Passer au contenu principal

Aperçu de la situation macroéconomique au deuxième trimestre : des taux d’intérêt plus élevés méritent notre attention

  • 01 juin 2021
  • 3 min de lecture

La mise à jour de FAC sur l’économie et les marchés financiers examine la situation économique mondiale et canadienne pour éclairer les décisions. Les questions pertinentes pendant le deuxième trimestre comprennent le rythme de la reprise économique, les pressions inflationnistes et les perturbations dans le transport de marchandises. Toutefois, l’un des facteurs les plus intéressants à surveiller demeure l’évolution des taux d’intérêt.

Au début de la pandémie, la Banque du Canada a abaissé son taux de financement à un jour à sa valeur plancher de 0,25 %. Par conséquent, le taux préférentiel a chuté de 3,95 % en 2019 à 2,45 %. La baisse générale des taux d’intérêt a engendré une hausse de 6,5 % de l’endettement total au pays. Les rendements obligataires à long terme ont augmenté en 2021, parallèlement à l’affermissement de la reprise économique et l’accélération de l’inflation (figure 1), même si la Banque du Canada s’est engagée à maintenir son taux de financement à un jour à 0,25 % jusqu’en 2022.

Figure 1. Les rendements à long terme des obligations du Canada demeurent faibles, mais ils sont en hausse

Graphique montrant que les rendements à long terme des obligations du Canada demeurent faibles, mais ils sont en hausse. Source : Statistique Canada.

Pour mettre la hausse des taux d’intérêt en perspective pour les exploitations agricoles, prenons l’exemple du financement d’un nouvel équipement de 1,5 million de dollars sur 15 ans. En supposant un taux d’intérêt de 2,5 %, les paiements mensuels s’élèveraient à 1 669 $ en moyenne et les frais d’intérêt totaliseraient 300 331 $ pour ces 15 années. Si le taux d’intérêt augmentait de 1 % pour s’établir à 3,5 %, les paiements mensuels atteindraient alors 2 390 $, et les frais d’intérêt totaux pendant toute la durée du prêt seraient de 430 183 $. Une hausse du taux d’intérêt de 1 % occasionnerait des frais d’intérêt additionnels de 129 852 $, soit un bond de 43 % en frais d’intérêt totaux.

Montant du prêt Taux d’intérêt Durée du prêt (années) Paiements mensuels Frais d’intérêt totaux Frais d’intérêt mensuels
1 500 000 2,5 % 15 10 002 $ 300 331 $ 1 669
1 500 000 3,5 % 15 10 723 $ 430 183 $ 2 390
    Augmentation de : 721,40 $ 129 852 $ 43 %

Qu’adviendrait-il si le taux d’intérêt grimpait de nouveau, passant de 3,5 % à 4,5 %? Les frais d’intérêt totaux pour le même montant de prêt s’élèveraient alors à 3 142 $ par mois ou à 565 481 $ au total, ce qui équivaut à une augmentation de 135 299 $ en frais d’intérêt totaux.

Montant du prêt Taux d’intérêt Durée du prêt (années) Paiements mensuels Frais d’intérêt totaux Frais d’intérêt mensuels
1 500 000 3,5 % 15 10 723 $ 430 183 $ 2 390
1 500 000 4,5 % 15 11 475 $ 565 482 $ 3 142
      Augmentation de : 135 299 $ 31 %
      vs. 2,50 % 265 151 $ 88 %

Compte tenu du montant additionnel de dettes généré au cours des 14 derniers mois, les exploitations agricoles doivent faire preuve de prudence face à toute hausse des taux d’intérêt, car elles peuvent avoir des répercussions sur leur fonds de roulement et leur capacité de rembourser leurs dettes. Même si les taux faibles sont alléchants en ce moment, il peut être avantageux de bloquer des taux à long terme aux niveaux actuels bas.

Pour mieux comprendre l’incidence des fluctuations des taux d’intérêt sur votre entreprise, utilisez le calculateur d’intérêt de FAC et communiquez avec un bureau de FAC pour discuter des possibilités qui s’offrent à vous.


Kyle Burak
Économiste principal

Kyle Burak s’est joint à FAC en 2020 en tant qu’économiste agricole principal. Il se spécialise dans la surveillance et l’analyse du portefeuille d’Agroentreprise et agroalimentaire de FAC, la santé de l’industrie, et les risques inhérents au secteur. Avant de se joindre à FAC, M. Burak a travaillé au service de l’approvisionnement et du marketing d’un détaillant alimentaire canadien. Il est titulaire d’une maîtrise en économie de l’Université de Victoria.