Passer au contenu principal

Êtes-vous sur la bonne voie? Confirmez vos principaux objectifs et votre niveau de risque

  • 8 min de lecture

Félicitations!

Vous avez choisi votre approche stratégique. Voici la partie amusante : déterminer ce qui doit se passer pour la suite (vos objectifs) et votre niveau de risque relatif (tolérance et tests de tension). Puis, décidez avec votre équipe de l’ordre des mesures à prendre pour atteindre votre premier objectif, votre deuxième, votre troisième, ainsi que les suivants. C’est le moment de cerner ce que vous devez apprendre, de trouver les lacunes à combler en matière d’information, et de définir les étapes clés à franchir pour savoir si vous êtes sur la bonne voie.

Concepts clés

Il ne faut pas oublier de hiérarchiser vos priorités, mais penchons-nous sur d’autres outils qui peuvent vous aider à progresser vers vos objectifs. Tout d’abord, il est essentiel de comprendre votre tolérance au risque afin de prendre pleinement conscience de vos « zones de confort » et de les respecter, et pour connaître le niveau de risque acceptable pour vous, votre famille et vos associés, et avec lequel vous êtes à l’aise.

En déterminant la façon d’atteindre vos objectifs, il importe de vous assurer que ces derniers suivent le modèle SMART.

Les objectifs SMART sont :

  • spécifiques;
  • mesurables;
  • atteignables;
  • reliés;
  • temporels.

Ces cinq critères sont utiles à toutes les étapes en affaires, dans un futur immédiat (comme la semaine prochaine) et dans les années à venir, car l’acronyme SMART s’applique à tous les stades de maturité de l’entreprise. En appliquant ces cinq critères à un objectif donné, vous pourrez rapidement évaluer dans quelle mesure il est atteignable.

Vous devriez continuer de passer en revue vos objectifs de type SMART aussi souvent qu’il vous semble nécessaire de le faire, et lorsque vos perspectives changent de façon marquée, que ce soit à court, moyen ou à long terme.

Supposons qu’un néophyte de la finance veuille en savoir plus dans ce domaine, car il estime que son exploitation agricole n’est pas aussi efficiente qu’elle pourrait l’être. Son objectif à court terme consiste à lire un livre électronique de 16 pages téléchargé à partir d’Internet. Son objectif à moyen terme est d’appliquer les concepts appris à sa propre entreprise agricole. Quant à son objectif long terme, il s’agit de modifier les finances de son exploitation agricole afin d’en accroître l’efficience et la rentabilité.

Vous pouvez employer cette méthode, ou une autre qui cadre mieux avec la vision et la mission de votre entreprise agricole, ce qui sera bénéfique pour vous tout comme pour les personnes qui travaillent avec vous et pour vous pour voir clairement vos buts et objectifs.

Exemple d’une exploitation agricole : Jim et Suneeta s’apprêtent à se lancer dans la production de houblon et ils ont divers objectifs à atteindre. Leur objectif à court terme est de se procurer des cultivars de houblon auprès d’un producteur déjà établi. Ensuite, leur objectif à moyen terme serait de produire entre 100 et 110 % des rendements moyens prévus pour leur variété particulière. À ces objectifs s’ajoute celui, à long terme, de produire suffisamment de houblon chaque année pour ne plus avoir besoin de continuer de s’approvisionner à l’externe et de pouvoir ainsi réduire leurs coûts.

Gestion du risque d’entreprise

Englobant plus que le risque financier, le concept de gestion du risque d’entreprise (GRE) est une stratégie d’affaires fondée sur un plan d’action qui vise à cerner, évaluer et prévoir tous les dangers et les risques et toutes les catastrophes possibles — au sens propre comme au figuré — qui pourraient faire obstacle aux activités et aux objectifs d’une entreprise. Il est important de connaître les risques qui menacent votre exploitation agricole et de savoir quelles mesures prendre pour les atténuer. Vous l’avez appris dans votre analyse FFOM, mais la GRE constitue un autre outil qui peut servir à approfondir votre analyse, tout particulièrement en ce qui a trait aux aspects Faiblesses et Menaces.

Dans les systèmes agricoles et agroalimentaires, la GRE peut devenir un outil crucial, puisqu’il existe de nombreux risques que les gestionnaires agricoles moyens ne peuvent contrôler, surtout les marchés et les conditions météorologiques.

La GRE diffère de la gestion traditionnelle du risque, car elle est davantage axée sur la pensée systémique selon laquelle un gestionnaire tient compte des liens entre tous les éléments d’une décision ou les aspects de son entreprise. Tandis qu’un modèle traditionnel mettrait l’accent sur des circonstances pessimistes, la GRE priorise les possibilités et les circonstances positives. De plus, le modèle de GRE est proactif et continu, beaucoup moins fracturé et réactif que celui de la gestion traditionnelle du risque.

La GRE comporte trois grands axes : l’exposition au risque, la tolérance au risque et les pratiques d’atténuation du risque.

Pratiques clés

Quels que soient vos objectifs, il est crucial de maintenir le cap. Qu’il s’agisse de projets à court, moyen ou long terme, l’utilisation des concepts clés expliqués ci-dessus contribuera grandement à la prospérité et à la viabilité de votre exploitation agricole.

Pour une exploitation prospère, se concentrer sur les priorités est essentiel, mais cela ne veut pas dire pour autant que vous ne pouvez pas nourrir des rêves et des objectifs de nature plus générale. Comme nous l’avons appris dans l’article Comment intégrer, créer et prioriser pour miser sur les avantages stratégiques, ils ne se réaliseront peut-être pas, mais ils nous aident à réfléchir continuellement à des améliorations.

Le processus de GRE, jumelé à une analyse de sensibilité, aide à déterminer exactement quels facteurs influencent une entreprise agricole, et ceux qui sont sans influence sur elle. Une analyse de sensibilité se décrit comme une « simulation hypothétique » dans laquelle l’aspect financier domine. En quelque sorte, c’est un peu comme une simulation de crise hypothécaire. Votre entreprise agricole peut être touchée par une ou plusieurs variables, qu’une analyse de sensibilité peut rapidement cerner et mettre en évidence pour vous. Connaître ces informations vous permet de déterminer quelle devrait être votre réaction selon la situation.

Exemple d’une exploitation agricole : nous avons fait la connaissance de nos producteurs de houblon, Jim et Suneeta, dans l’article 3. Pour eux, l’analyse de sensibilité entre en jeu pour les aider à évaluer la viabilité et la qualité marchande de leur houblon. Lorsque la pandémie de COVID-19 a forcé la fermeture des bars et des salles à manger de restaurants, les gens ont consommé moins d’alcool dans ces principaux lieux de consommation. Une analyse de sensibilité les aide à déterminer quelles répercussions les fermetures pourraient avoir sur les projections d’affaires du couple, surtout en cas de baisse de l’ensemble de la production d’alcool. Bien qu’ils ne puissent pas contrôler ces facteurs, une analyse leur permet d’adapter leurs attentes et de planifier en conséquence.

Exemple d’une exploitation agricole : De façon similaire, une occasion s’offre à Li et Katie avec le transfert de la ferme familiale et les deux oncles de Katie. Même si l’idée de racheter la part des oncles est intéressante sur papier, il s’agit d’une situation délicate. Le couple effectue une analyse de sensibilité et se rend compte que, malgré une foule de possibilités à exploiter, une hausse des taux d’intérêt ou de la location au comptant pourrait rapidement faire déraper les projets. Il y a d’autres facteurs à prendre en considération, notamment la concurrence de la part d’agriculteurs de la région qui achètent des terres et l’impact possible sur l’économie d’échelle que prévoient Li et Katie.

Un indice ou plusieurs indices comparatifs constituent une autre pratique clé. Votre analyse FFOM peut vous aider à voir plus clairement où vous vous situez à l’heure actuelle (article 6).

Considérer la situation unique de l’entreprise

En agriculture surviennent différents problèmes (encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), enjeux commerciaux, COVID-19) qui ne sont pas prévus ou contrôlables; toutefois, il n’y a pas lieu de tout percevoir comme un obstacle à la réussite. Toute situation comporte des occasions à saisir et les fermes bien gérées et dotées de plans stratégiques clairs et judicieux arrivent souvent à en tirer parti.

Il est tout à fait normal de devoir adapter vos objectifs en fonction du délai que vous aviez fixé initialement. Dans certains cas, si votre délai peut être prolongé, il se pourrait que vous atteigniez quand même vos objectifs comme prévu.

Une fois les objectifs concrétisés — que ce soit selon les échéances initiales ou révisées — vous serez en mesure d’élaborer d’autres plans et d’évaluer si une meilleure planification ou une approche stratégique différente aurait pu être plus avantageuse pour votre entreprise.

Avant tout, n’oubliez pas de rester fidèle à votre vision à long terme et aux principes de votre mission, même dans l’adversité et même devant des revers imprévus ou des urgences. Modifier un ou plusieurs buts en raison d’un simple contretemps peut être une décision qui pourrait revenir vous hanter.

Tâchez de comprendre la situation, révisez votre plan et suivez la nouvelle trajectoire afin d’atteindre de la meilleure façon possible les objectifs que vous avez travaillé si fort à établir pour votre entreprise et pour vous-même.