Passer au contenu principal

Les recettes monétaires agricoles pourraient atteindre un niveau record en 2021

  • 13 avr. 2021
  • 6,5 min de lecture

Nous avions craint le pire pour le secteur agricole au début de la pandémie, mais l’année 2020 s’est terminée sur une note positive pour l’agriculture canadienne. Les estimations de Statistique Canada ont révélé que les recettes monétaires agricoles (RMA) ont augmenté de 8,1 % pour atteindre 71,7 milliards de dollars en 2020 (+5,7 % en excluant le cannabis). Les recettes totales des cultures ont augmenté de 14,2 % pour atteindre 41,9 milliards de dollars (+10,2 % en excluant le cannabis). La situation a été plus difficile dans le secteur de l’élevage, les recettes étant passées à 26,4 milliards de dollars, soit une diminution de 0,8 %. Les RMA étaient en hausse pour le poulet (0,8 %), le porc (1,5 %) et les produits laitiers (1,9 %), mais en baisse pour les bovins (-4,9 %) et la dinde (-4,2 %).

Nos prévisions pour 2021 suggèrent des perspectives favorables pour les revenus de l’agriculture canadienne, avec cependant quelques risques et vents contraires dans certains secteurs.

Des prix élevés feront augmenter les recettes des céréales, des oléagineux et des légumineuses

Le tableau 1 présente des estimations des volumes de production (année de récolte), des prix et des RMA (année civile) pour les principales cultures du Canada. Agriculture et Agroalimentaire Canada prévoit une baisse de la production en 2021 pour la plupart des cultures, à l’exception de l’orge, du canola et du soja, car les superficies pour ces cultures devraient augmenter. Les contrats à terme laissent entrevoir des prix élevés pour 2021, même s’ils devraient baisser après la récolte de la nouvelle culture.

Nous prévoyons une croissance impressionnante de 20 % des RMA totales pour les cultures sélectionnées en 2021, grâce aux prévisions de prix élevés. Il existe cependant un risque de baisse des prix. Les prix des cultures ont été volatils ces derniers temps et sont soutenus par une forte demande d’importation de la Chine, ce qui ne doit toutefois pas être tenu pour acquis dans le climat géopolitique actuel.

Tableau 1 : Prévisions de RMA pour 2021 pour les cultures sélectionnées

Graphique montrant les prévisions de RMA pour 2021 pour les cultures sélectionnées.

Notes : Les estimations de production tirées des Perspectives des principales grandes cultures de mars d’Agriculture et Agroalimentaire Canada sont mesurées sur la base de l’année de récolte. Les prix pour 2020 sont calculés à partir du tableau 32-10-0077 de Statistique Canada. Les RMA pour 2020 proviennent du tableau 32-10-0046 de Statistique Canada. Les prix et les RMA pour 2021 sont des prévisions de FAC.

Une année difficile en vue pour le secteur bovin

L’année 2020 a été pénible pour les producteurs de bétail, en raison du fléchissement de la demande découlant des fermetures de restaurants et des retards créés par les fermetures temporaires des usines de conditionnement. Les signaux du marché indiquent une évolution latérale des recettes en 2021 (tableau 2).

Au 1er janvier, le nombre de vaches de boucherie était en baisse de 0,4 % par rapport à l’année précédente, tandis que le nombre de veaux de moins d’un an était en baisse de 1 % par rapport à l’année précédente. Le poids des bovins a augmenté en 2020, mais nous prévoyons un retour à des poids plus normaux en 2021. Compte tenu de ces données, nous prévoyons de légères baisses du volume de veaux et de bovins commercialisés en 2021. Les contrats à terme ne laissent pas présager une remontée des prix en 2021. Globalement, nous prévoyons que les recettes totales de l’industrie bovine resteront proches de leur niveau de 2020.

Tableau 2 : Prévisions de RMA pour 2021 pour les veaux et les bovins

Graphique montrant les prévisions de RMA pour 2021 pour les veaux et les bovins.

Notes : Les prix pour 2020 sont calculés à partir du tableau 32-10-0077 de Statistique Canada. Les RMA pour 2020 proviennent du tableau 32-10-0046 de Statistique Canada. Les prix et les RMA pour 2021 sont des prévisions de FAC. Les volumes sont calculés par FAC à partir des valeurs établies pour les RMA et des prix.

Des recettes solides pour le secteur porcin en 2021, avec un certain risque de baisse

Les producteurs de porcs ont connu une année 2020 en dents de scie, avec une baisse de la demande des restaurants, une augmentation des exportations vers la Chine et des fermetures temporaires d’usines de conditionnement. L’année 2021 devrait être bien meilleure pour les producteurs de porcs du point de vue des recettes (tableau 3).

Les stocks totaux de porcs et la taille du cheptel reproducteur au 1er janvier ont légèrement diminué par rapport à l’année dernière. Néanmoins, nous nous attendons à ce que des prix élevés soutiennent une croissance de 3,4 % de la production. Poussés par la demande de viande de flanc, les prix du porc sont en hausse depuis le début de l’année. Nous prévoyons que le prix moyen du porc sera 27,7 % plus élevé qu’en 2020. Au total, nous prévoyons que les recettes du secteur porcin augmenteront de 32 %, pour atteindre un niveau record de 6,2 milliards de dollars. Cette prévision s’accompagne du risque que la Chine réduise ses importations, ce qui ferait baisser les prix du porc en Amérique du Nord.

Tableau 3 : Prévisions de RMA pour le porc en 2021

Graphique montrant les prévisions de RMA pour le porc en 2021.

Notes : Les prix pour 2020 sont calculés à partir du tableau 32-10-0077 de Statistique Canada. Les RMA pour 2020 proviennent du tableau 32-10-0046 de Statistique Canada. Les prix et les RMA pour 2021 sont des prévisions de FAC. Les volumes sont calculés par FAC à partir des valeurs établies pour les RMA et des prix.

Les recettes laitières continuent de croître

L’industrie laitière a connu une bonne année en 2020 malgré le choc de la pandémie qui l’a obligée à réduire sa production. Les recettes ont augmenté de 2 % grâce à une croissance de 1,3 % du volume et à une augmentation de 0,7 % du prix à la ferme.

Les perspectives pour 2021 sont prometteuses, car la demande de lait reste forte. Nous prévoyons une croissance des recettes de 6 % en 2021, ce qui représente un taux de croissance plutôt fort pour le secteur laitier. Cette prévision découle des attentes selon lesquelles la croissance en 2021 se poursuivra selon la tendance des dernières années.

Tableau 4 : Prévisions de RMA pour 2021 pour le secteur laitier

Graphique montrant les prévisions de RMA pour 2021 pour le secteur laitier.

Notes : Les prix pour 2020 sont calculés à partir du tableau 32-10-0077 de Statistique Canada. Les volumes pour 2020 proviennent du tableau 32-10-0113 de Statistique Canada. Les RMA pour 2020 proviennent du tableau 32-10-0046 de Statistique Canada. Les valeurs pour 2021 sont des prévisions de FAC.

À quoi faut-il s’attendre pour le reste de l’année 2021?

Les prévisions ci-dessus reflètent les conditions actuelles du marché et les attentes pour le reste de l’année. Parmi les nombreuses variables susceptibles d’influencer les RMA pour le reste de l’année 2021, le taux de change Canada–États-Unis mérite une attention particulière, car il est actuellement à son plus haut niveau depuis deux ans. La vigueur persistante du dollar canadien pourrait affaiblir les perspectives de RMA pour 2021.


Sébastien Pouliot
Économiste supérieur

Sébastien Pouliot est économiste agricole principal à Financement agricole Canada. Avant de se joindre à FAC en 2019, M. Pouliot était professeur agrégé d’économie à la Iowa State University. Il est aussi intervenu à titre d’expert dans le cadre de différends commerciaux à l’Organisation mondiale du commerce; il a notamment appuyé le Canada et le Mexique lorsque ces deux pays se sont opposés à la politique américaine d’étiquetage du pays d’origine (ÉPO) sur les produits de bœuf et de porc. M. Pouliot détient un doctorat en économie agricole et des ressources de la University of California, à Davis, et il a été rédacteur en chef de la Revue canadienne d’agroéconomie de 2016 à 2019.

@PouliotSeb