Passer au contenu principal

Relève agricole — aborder le sujet du transfert en famille

  • 3 min de lecture

Quel est le point de départ de la planification du transfert? Il faut bien sûr commencer par aborder le sujet.

Cela peut aller de soi, mais selon Jeff Davies, spécialiste en transfert d’entreprise à Financement agricole Canada basé dans le Sud de l’Ontario, c’est la façon dont les discussions sur le transfert sont gérées qui détermine l’efficacité.

Consacrer du temps à la planification stratégique

Selon M. Davies, il est dans l’intérêt des familles d’agriculteurs qui amorcent la discussion sur le transfert de prévoir du temps pour discuter exclusivement de cette question.

Les activités quotidiennes, ajoute-t-il, ont tendance à éclipser la planification stratégique à long terme, ce qui rend plus difficile de s’y attaquer efficacement.

Il est avantageux pour les familles d’agriculteurs à différentes étapes du transfert de prévoir plusieurs réunions consacrées uniquement à la planification stratégique tout au long de l’année. Une fois les préoccupations exprimées, les familles peuvent passer à l’étape suivante.

« Si vous avez le sentiment d’avoir quelque chose à apporter, c’est à l’équipe de conseillers qu’il faut vous adresser. Ce n’est pas à l’équipe de conseillers que vous allez vous plaindre du vieux tracteur fatigué. »

Qui sont ceux qui sont inscrits sur votre liste de vos conseillers?

L’équipe de conseillers est un groupe de personnes de confiance qui peut vous aider à surmonter les aspects déplaisants ou déconcertants du transfert. Il peut s’agir de prêteurs, de comptables et d’autres professionnels de l’agriculture qui, idéalement, ont déjà vu comment d’autres entreprises agricoles ont traversé des circonstances semblables.

Donnez-vous la permission de vous sentir dérouté et incertain quant à la façon d’aborder le transfert.

L’aide de ces conseillers peut aussi s’avérer précieuse en cas de tension. Il se peut que les points de vue divergent entre les générations parce que les émotions interfèrent avec la communication, dit M. Davies. L’intervention d’un tiers peut aider à trouver un accord d’une manière raisonnable pour l’entreprise dans un tel cas.

« Donnez-vous la permission de vous sentir dérouté et incertain quant à la façon d’aborder le transfert. Vous n’avez pas à faire cavalier seul. Toutes les fermes familiales sont uniques, mais les préoccupations et les enjeux sont toujours les mêmes. »

Demandez aux autres ce qui compte pour eux

Fondamentalement, la planification du transfert ne peut débuter si les parties prenantes ignorent les besoins et les aspirations des autres.

Pour la jeune génération, une première question à poser pourrait être de savoir si leurs homologues plus âgés ont une mentalité de « croissance » ou de « récolte ». Souhaitent-ils devenir une entreprise multigénérationnelle ou liquider les éléments d’actif?

« C’est une question légitime. En effet, certaines familles préféreraient vendre la ferme et distribuer le patrimoine à l’ensemble de la famille », souligne M. Davies.

Il ajoute que la génération plus âgée devrait être prête à discuter d’argent, ce qui suppose qu’elle doit comprendre non seulement les chiffres d’une année à l’autre, mais aussi les finances à long terme de l’exploitation. Cela est indispensable pour pouvoir déterminer, par exemple, si l’entreprise est apte à subvenir aux besoins de plusieurs ménages.

« Les parents ont tendance à tenir leurs cartes près de leur poitrine. Leur cœur est à la bonne place parce qu’ils ne veulent pas que la valeur de la ferme éclipse tout le reste. »

Pour l’essentiel, M. Davies souligne l’importance de faire participer chaque membre de la famille, et ce, dès le début, afin d’établir des objectifs clairs.

« Chaque membre de la famille est partie prenante, dit-il. Fixez-vous des objectifs. Tout conseiller vous demandera d’abord ce que vous voulez. »

En conclusion

Les agriculteurs doivent absolument prévoir du temps pour discuter de planification stratégique, mettre sur pied une équipe de conseillers de confiance et veiller à ce que toutes les parties prenantes aient la chance d’exprimer leurs besoins et leurs aspirations pour l’exploitation, disent les experts. Le plan de transfert d’une entreprise agricole repose sur l’établissement d’objectifs globaux, sur les réalités financières et sur la volonté de voir au-delà des activités quotidiennes.

Article par : Matt McIntosh