Passer au contenu principal

De bonnes pratiques en matière de santé mentale permettent de prendre de meilleures décisions d’affaires

  • 4,5 min de lecture

Il est facile de laisser ses émotions remonter à la surface au moment de prendre des décisions à la ferme, surtout en période de stress ou d’incertitude. Mais il est important de savoir comment doser ses émotions afin de demeurer pragmatique pour le bien de l’entreprise et de ses employés.

Le rôle des émotions dans la prise de décisions

« Nous sommes très attachés à nos fermes, souvent en raison d’héritages familiaux ou d’un engagement de longue date envers le progrès de notre secteur », explique Lauren Van Ewyk, travailleuse sociale et propriétaire de Wellspring Counselling Services (en anglais seulement) à Courtright, en Ontario. « Le problème, c’est que nos émotions ne sont pas toujours de bons guides. »

Posez-vous quelques questions pour découvrir le lien direct qui unit l’émotion à la prise de décision d’affaires logique.

En règle générale, la prise de décision fondée uniquement sur la logique ou uniquement sur les émotions ne fonctionne pas.

« Nous devons tenter de trouver un juste équilibre entre les deux », poursuit Mme Ewyk. « En période de stress, nous sommes beaucoup plus prédisposés à laisser notre côté émotif prendre le dessus et, dans un tel cas, on finit souvent par douter de nous-même ou par regretter nos choix. »

Trouver un juste équilibre

Le stress n’est pas une émotion; elle est plutôt le symptôme d’une émotion, qui est souvent la colère, la tristesse ou la peur. Mme Van Ewyk propose de suivre les étapes suivantes pour pondérer les émotions avec le pragmatisme lorsqu’il s’agit de prendre des décisions à la ferme :  

  • Reconnaissez l’émotion fondamentale, puis occupez-vous de la décision qui est une source de stress.
  • Faites la part de ce que vous pouvez et ne pouvez pas contrôler.
  • Gardez à l’esprit qu’aucune occasion, aussi extraordinaire qu’elle puisse être, ne peut à elle seule assurer la prospérité ou causer la ruine d’une entreprise.
  • La ferme ne peut pas bien fonctionner si vous ne prenez pas soin de vous-même ou que vous ne faites pas preuve de compassion envers vous-même.

Lorsque la prise de décision crée du stress, référez-vous à votre plan d’entreprise et posez-vous quelques questions. Tentez de découvrir le lien direct qui unit l’émotion à la prise de décision d’affaires logique.

  • Relisez votre plan d’entreprise
  • Recensez ce qui fonctionne et surtout, ce qui ne fonctionne pas, puis déterminez-en la cause
  • Établissez ce qui vous empêche de résoudre le problème soulevé
  • Tentez de trouver l’origine de votre réponse émotionnelle à ce problème

Remplacez les suppositions par des faits

La prise de décision en groupe, particulièrement lorsque le groupe comprend des partenaires d’une exploitation familiale, peut également être une source de stress.

Selon Denise Filipchuck (en anglais seulement) conseillère en gestion agricole et planificatrice financière établie en Saskatchewan, il est nécessaire que chaque partie use de ses meilleures pratiques de communication pendant les réunions afin de gérer le stress.

Exercez-vous à écouter dans le but de comprendre plutôt que de simplement attendre votre tour pour prendre la parole. Et, ajoute-t-elle, prenez de courtes pauses dès que le ton monte, que la conversation devient hostile, que des participants commencent à suer ou à respirer plus bruyamment ou que vous remarquez tout autre signe physique de stress.

« Essayez de vous calmer, puis reprenez la réunion. La pause ne doit pas nécessairement être longue. De vingt à trente minutes suffisent pour être en mesure de redevenir vous-même », explique Mme Filipchuck, faisant remarquer que toute bonne communication met l’accent sur les faits et écarte les suppositions.

Soyez honnête avec vos employés

En temps incertain, les employés peuvent percevoir l’anxiété des autres et devenir eux-mêmes anxieux.

Un plan d’entreprise et de ressources humaines peut aider à faciliter la communication avec les employés durant les périodes difficiles, selon Jennifer Wright (en anglais seulement), directrice générale par intérim et directrice des programmes, des opérations et des partenariats au Conseil canadien pour les ressources humaines en agriculture.

Même s’il est impossible de prévoir toute éventualité, le fait de réfléchir aux scénarios les plus optimistes et les plus pessimistes peut atténuer le stress lorsque des problèmes surviennent et vous aider à planifier les communications avec les employées.

Mme Wright recommande de garder ce qui suit à l’esprit lorsque vous communiquez avec vos employés en période de stress à la ferme :

  • Évitez de réagir de façon excessive dans vos communications
  • Évitez de faire des commentaires négatifs spontanés
  • Ne spéculez pas sans avoir suffisamment d’informations
  • Fournissez aux employés suffisamment d’informations sans trop donner de détails

« Assurez-vous que ce que vous dites est exact. Au moment où quelque chose arrive, vous pourriez croire que le ciel va vous tomber sur la tête, mais en y réfléchissant sérieusement, vous réaliserez que cela est peu probable », souligne Mme Wright. « Communiquez lorsque vous avez des données concrètes et que vous êtes à peu près certain de ce qui se produira. »

En conclusion

Nos émotions peuvent être étroitement liées aux décisions que nous prenons à la ferme, particulièrement en période de stress ou d’incertitude. Trouver un juste équilibre entre les émotions et la raison est une aptitude qui vous sera utile et qui aidera également vos partenaires et vos employés. La planification, l’honnêteté envers vous-même et la communication des faits aux employés peuvent atténuer les effets négatifs du stress.

Article par : Matt McIntosh