<img height="1" width="1" src="https://www.facebook.com/tr?id=806477592798641&ev=PageView&noscript=1"/>

Explorer la pisciculture sur terre et en mer au Canada

14 mars 2022
5 min de lecture

L’aquaculture est l’élevage d’organismes aquatiques comme des poissons, des crustacés et des mollusques, ainsi que la culture de plantes aquatiques en eau douce ou en eau salée. C’est l’un des secteurs de production alimentaire qui connaît la croissance la plus rapide au monde, et l’abondance d’eau douce et d’eau salée au Canada offre les conditions idéales pour la production aquacole.

La pisciculture représente plus des deux tiers de la production aquacole du Canada. Par ailleurs, le Canada est l’un des plus grands fournisseurs de saumon au monde grâce à son saumon d’élevage, et la quasi-totalité de sa production se concentre en Colombie-Britannique et au Nouveau-Brunswick. De plus, l’industrie de la pêche du Canada exporte plus de 75 % des produits récoltés et transformés au Canada.

On compte approximativement 26 espèces de poissons en élevage au Canada, et les espèces les plus communes sont le saumon, la truite, l’omble chevalier, la morue charbonnière, le tilapia et le flétan. La majorité des exploitations piscicoles du Canada sont situées sur les côtes Est et Ouest du pays, tandis que l’on trouve des élevages de truites d’eau douce dans presque toutes les provinces.

Voici un aperçu du marché piscicole canadien, par espèce et par valeur, d’après les données de 2020 de Statistique Canada publiées le 14 novembre 2021.

Tableau montrant la valeur de l’aquaculture canadienne (poisson) en 2020

Le graphique suivant illustre l’évolution de la valeur du poisson au Canada au cours des dernières années.

Tableau montrant l’évolution de la valeur du poisson au Canada au cours des dernières années

Source : Statistique Canada (Tableau 32-10-0107-01).

Gestion des exploitations piscicoles au Canada

Sur l’ensemble du territoire canadien, la Loi sur les pêches régit de façon durable l’exploitation piscicole, et les partenaires fédéraux travaillent ensemble pour veiller à ce que les poissons soient en santé et propres à la consommation.

Au Canada, la pisciculture est régie par les gouvernements fédéraux, provinciaux et territoriaux, et le processus varie selon les compétences, la province ou le territoire. Selon Canadian Aquaculture [en anglais seulement], « grâce à ses systèmes de traçabilité sophistiqués et à ses mécanismes de certification rigoureux par des tiers indépendants, l’industrie canadienne des poissons et des fruits de mer d’élevage est un chef de file mondial en matière de programmes et de normes de sécurité des produits de la mer. »

Types d’exploitations piscicoles

Il existe deux types d’exploitations piscicoles : celles sur terre et celles en mer.

Aquaculture en étang

Source : Mainstream Aquaculture [en anglais seulement].

L’aquaculture en étang désigne l’élevage de poissons dans des étangs naturels ou artificiels. La production est de nature saisonnière et offre un certain contrôle sur le taux d’oxygène dans l’eau et sur les produits chimiques employés.

Système à passage unique

Source : Danforel [en anglais seulement].

L’élevage en système à passage unique ou en bassins rectangulaires utilise une circulation constante d’eau douce dans les bassins grâce à des canaux artificiels. Cette méthode requiert des volumes d’eau plus importants qu’une aquaculture en étang, mais permet une plus grande densité tout au long de l’année.

L’aquaculture en circuit fermé

Source : BBC News [en anglais seulement].

  • L’aquaculture en circuit fermé est un système de recirculation d’eau douce ou d’eau salée, sur terre, qui consiste en un ensemble de cuves de béton, d’acier ou de GRP (composite) situées à l’extérieur ou dans des sortes d’entrepôts.

  • La majeure partie de l’eau utilisée circule dans le système grâce à un processus mécanique et de biofiltration qui élimine les déchets solides et traite l’eau en continu.

  • L’aquaculture en circuit fermé présente une capacité accrue de gestion des déchets qui permet de réduire son impact environnemental potentiel, tout en limitant la transmission de maladies, les fuites de poissons et les interactions avec les prédateurs.

  • Ce système permet à l’utilisateur de contrôler plusieurs variables, y compris la température de l’eau, le taux d’oxygène, l’éclairage, l’alimentation et l’élimination du CO2 et des déchets.

  • L’aquaculture en circuit fermé permet d’obtenir de plus grandes densités de poissons, assure le taux de mortalité le plus bas, et offre la meilleure qualité de poisson, ainsi que la récolte la plus constante. 

Élevage de poissons en milieu océanique ou aquaculture en cage

Source : BCSPCA [en anglais seulement].

L’aquaculture en milieu océanique ou en cage désigne l’élevage de poissons dans des cages ou des parcs en filet installés sur des étendues d’eau douce ou salée. En comparaison avec l’aquaculture sur terre, cette méthode d’élevage en eaux libres est moins chère à installer et à exploiter. Grâce à ce système, la circulation d’eau dans les cages permet de créer un habitat naturel et d’éliminer les déchets.

La pisciculture en milieu terrestre et en milieu océanique : les avantages et les répercussions 
Type de pisciculture Avantages potentiels Répercussions potentielles
En milieu terrestre Environnement contrôlé Coûts de construction élevés
Impact environnemental et empreinte carbone moindres Coûts de production plus élevés durant la période de croissance
Moins grand risque de maladie Transmission potentielle de dioxines et de PCB par de la nourriture à base de poissons sauvages
Meilleure qualité de vie du poisson  
Produit de meilleure qualité  
Commercialisation plus rapide  
Coûts des intrants alimentaires moindres  
Taux de mortalité réduit  
En milieu océanique Investissement initial moindre Préoccupations environnementales accrues
Coûts d’exploitation moindres Plus grand risque de maladie
  Taux de mortalité accru
  Risque d’interaction avec des prédateurs
  Risque de fuite de poissons
  Transmission potentielle de dioxines et de PCB par la nourriture
  Interactions potentielles avec des espèces sauvages et avec l’écosystème naturel environnant
  Stress accru du poisson
  Transmission potentielle de dioxines et de PCB par de la nourriture à base de poissons sauvages

Article par : Lyndsay Smith et Dale Litt