflation des prix des matières premières utilisées dans la fabrication. Les fabricants de tracteurs à quatre roues motrices et d’outillage (p. ex., les perceuses pneumatiques) ont fait face à des problèmes de livraison et à de faibles niveaux de stocks tout au long de 2023, ce qui explique en partie l’augmentation indiquée dans nos prévisions pour 2024.

Tableau 1 : Croissance des ventes d’équipement
Le tableau 1 montre la croissance des ventes d’équipement.

Sources : Association of Equipment Manufacturers, Statistique Canada et calculs effectués par FAC

Les stocks d’équipement ont augmenté mais les stocks de tracteurs à quatre roues motrices restent bas.

Les stocks de matériel neuf ont connu une hausse marquée en 2023 et correspondent maintenant à la moyenne sur cinq ans pour la plupart des catégories, alors que les ventes ont baissé et que les fabricants ont rattrapé leurs retards de livraison. Cependant, on s’attend à ce que les stocks de tracteurs à quatre roues motrices restent bas (figure 1).

Tandis que les ventes d’équipement neuf ralentiront, les niveaux de stocks continueront d’augmenter et reviendront plus près des niveaux d’avant la pandémie à mesure que les fabricants construisent de nouvelles unités. Les fabricants sont peu susceptibles d’ajuster les niveaux de production à court terme. La hausse des niveaux de stocks d’équipement neuf affectera le marché de l’équipement d’occasion.

Figure 1 : Les stocks de nouveaux tracteurs à quatre roues motrices devraient rester faibles
La figure 1 montre les niveaux de stocks historiques et prévus des tracteurs à quatre roues motrices.

Sources : Association of Equipment Manufacturers, prévisions des Services économiques FAC

Cette année, les ventes d’équipement d’occasion pour les moissonneuses-batteuses et les tracteurs à quatre roues motrices ont déjà diminué d’environ 20 %. Toutefois, le nombre de perceuses pneumatiques d’occasion vendues demeure élevé, soit une hausse de 26 % cette année qui s’explique par une diminution des livraisons de machines neuves et des échanges subséquents au cours des dernières années.

Tendances à surveiller en 2024
1. Inflation et taux d’intérêt

Les pressions inflationnistes sur les prix demeurent persistantes malgré la récente faiblesse économique, ce qui signifie que les taux d’intérêt demeureront probablement plus élevés pendant plus longtemps, ce qui pourrait modifier les cycles de remplacement de l’équipement. Cela a eu une incidence sur l’évolution des ventes d’équipement agricole, car les producteurs ont repoussé leurs décisions d’achat en attendant que les taux d’intérêt se stabilisent ou diminuent. Par ailleurs, plus d’espèces ont été utilisées dans les décisions d’achat en raison de la forte rentabilité enregistrée au cours des dernières années.

2. Âge de l’équipement agricole canadien

À mesure que les cycles de remplacement se prolongent, les ventes ralentiront et les niveaux de stocks augmenteront. Toutefois, l’âge de la flotte d’équipement est une tendance majeure. La vigueur des ventes pendant la période comprise entre 2008 et 2014 laisse entrevoir que la flotte de tracteurs à quatre roues motrices, de tracteurs de plus de 100 chevaux-puissance et de moissonneuses-batteuses commence à vieillir si l’on observe la moyenne mobile des ventes sur cinq ans par rapport à celle de dix ans sur le nouvel équipement pour estimer la durée du cycle de remplacement (figure 2).

Figure 2 : Durée approximative du cycle de remplacement de l’équipement agricole neuf
La figure 2 montre la durée approximative du cycle de remplacement de l’équipement neuf.

Sources : AEM et calculs effectués par FAC sur les tendances en matière de ventes d’équipement neuf

Même si les cycles de remplacement peuvent être modifiés et l’équipement plus ancien peut être entretenu et révisé, un ralentissement des ventes d’équipement neuf pourrait être de courte durée. Les ventes pourraient s’améliorer dans la deuxième moitié de 2024 et par la suite si les taux d’intérêt diminuent et si les producteurs décident de moderniser leur flotte vieillissante. Les coûts de réparation de l’équipement plus âgé et les gains d’efficience qu’offrent les modèles plus récents sont des facteurs dont les producteurs doivent tenir compte dans leur prise de décision.

L’âge moyen de l’équipement d’occasion a également augmenté pour les tracteurs à quatre roues motrices et les perceuses pneumatiques comparativement aux années précédentes (figure 3). Le lien étroit entre les ventes de tracteurs à quatre roues motrices et les perceuses pneumatiques est moins présent en raison du resserrement des niveaux de stocks et d’une diminution des transactions d’achat et de vente d’unités plus récentes. Cependant, un nombre accru d’achats et de ventes de perceuses pneumatiques a commencé à inverser cette tendance. Il sera intéressant de surveiller en 2024 l’écart entre l’âge des tracteurs à quatre roues motrices et celui des unités d’ensemencement. Un élément imprévisible demeure, à savoir si les prévisions d’augmentation des ventes de tracteurs à quatre roues motrices et les décisions de remplacement des producteurs inverseront l’évolution divergente avec l’âge des perceuses pneumatiques.

Figure 3 : Âge (moyenne mobile sur 12 mois) de l’équipement d’occasion vendu
La figure 3 montre l’âge moyen de l’équipement d’ensemencement utilisé.

Sources : Iron Solutions et calculs effectués par FAC

3. Prix des produits de base et recettes agricoles

Les recettes agricoles sont le principal moteur des ventes d’équipement. Bien que les prix de produits de base aient reculé par rapport à leurs sommets atteints en 2022, les recettes des cultures records en 2022 et dans la première moitié de 2023 ont placé de nombreux agriculteurs canadiens dans une position financière solide leur permettant d’absorber la hausse des taux d’intérêt et du prix de l’équipement. Si la sécheresse qui a sévi dans l’Ouest canadien a entraîné une réduction globale de la production, certaines régions ont toutefois connu une meilleure récolte que prévu, ce qui renforcera la trésorerie des producteurs.

En conclusion

En 2024, le marché de l’équipement agricole sera caractérisé par un fléchissement des ventes, un allongement du cycle de remplacement d’équipement et une hausse des niveaux de stocks dans la plupart des catégories d’équipement, ainsi que par les stratégies des producteurs pour le remplacement d’équipement. Ces caractéristiques du marché influenceront les recettes des concessionnaires d’équipement, car une flotte vieillissante offre l’occasion de vendre à la fois de nouveaux modèles et des machines d’occasion, ainsi que de vendre des pièces et de fournir des services d’entretien qui permettent de conserver l’ancienne flotte.

x.com/AndersonLeigh3
Leigh Anderson

Économiste principal

Fort de son expérience dans les marchés agricoles et la gestion du risque, Leigh Anderson est économiste principal à FAC. Il est spécialisé dans la surveillance et l’examen du portefeuille de FAC et de la santé de l’industrie, et il livre des analyses sur les risques liés à l’industrie. En plus de faire des présentations sur l’agriculture et l’économie, Leigh participe régulièrement au blogue des Services économiques de FAC.

Leigh est entré en fonction à FAC en 2015 au sein de l’équipe des Services économiques. Il œuvrait auparavant auprès de la Direction des politiques du ministère de l’Agriculture de la Saskatchewan. Il est titulaire d’une maîtrise en économie agricole de l’Université de la Saskatchewan.