Passer au contenu principal

La numérisation des données agricoles comporte des avantages

  • 3 min de lecture

Certains agriculteurs ne voient pas de valeur à numériser leurs données agricoles. Pourtant, les données électroniques ont plusieurs utilités, selon Marty Seymour, directeur principal, Relations avec l’industrie à FAC.

« Les données électroniques peuvent servir à la prise de décisions agronomiques, aux pratiques comptables et à la tenue de registres », explique M. Seymour. Elles permettent de créer un historique des activités agricoles, depuis les dates de semis jusqu’à diverses données sur les récoltes, en passant par l’épandage d’engrais. Dans le cas des exploitations de bétail, elles permettent de créer un historique électronique de chaque animal qui peut être suivi tout au long de sa vie.

M. Seymour croit que les exemples d’avantages réels et concrets de la numérisation des registres se multiplient chaque année et que cela aide à convaincre les agriculteurs d’adopter cette pratique.

« Nous recueillons également des données électroniques directement de nos tracteurs, de nos moissonneuses-batteuses et de nos cellules à grain », indique M. Seymour. S’ajoutent à cela les données des robots de traite, des systèmes d’alimentation pour les volailles et les porcs ainsi que des étiquettes d’oreille numériques.

M. Seymour s’attend à ce que les agriculteurs recourent de plus en plus à la tenue de registres électroniques à mesure que la collecte de données devient plus simple.

Les agriculteurs sont divisés au sujet de la numérisation

Les agriculteurs qui n’ont pas migré vers la tenue de registres électroniques ne retireront probablement pas de valeur à les numériser, explique M. Seymour.  

« À la base, ils n’utilisent pas l’information pour prendre des décisions importantes », dit M. Seymour.

Certains croient que leurs registres manuels répondent adéquatement à leurs besoins. D’autres pensent que les logiciels de gestion sont trop complexes.  

« Comme pour les technologies qui touchent à d’autres aspects de nos vies, si elles sont extrêmement complexes et qu’on ne les utilise que quelques fois par année, on est moins portés à consacrer le temps nécessaire à apprendre leur fonctionnement », fait remarquer M. Seymour.

Adopter un logiciel de tenue de registres

Chris Vanthuyne, qui est propriétaire principal de produit d’AgExpert de FAC, reconnaît que la difficulté d’utilisation est le premier obstacle à l’adoption de nouvelles technologies.

Il est important pour les agriculteurs de tirer des bénéfices du temps qu’ils investissent dans la numérisation de leurs registres.

Un logiciel de tenue de registres est conçu pour simplifier la numérisation des registres et rendre les données agricoles plus facilement accessibles.

Il est important pour les agriculteurs de tirer des bénéfices du temps qu’ils investissent dans la numérisation de leurs registres, souligne M. Vanthuyne.

« Les agriculteurs doivent prendre de nombreuses décisions tout au long de la saison de croissance. La numérisation des registres leur permet d’accéder facilement aux données qui peuvent éclairer leurs décisions », ajoute M. Vanthuyne.

Un logiciel de gestion permet de consulter rapidement les données historiques au sujet des traitements phytosanitaires, des rotations de cultures, des coûts de production et de la rentabilité. Les utilisateurs peuvent également accéder rapidement à leurs données pour la production de rapports d’assurance-récolte ainsi que pour la tenue de livres et la comptabilité.

Les agriculteurs veulent également avoir l’assurance que leurs données sont sécurisées et qu’elles leur appartiennent, poursuit M. Vanthuyne. De nombreux progiciels à la fine pointe, y compris le Centre des Opérations de John Deere et AgExpert de FAC, ont obtenu la certification Ag Data Transparent, ce qui garantit la confidentialité et la sécurité des données.

En conclusion

Il est difficile pour certains agriculteurs de trouver de la valeur dans la numérisation des registres agricoles, mais plus la collecte de données deviendra simple, plus le taux d’adoption augmentera. Lorsque les registres sont numérisés, les données sur les dates de semis, la profondeur des semis, les rotations de cultures, les doses d’intrants, les coûts de production et la rentabilité sont toujours à portée de la main.

Article par : Richard Kamchen