Passer au contenu principal

Quatre conseils simples pour prévenir l’épuisement et améliorer le bien-être

  • 3,5 min de lecture

À la naissance, personne ne sait comment maîtriser ses émotions. Les hauts et les bas des réactions émotionnelles peuvent avoir une incidence considérable sur le bien‑être. Lorsqu’on traverse une période difficile, il peut arriver que l’on se sente dépassé, fatigué et épuisé. La Dre Jody Carrington, psychologue, auteure et conférencière, affirme qu’une dysrégulation (le fait de ne pas savoir comment demeurer calme en période de détresse) est à l’origine des troubles émotionnels. Au beau milieu de la pandémie mondiale de COVID‑19, elle croit que cela représente un défi majeur pour un nombre croissant de personnes.

Ces quelques conseils peuvent aider à prévenir l’épuisement et à rétablir le bien‑être mental.

« Les ingrédients fondamentaux de la dysrégulation émotionnelle sont l’incertitude, la peur et la croyance qu’il n’y a pas de fin en vue », explique la Dre Carrington. « Compte tenu de l’incertitude qui règne autour de nous, il est normal que le taux d’épuisement émotionnel soit en hausse. La dysrégulation est au cœur de l’épuisement. »

Conseils pour améliorer son bien-être émotionnel

Lors d’un récent événement virtuel de FAC, la Dre Carrington a donné quatre conseils pour améliorer la régulation émotionnelle et prévenir l’épuisement :

  1. Reconnecter

    Le sentiment d’appartenance est ancré dans la nature humaine. Renouez avec vos proches et avec votre raison d’être. Pour quelles raisons dirigez‑vous une exploitation agricole? Pourquoi élevez‑vous votre famille à l’endroit où vous vous trouvez? Pourquoi êtes‑vous sur cette planète? La raison pour laquelle vous faites ce que vous faites est importante.

  2. Se reposer

    Des études indiquent que, chaque jour, nous devrions consacrer 45 % de notre temps à nous reposer. Le sommeil est certes le plus important indicateur de la régulation émotionnelle, mais les périodes de repos peuvent également comprendre la pratique d’activités plaisantes ou relaxantes.

  3. Choisir la joie

    Éprouver de la joie est un choix. Les êtres humains peuvent éprouver plusieurs émotions en même temps, mais il y en a toujours une qui prime. Si l’on consacre tout son à temps à se préparer pour le pire, on met la joie de côté. Le rire déclenche des changements remarquables dans notre corps. Quelle est la dernière fois que vous avez ri aux éclats avec votre famille, ou dansé dans votre cuisine?

  4. Pratiquer de la gratitude

    La gratitude est puissante, mais elle nécessite de la pratique. Cultiver la gratitude consiste avant tout à tourner son attention sur ce qui va bien plutôt que sur les tensions que l’on vit. Pensez spécifiquement aux choses pour lesquelles vous éprouvez de la gratitude aujourd’hui, même si elles semblent mineures.

Faites également un retour sur vous-même et réfléchissez à ce qui fait que votre famille, votre ferme et votre collectivité sont chanceuses de vous avoir. Comment contribuez‑vous à les rendre meilleures? Il peut être difficile de répondre à ces questions, mais elles sont importantes.

Quelques mesures pratiques pour commencer

La Dre Carrington recommande de créer d’abord de l’espace pour les personnes qui vivent un épuisement ou un grand stress au lieu de tenter d’arranger les choses sur‑le‑champ. Respirez. Relâchez la tension dans vos épaules. Détendez votre mâchoire. Décollez votre langue de votre palais.

Son meilleur conseil, lorsque la personne qui vit un épuisement ou un grand stress est l’un de vos proches, est de donner l’exemple.

« Il ne sert à rien de lui dire comment réguler ses émotions, vous devez plutôt lui montrer comment. Vous devenez alors la réponse, pas nécessairement en arrangeant ce qui ne va pas, mais en relâchant la tension dans vos propres épaules et en donnant l’exemple. »

Si vous vivez une situation de crise de santé mentale, composez le 9‑1‑1 ou allez à l’hôpital. Pour plus d’informations sur les ressources disponibles pour la santé mentale à la ferme, visitez domore.ag.

En conclusion

La dysrégulation, ou le fait de ne pas savoir comment demeurer calme lorsqu’on vit une détresse, est souvent la source des troubles émotionnels. Pour améliorer son bien‑être émotionnel, les experts conseillent de renouer avec ses amis et ses proches le plus souvent possible, de se reposer, de choisir consciemment ses émotions et de pratiquer la gratitude. 

Article par : Rebecca Hannam