Passer au contenu principal

Étape 1 : Préparation en vue du transfert de l’exploitation

  • 9,5 min de lecture

Votre ferme est-elle en transition?

La réponse est oui.

Sans rien connaître de votre exploitation ou de votre situation familiale, les spécialistes en exploitations agricoles vous diront que votre ferme est inévitablement en transition. Les marchés changent, la technologie évolue et, vous aussi, vous changez. La seule constante en agriculture et dans la vie est le changement.

Reconnaître que vous, votre famille et votre exploitation agricole vous trouvez dans un train en marche est la première étape, qui est parfois la plus difficile, du processus de transfert de l’exploitation. Que vous le vouliez ou non, il s’en passe des choses. Toutefois, le fait d’être conscient de l’évolution de votre ferme vous permet de garder le contrôle de la situation.

Soyez honnête au sujet de vos intentions. L’adoption d’une mentalité de préparation est la première étape stimulante dans le processus du transfert.

Planifier tôt vous donne plus d’options

Il est courant de remettre à plus tard les discussions au sujet de l’avenir. Toutefois, si vous n’avez pas de plan, les membres de votre famille se retrouveront avec des hypothèses sur la manière dont le transfert pourrait se dérouler. De nombreux scénarios peuvent mettre votre planification sur pause :

  • Vous avez le pressentiment que vos enfants sont divisés sur l’avenir de la ferme familiale et vous craignez que le sujet ne déchire la famille.
  • Vous n’êtes pas certain d’être prêt à vous retirer et à céder le contrôle des activités quotidiennes ou des décisions importantes ou que vos successeurs sont prêts à assumer cette responsabilité.
  • Vous êtes prêt à reprendre la relève, mais vous sentez que vos parents n’ont nullement l’intention de prendre leur retraite.
  • Vous ne savez pas par où commencer parce que vous êtes dépassé.

Vous n’arriverez pas à préparer le transfert si toutes les personnes concernées ont une vision différente de la manière dont les choses vont se dérouler. Il est possible que deux fermes semblent similaires en théorie, mais qu’elles choisissent des voies différentes. Si vous croyez que votre famille est unique, vous avez raison. Mais il existe des solutions créatives que d’autres familles ont mises en place, dont vous pouvez vous inspirer pour faire fonctionner même les situations les plus délicates. En outre, certaines des meilleures stratégies prennent du temps. Si vous remettez à plus tard la discussion, vous risquez de limiter vos options et de vous retrouver au dépourvu en cas d’imprévus.

Faites de la préparation une priorité

Vous pouvez planifier le transfert de la ferme ou celui-ci peut vous être imposé. En cas de maladie ou de décès soudain, vous pourriez être forcé à prendre des décisions difficiles qui ne seront pas nécessairement les meilleures ni pour votre exploitation ni pour votre famille. Entamer la planification du transfert à des funérailles est le pire des scénarios. Commencez dès maintenant, pendant que vous n’êtes pas en situation de crise. Plus vous commencez à planifier tôt, plus vous aurez de marge de manœuvre et plus vous verrez clair dans vos affaires.

1. Ayez une conversation avec vous-même

Que vous soyez une personne plus âgée qui songe à la prochaine étape de sa vie ou une jeune personne voulant planifier son avenir dans la ferme, commencez par vous analyser et notez vos pensées.

Associé principal : Reconnaissez que vous devrez sans doute céder un peu les commandes et la gestion de la ferme et que votre mode de vie évoluera au cours du processus de transition. Lâcher prise est difficile pour de nombreux agriculteurs, mais le mentorat et le partage de la gestion sont essentiels à la continuité des activités.

Jeune associé : Réfléchissez à vos plans d’avenir. Vous souhaitez peut-être un transfert rapide du contrôle et des actifs de la ferme, mais une approche lente et progressive de la transition est probablement plus réaliste.

Toutes les personnes concernées : La capacité de tenir des conversations délicates aidera votre famille et votre entreprise à prospérer. Posez-vous les questions difficiles au début du processus et soyez disposés à communiquer ouvertement vos réflexions en tant que famille et entreprise. Il est également utile de se mettre à la place de l’autre. Pratiquez-vous à parler des choses délicates : vous serez plus ouvert et compréhensif si vous savez ce que vous ressentez et si vous êtes en mesure de l’exprimer clairement.

Réfléchissez-y et écrivez-le

Prenez le temps de réfléchir dans un endroit tranquille. Répondez aux questions suivantes et consignez toute autre réflexion additionnelle :

  1. Qu’est-ce que je souhaite faire de la prochaine étape de ma vie?
  2. Quelle est ma vision de la ferme et de ma participation?
  3. Où est-ce que je veux vivre?
  4. Combien d’argent ai-je besoin pour vivre?
  5. D’où proviendront mes revenus?
  6. La ferme peut-elle faire vivre plusieurs générations? 
  7. Comment puis-je envisager le processus de transfert de la ferme? 
  8. Quelles sont mes valeurs fondamentales? 
  9. Comment puis-je afficher ces valeurs fondamentales à la ferme? 
  10. Comment mes valeurs me guideront-elles pour un transfert de ferme réussi?

L’exploration de ces questions vous donnera un bon point de départ pour lancer la discussion avec les autres. Les mots sont importants. Pour certains agriculteurs, le terme « transition » plutôt que « retraite » pour désigner la prochaine étape peut sembler moins menaçant et peut apaiser leurs craintes d’être abruptement exclus. La transition indique que la génération plus âgée peut continuer à contribuer en accompagnant la jeune génération et en lui enseignant. Pour générer une richesse multigénérationnelle, l’exploitation familiale a besoin, plus que jamais, de leadership.

Prochaine étape

Posez ces questions pour amorcer la conversation sur le transfert.

2. Communiquez vos plans personnels aux autres

Une fois que vous aurez un plan en tête, la prochaine étape consiste à échanger avec les autres.

La première personne avec qui vous devriez en parler est votre conjoint. Les spécialistes en transfert de ferme rencontrent régulièrement des femmes d’agriculteurs de 70 ans qui ont aimé la vie à la ferme, mais qui ont le sentiment d’avoir fait leur temps. Elles souhaitent quitter la ferme et vivre autre chose à cette étape de leur vie.

Les conjoints doivent être sur la même longueur d’onde. Que vous ayez l’intention de vous retirer de la ferme ou de participer plus activement à l’exploitation pour la reprendre un jour, ne tenez pas pour acquis que vous savez ce à quoi votre conjoint aspire.

La planification du transfert consiste en grande partie à démêler les hypothèses. « Je croyais que c’était ce que tu voulais » peut être le début d’une conversation émotionnelle. Les attentes non exprimées sont les tueurs silencieux des plans de transfert. Les présomptions au sujet de la succession ont toujours été très communes au sein des familles d’agriculteurs. Dans certains cas, c’est un parent qui présume que l’un de ses enfants en particulier reprendra la ferme; dans d’autres, c’est un enfant qui s’imagine que la ferme lui reviendra, mais dans un cas comme dans l’autre, ils n’en ont jamais parlé ouvertement.

3. Tenez des réunions de famille régulières et structurées

Convoquez les membres de la famille dans un lieu paisible où ils pourront partager leurs idées, mais précisez bien qu’il s’agit d’une réunion d’affaires. Séparez les affaires et la famille pour cette discussion.

Investissez dans la création d’une vision pour le plan de transfert de votre exploitation. Parlez plus longuement des espoirs et des rêves que des bilans. Nul besoin d’inviter l’avocat et le comptable à cette étape. Découvrez plutôt comment chacun entrevoit l’avenir. Invitez toutes les personnes (y compris les conjoints) à partager leurs réflexions. Il n’est pas nécessaire d’arriver à un consensus — le but est d’y voir plus clair et de comprendre la position de chacun.

Lorsque vous prévoyez des réunions de planification du transfert, choisissez des moments spéciaux autres que pendant la tenue de conversations habituelles. Les activités quotidiennes ont tendance à éclipser la planification stratégique à long terme. Le transfert de la ferme requiert toute l’attention de chacun.

Considérez la tenue de réunions stratégiques trimestrielles consacrées uniquement aux activités du transfert de la ferme, particulièrement durant les étapes de la planification. Donnez à chacun autour de la table une tâche en le rendant responsable d’une partie de l’ordre du jour. Chaque personne pourrait, par exemple, être responsable d’effectuer des recherches ou de mener la discussion sur des thèmes particuliers.

Espacez les réunions de façon à avoir le temps de réfléchir, d’effectuer des recherches et de prendre en considération les propos des autres. Certaines personnes réfléchissent mieux à voix haute, alors que d’autres ont besoin de temps pour tout assimiler. L’établissement d’un calendrier de réunions permet de s’assurer que le processus ne s’enlise pas. N’hésitez pas à faire appel à un facilitateur externe pour vous assurer que la réunion reste ciblée et productive.

Les trois étapes décrites ci-dessus ne visent pas à finaliser le plan du transfert de l’exploitation. Leur objectif est de préparer chacun au processus. L’introspection, la comparaison des visions avec les conjoints et les conversations avec le reste de la famille préparent le terrain pour une planification réussie du transfert.

Devoir — Lire Conversations cruciales : Des outils pour s’exprimer quand les enjeux sont de taille

Selon les auteurs Kerry Patterson, Al Switzler, Joseph Grenny et Ron McMillan, une conversation cruciale est « une discussion entre deux ou plusieurs personnes où (1) les enjeux sont de taille; (2) les opinions diffèrent; (3) l’atmosphère est chargée d’émotions ». Malheureusement, quelle que soit la qualité des discussions et de l’exécution de votre plan de transfert, le processus impliquera des conversations cruciales. Achetez le livre (en anglais seulement) et mettez en pratique ce que prônent ses auteurs.

Montrez-leur votre passion

Êtes-vous impatient de faire avancer le processus? Parlez de votre vision et de votre rêve de l’agriculture avec vos parents ou vos tantes et oncles. Ils ont reçu beaucoup de recommandations et de formations destinées aux agriculteurs en fin de carrière, mais s’ils ne sont pas motivés pour entamer la conversation, c’est aux plus jeunes de prendre les devants et de partager leurs réflexions.

Présentez-leur un plan d’entreprise et une vision pour montrer que vous êtes prêt et que vous avez réfléchi à la transition. Soyez curieux et posez des questions. Demandez à l’associé principal ce qu’il pense de votre histoire et de vos idées.

Sachez ce qu’est la règle 60-30

La crainte de devoir se retirer rapidement de l’exploitation une fois que le processus du transfert est entamé est une préoccupation commune chez la génération plus âgée. L’associé principal peut juger utile de planifier, sauf si cela signifie qu’il devra céder les commandes de la ferme.

Certains planificateurs font référence à la règle 60-30. Cette règle aide les associés principaux à décider si le moment est venu d’exécuter leur plan de transfert et de commencer le partage de la propriété de l’exploitation. 

Si vous avez 60 ans et que vous êtes l’associé principal, n’hésitez plus. Vous devriez avoir un plan qui décrit comment le transfert de propriété se fera et les rouages devraient déjà être enclenchés. Si vous avez un enfant de 30 ans, mais que vous avez seulement 55 ans, le moment est venu d’aller de l’avant avec votre plan.

Le transfert des responsabilités de gestion devrait commencer plus tôt, mais le transfert effectif des occasions de croissance et de la propriété devrait être amorcé avant que la règle 60-30 entre en jeu.

Des études montrent que lorsqu’un enfant atteint l’âge de 30 ans, il devrait connaître la valeur qu’il apporte à la ferme familiale et savoir si la ferme lui offrira de la sécurité et un avenir. Si à 30 ans, l’enfant est traité comme un employé, il se remettra sans doute en question et se demandera s’il vaut la peine de rester.