Passer au contenu principal

Planifiez tôt la gestion des flux de trésorerie au printemps

  • 2,5 min de lecture

Il est important d’exercer une surveillance rigoureuse des flux de trésorerie toute l’année, mais encore plus au printemps.

Lance Stockbrugger, producteur agricole de la Saskatchewan et comptable agréé, estime que les producteurs dépensent environ 80 % de leur budget annuel en l’espace de trois à cinq semaines à cette période-ci de l’année, d’où l’importance de respecter un plan.

« Il faut s’assurer d’avoir un compte en banque assez garni pour être en mesure d’acheter un maximum d’intrants. L’accès à une ligne de crédit est aussi indispensable », dit-il.

Étant donné qu’environ 80 % des dépenses d’une ferme ont lieu au printemps, la gestion des flux de trésorerie exige de la planification. 

Jonathan Small, agent principal de recherche de la société Global Ag Risk Solutions, partage cet avis et souligne que des sommes importantes sont investies dans la terre en un très court laps de temps.

Planification

M. Stockbrugger indique qu’à sa ferme, la planification des flux de trésorerie pour ce printemps a débuté l’année dernière.

« La planification était déjà amorcée l’automne dernier à l’étape du moissonnage-battage, voire il y a un an, dit-il. Et nous commençons déjà à réfléchir à la rotation que nous mettrons en œuvre l’année prochaine, à prévoir les champs que nous allons ensemencer. »

M. Small indique que les producteurs doivent se doter d’un plan réaliste. Il ajoute qu’une erreur fréquente consiste à utiliser les chiffres d’autres producteurs.

« Ne vous fiez pas aux coûts standard ou aux coûts prétendus de l’équipement de votre voisin », insiste M. Small.

Dans de tels cas, dit-il, les producteurs ne comprennent pas parfaitement leurs propres coûts, ce qui les empêche de prévoir les problèmes de trésorerie et de trouver des solutions.

Glenn Dogterom, conseiller aux entreprises du cabinet MNP, indique que le plan d’un producteur devrait comporter un examen annuel du bilan et de l’état des résultats, ce qui permet d’anticiper les problèmes de trésorerie de la ferme longtemps avant qu’ils se concrétisent.

« Ces problèmes n’apparaissent pas sans crier gare », dit M. Dogterom, qui ajoute qu’un examen annuel de ces chiffres permet aux agriculteurs de trouver les options et les solutions les mieux adaptées.

« Nous sommes incapables de prédire l’avenir, dit M. Stockbrugger. Nous ne savons pas exactement ce qui va arriver, mais nous prévoyons le pire en espérant que tout ira pour le mieux et que nous n’aurons pas de surprises. »

Communication

M. Small indique que si la planification est importante, la communication avec tous les intervenants qui soutiennent le plan, comme les prêteurs, est cruciale.

Selon M. Stockbrugger, les producteurs doivent discuter tôt des questions de trésorerie avec leur banquier afin d’éviter de le prendre de court, ce qui peut mener à des décisions précipitées en cas de difficulté financière.

En conclusion

Il est important de commencer à planifier les flux de trésorerie du printemps jusqu’à un an à l’avance. Pour ce faire, les producteurs peuvent rencontrer une fois l’an un expert financier comme un comptable pour examiner leur bilan et leur état des résultats. Ils doivent aussi bâtir une relation solide avec leur prêteur en lui communiquant fréquemment leur plan d’avenir pour la ferme.


Gérez-vous efficacement votre trésorerie?

Découvrez comment la planification des flux de trésorerie peut vous garder sur la bonne voie financière.

Obtenir notre guide