<img height="1" width="1" src="https://www.facebook.com/tr?id=806477592798641&ev=PageView&noscript=1"/>

Rapport 2022 sur les aliments transformés : Tour d’horizon du secteur de la mouture de céréales et d’oléagineux

5 min de lecture

Ces renseignements proviennent du Rapport FAC sur les aliments transformés 2022 qui présente les possibilités et les défis des secteurs de la transformation alimentaire au Canada. Pour en savoir plus, consultez l’intégralité du rapport.

Introduction

Les prix records et la demande accrue de services de restauration en Amérique du Nord ont stimulé les ventes et la rentabilité du secteur, qui avaient diminué en 2020. Les coûts élevés des intrants et des engorgements dans la chaîne d’approvisionnement ont exercé des pressions sur la production et empêché une bonne année d’être une année remarquable.

Les ventes ont grimpé de 48,9 % en 2021 (tableau A.1). Ces gains découlent en grande partie de prix records et d’exportations accrues, mais nous avons aussi constaté une remontée des volumes de vente de certains établissements de restauration, ce qui a contribué à compenser une baisse des ventes en épicerie. La demande de farine et d’autres produits de boulangerie a augmenté au début de la pandémie, mais a diminué de plus de 10 % en 2021. Ce sont principalement les prix de vente des graisses et huiles végétales qui ont augmenté, avec un gain de 37,9 %. Puisqu’elles entrent dans la fabrication de nombreux autres produits alimentaires, la demande de graisses et d’huiles végétales est pratiquement inélastique et les augmentations de coûts peuvent être facilement répercutées. Ces produits sont aussi en forte demande en raison de la consommation croissante de produits alimentaires sains et durables. Les prix de vente du secteur de la fabrication de céréales pour petit déjeuner ont progressé de 5,3 %, ce qui a fait baisser légèrement le taux d’inflation global pour l’industrie.

Une proportion importante des ventes est restée au Canada en 2021 malgré l’augmentation de la valeur des exportations. De tous les produits céréaliers et oléagineux vendus au Canada, près de 55 % étaient de fabrication canadienne. C’est la première fois depuis 2013 que les consommateurs canadiens achetaient plus de produits faits au Canada que de produits importés.

Plus de 250 nouveaux emplois ont été créés dans l’industrie en 2021, ce qui représente une hausse de 3,1 %. Les entreprises ont enregistré une augmentation de leur productivité en 2021, en partie grâce à des investissements, et partiellement en réponse à la pénurie de main-d’œuvre.

Tableau A.1 : Une plus grande proportion des ventes est restée au Canada en 2021
Tableau montrant : Tableau A.1 : Une plus grande proportion des ventes est restée au Canada en 2021

Sources : Statistique Canada, Services économiques FAC

Marges brutes

La marge brute en pourcentage des ventes a augmenté par rapport aux creux atteints en 2020, mais demeure en deçà des niveaux historiques. L’indice des marges brutes des Services économiques FAC s’élevait à 93,2 en 2021, en hausse par rapport à 85,1 en 2020, et bien qu’il soit légèrement supérieur à la moyenne antérieure à la COVID-19, de 2016 à 2019, il demeure inférieur à l’année de référence 2013 et à l’année 2019 (figure A.1). Les marges des troisième et quatrième trimestres ont été les plus élevées de l’année, les entreprises ayant répercuté les hausses de coûts. Pour l’année dans son ensemble, les coûts des matières premières sont demeurés stables par rapport à 2020. La croissance des marges découle également de la baisse des coûts liés aux heures de travail supplémentaires et des suppléments de salaire versés pendant la pandémie de COVID-19, comparativement à 2020. Les coûts totaux de main-d’œuvre demeurent élevés.

Figure A.1 : Les marges brutes se sont améliorées en 2021
Graphique montrant : Figure A.1 : Les marges brutes se sont améliorées en 2021

Sources : Statistique Canada, Services économiques FAC

Prévisions des ventes

Les Services économiques FAC prévoient une augmentation des ventes de 8 % en 2022. Les prix élevés et la réouverture complète attendue des services de restauration soutiendront les ventes. On prévoit un retour à des rendements normaux pour la récolte de 2022, après la sécheresse qui a ravagé la production dans l’Ouest du Canada en 2021. Au cours de l’année, la croissance des ventes pourrait s’atténuer et devenir négative si les prix baissent; cependant, les volumes d’exportation devraient demeurer robustes, à l’heure où la demande mondiale de produits céréaliers et oléagineux sains ne montre aucun signe de ralentissement. Les fluctuations du dollar canadien peuvent avoir un impact considérable sur ces projections, puisque les exportations ont représenté 65,4 % des ventes totales en 2021.

Figure A.2 : Les ventes de l’industrie de la mouture de céréales et d’oléagineux devraient augmenter de 8,0 % en 2022
Graphique montrant : Figure A.2 : Les ventes de l’industrie de la mouture de céréales et d’oléagineux devraient augmenter de 8,0 % en 2022

Sources : Statistique Canada, Barchart, Moody’s Analytics, Services économiques FAC

Rapport sur l’épicerie

Les ventes de produits d’épicerie utilisant des céréales et des oléagineux ont diminué de 7,1 % en 2021 en glissement annuel (tableau A.2). Ce rendement est inférieur aux ventes totales de produits d’épicerie, qui ont progressé de 0,3 %, car les consommateurs ont réduit leurs achats de produits de boulangerie et d’aliments peu coûteux vendus en vrac, comme le riz. L’inflation supérieure à la moyenne a nui aux volumes. Les ventes de produits oléagineux et de margarine sont restées stables, mais les volumes ont chuté de plus de 12 %. Les ventes de céréales pour petit déjeuner ont continué à décroître, comme avant la pandémie, après avoir augmenté en 2020 (bien qu’elles aient été inférieures aux ventes totales de l’industrie l’année dernière aussi).

Les pâtes alimentaires ont été le produit gagnant en 2021, leurs ventes ayant progressé de 7 %. Les ventes de produits de boulangerie secondaires, comme la poudre à pâte, le bicarbonate de soude et la levure ont chuté de plus de 16 %. Le tonnage de farine a décliné de près de 20 % après une augmentation de plus de 30 % en 2020. Au fur et à mesure que les gens ont recommencé à travailler plus souvent au bureau, leur intérêt pour la fabrication de pain et d’autres produits maison s’est dissipé et cette tendance devrait se poursuivre.

Tableau A.2 : Les produits céréaliers et oléagineux affichent un rendement moindre par rapport à l’ensemble des produits d’épicerie
Tableau montrant : Tableau A.2 : Les produits céréaliers et oléagineux affichent un rendement moindre par rapport à l’ensemble des produits d’épicerie

Source : Nielsen

Résultats

Les extrants comme la farine et les huiles comestibles étant des ingrédients essentiels pour les secteurs de la fabrication d’aliments et de boissons, du commerce de détail et de la restauration, l’industrie peut anticiper une augmentation de la demande. Le désir de se procurer davantage de céréales et d’oléagineux à l’échelle locale, motivé par des tendances à la commodité et à la durabilité, explique pourquoi les chiffres sur la consommation interne sont si élevés cette année. Les produits céréaliers et oléagineux sains continuent de gagner en popularité ici et à l’étranger. Tout est en place pour favoriser une augmentation de la capacité de transformation du Canada.

À suivre
Racontez votre histoire grâce aux codes QR et à la traçabilité

Misez sur les codes QR et la traçabilité pour raconter l’histoire de vos produits alimentaires.