<img height="1" width="1" src="https://www.facebook.com/tr?id=806477592798641&ev=PageView&noscript=1"/>

Aperçu de la situation macroéconomique au deuxième trimestre de 2022 : les conditions économiques se resserrent

2 juin 2022
8 min de lecture
Image à présenter Mise à jour de FAC sur l’éeconomie et les marchés financiers
Aperçu

Le Canada devrait connaître une forte croissance économique au deuxième trimestre, puisque l’économie canadienne est en grande partie rouverte. Les difficultés découlant de la pénurie de main d’œuvre, des problèmes persistants liés à chaîne d’approvisionnement et de l’inflation élevée sont compensées par la robustesse des dépenses de consommation, des exportations et des investissements commerciaux. L’invasion de l’Ukraine par la Russie a fait augmenter les prix des produits de base, notamment l’énergie, contribuant ainsi à la hausse de l’inflation à l’échelle mondiale. Au Canada, l’inflation a atteint ses plus hauts niveaux de la décennie au premier trimestre de 2022 et la Banque du Canada relève son taux directeur dans le but de la combattre. En effet, le taux du financement à un jour de la Banque du Canada a augmenté de 50 points de base le 1er juin et se situe actuellement à 1,50 % comparativement à 0,25 % au début de l’exercice. Nous nous attendons à ce que le taux du financement à un jour se situe à 2,50 % à la fin de l’exercice.

PIB

La croissance du PIB a été plus faible au premier trimestre de 2022 qu’au quatrième trimestre de 2021, mais elle est toujours saine (figure 1). L’inflation gruge l’épargne des ménages et réduit leur pouvoir d’achat, ce qui oblige certains d’entre eux à puiser des liquidités dans des lignes de crédit afin de maintenir leur capacité de dépenser. Toutefois, l’encours de la dette au titre des lignes de crédit demeure en deçà des niveaux antérieurs à la pandémie de COVID-19 (figure 2). Le PIB des États-Unis s’est contracté au cours du trimestre. La rumeur d’une récession future s’intensifie aux États-Unis, et le Canada est sensible à l’affaiblissement de l’économie américaine. La bonne nouvelle, c’est que grâce à l’augmentation des prix des produits de base et à la forte demande outremer, la balance commerciale du Canada a été très solide comparativement à celle des États-Unis.

La croissance du PIB canadien devrait atteindre 4,2 % au deuxième trimestre, avant de ralentir pour se situer entre 2 % et 3 %, à l’approche de 2023. Les dépenses en services alimentaires, en hébergement et en voyages reprennent, et les prix accrus continueront de soutenir les exportations. Cependant, les perturbations de l’offre limitent toujours une partie du potentiel d’augmentation.

Figure 1. La croissance du PIB devrait ralentir pour se situer entre 2 % et 3 % à l’approche de 2023
Figure 1 affichée : La croissance du PIB devrait ralentir pour se situer entre 2 % et 3 % à l’approche de 2023

Source : Bloomberg

Figure 2. Les ménages s’endettent davantage pour maintenir leur capacité de dépenser en 2022
Figure 2 affichée : Les ménages s’endettent davantage pour maintenir leur capacité de dépenser en 2022

Source : Statistique Canada

Politiques de la banque centrale et marchés obligataires
Taux du financement à un jour de la Banque du Canada

Le 1er juin, la Banque du Canada a haussé son taux du financement à un jour, qui est passé de 1,00 % à 1,50 %. La Banque du Canada maintiendra une vigoureuse politique d’augmentation de ses taux jusqu’à ce que l’inflation amorce un recul ou des fissures apparaissent dans l’économie et fassent grimper les taux de chômage. Selon les marchés financiers, ce taux devrait atteindre 2,75 % à la fin de l’exercice. On s’attend à ce que la Réserve fédérale américaine soit aussi énergique en ce qui concerne les hausses de taux, et elle devrait augmenter son taux directeur jusqu’à la limite supérieure de 3,00 % d’ici la fin de l’exercice. L’inflation a été la plus marquée aux États-Unis, où elle a atteint 8,3 % en avril, ce qui représente un léger recul par rapport à 8,5 % en mars.

L’équipe des Services économiques FAC considère que les attentes du marché sont légèrement surestimées. La Banque du Canada et la Réserve fédérale ont encore du jeu pour augmenter leurs taux, mais nous croyons que le marché omet peut-être de tenir pleinement compte de tous les vents contraires provoqués par des taux d’intérêt majorés. Nous sommes d’avis que le taux du financement à un jour de la Banque du Canada s’établira à 2,50 % à la fin de l’exercice (tableau 1).

Tableau 1. La Banque du Canada a encore du jeu pour augmenter son taux directeur
Tableau 1 affichée : La Banque du Canada a encore du jeu pour augmenter son taux directeur

Source : Services économiques FAC, Banque du Canada, Réserve fédérale

Les attentes relatives aux taux d’intérêt ont augmenté avec l’inflation. Les banques centrales espèrent favoriser un « atterrissage en douceur » en équilibrant une économie en pleine croissance et un resserrement de la politique monétaire. Une grande partie de l’inflation actuelle est attribuable à la guerre qui fait rage en Ukraine, à la politique « zéro COVID » adoptée dans les carrefours manufacturiers en Chine, ainsi qu’aux problèmes d’approvisionnement qui en découlent. Les investissements intérieurs peuvent atténuer les pressions exercées sur la capacité et réduire l’inflation, mais ces mesures peuvent prendre plusieurs mois, voire des années à se concrétiser.

La Banque du Canada s’attaque à l’inflation en relevant ses taux, ce qui ralentit la demande des consommateurs. Les hausses de taux pourraient également jouer contre les entreprises qui éprouvent des difficultés avec leurs flux de trésorerie. Dans le secteur de la fabrication de produits alimentaires, les marges sont déjà soumises à des pressions en 2022 (figure 3). Les marges totales du secteur manufacturier du Canada subissent aussi de la pression. Les niveaux d’endettement et la diminution de l’épargne des consommateurs sont également des enjeux préoccupants, même si on tient compte du faible taux de chômage et de la forte croissance du PIB. Les salaires ont beau augmenter, ils demeurent toujours inférieurs au taux d’inflation, ce qui gruge le pouvoir d’achat des consommateurs.

Figure 3 : Les marges brutes du secteur canadien de la fabrication de produits alimentaires ont glissé au début de 2022
Tableau 3 affichée : Les anticipations inflationnistes sur les obligations canadiennes continuent d’augmenter

Source : Services économiques FAC, Statistique Canada

Inflation et taux fixes

En glissement annuel, l’inflation globale calculée par Statistique Canada était de 5,8 % au premier trimestre de 2022, principalement en raison de la hausse des prix des aliments, de l’énergie et du logement. En avril, l’inflation se situait à 6,8 %, et le taux d’inflation des aliments à 8,8 % après avoir grimpé de 6,7 % au premier trimestre. L’inflation des prix des aliments devrait continuer de dépasser l’inflation globale en 2022.

Nous nous attendons à ce que l’inflation demeure élevée jusqu’à la fin de l’exercice, mais qu’elle ralentisse pour retomber dans la fourchette de 2 % à 3 % en 2023 (tableau 2). La guerre qui oppose la Russie à l’Ukraine a fait bondir les prix du pétrole et d’autres produits de base, ce qui rend les prévisions à long terme incroyablement nébuleuses.

Tableau 2. L’inflation globale commencera à diminuer pour s’établir à 2 % en 2023
Tableau 2 affichée : L’inflation globale commencera à diminuer pour s’établir à 2 % en 2023

Source : Bloomberg, Statistique Canada, Services économiques FAC

Le rendement des obligations d’État a continué d’augmenter à un rythme effréné (tableau 3). Au cours des deux dernières années, l’achat d’obligations auprès des banques centrales (assouplissement quantitatif) a contribué au maintien des rendements à un bas niveau pendant que l’inflation augmentait. Par conséquent, ces obligations produisaient un rendement négatif rajusté en fonction de l’inflation. À l’heure où les banques centrales laissent échoir leurs titres (resserrement quantitatif), l’inflation joue un rôle déterminant sur l’établissement des prix des obligations puisque les investisseurs s’attendent à un rendement positif rajusté en fonction de l’inflation.

Les taux de financement fixes ont augmenté en fonction des rendements plus élevés des obligations. Nous nous attendons à ce que cette tendance se stabilise, en supposant que l’inflation ralentisse. 

Tableau 3. Les anticipations inflationnistes sur les obligations canadiennes continuent d’augmenter
Tableau 3 affichée : Les anticipations inflationnistes sur les obligations canadiennes continuent d’augmenter

Source : Statistique Canada (données historiques), Moody’s Analytics (prévisions)

Taux de change et observations au sujet des marchés étrangers
Le dollar américain par rapport au dollar canadien

Depuis quelques mois, le dollar canadien se déprécie par rapport au dollar américain et ce dernier, perçu comme une valeur refuge, est de plus en plus demandé depuis le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. La valeur du dollar canadien augmente comparativement à celle d’autres monnaies au fur et à mesure que les prix des produits de base grimpent, mais la demande de dollars américains surpasse celle du huard. Nous prévoyons une dépréciation continue du dollar canadien par rapport au dollar américain, car nous supposons une baisse des prix du pétrole et des autres produits de base (tableau 4).

L’euro par rapport au dollar canadien

La Banque centrale européenne (BCE) commencera probablement à majorer ses taux et suspendre ses achats d’actifs en juillet. La BCE a insisté sur le fait qu’elle resserrera ses taux d’une façon plus graduelle que ses homologues nord-américaines, et il convient de le noter, car l’inflation constitue une grande préoccupation en Europe de l’Ouest. Toute augmentation du taux directeur de la BCE fera grimper la valeur de l’euro par rapport au dollar canadien. Toutefois, puisque le plan du Canada qui prévoit un relèvement de ses taux d’intérêt bas déjà son plein et que la demande de produits de base canadiens est solide, il est peu probable que ces gains soient annulés. Pour que l’euro retrouve de sa vigueur, il faut que l’on observe des améliorations dans le conflit entre la Russie et l’Ukraine et que les prix de l’énergie diminuent en Europe.

Tableau 4. Le dollar canadien devrait continuer de reculer par rapport au dollar américain et de gagner du terrain par rapport à l’euro
Tableau 4 affichée : Le dollar canadien devrait continuer de reculer par rapport au dollar américain et de gagner du terrain par rapport à l’euro

Source : Statistique Canada, Services économiques FAC


Financement agricole Canada (FAC) s’emploie à fournir de l’information et des analyses exactes et utiles. Le contenu ci-présenté été rassemblé ou dérivé de sources jugées fiables. Cependant, FAC ne peut garantir l’exactitude des renseignements qui se trouvent dans le présent rapport. Toutes les estimations et opinions contenues dans le présent rapport constituent des jugements à la date du présent rapport et peuvent être modifiées sans préavis. FAC ne fait aucune déclaration ni ne donne aucune garantie, expresse ou implicite, concernant ce rapport et décline toute responsabilité quant aux erreurs et omissions qui pourraient y figurer. FAC n’acceptera aucune responsabilité à l’égard des pertes causées par toute mesure ou décision prise par le lecteur à la lumière des renseignements que contient ce rapport.

Kyle Burak

Expert principal, science des données

Kyle Burak s’est joint à FAC en 2020 et occupe le poste d’expert principal, science des données. Il se spécialise dans la surveillance et l’analyse du portefeuille d’agroentreprise et agroalimentaire de FAC, la santé de l’industrie, et les risques inhérents au secteur. Avant de se joindre à FAC, Kyle a travaillé au service de l’approvisionnement et du marketing d’un détaillant alimentaire canadien. Il est titulaire d’une maîtrise en économie de l’Université de Victoria.