Passer au contenu principal

Mettez à jour votre planification des ressources humaines en fonction de la COVID-19

  • 3 min de lecture

La propagation de la COVID-19 à l’échelle planétaire soulève des préoccupations relatives à son impact sur la santé publique. À mesure que nous en apprenons sur les moyens de nous prémunir contre le virus, les entreprises, y compris les exploitations agricoles, devraient actualiser leurs plans de ressources humaines pour faire face à une éventuelle épidémie chez leurs employés.

Assouplir les politiques sur les congés de maladie

Les symptômes de la COVID-19, qui sont causés par le coronavirus, peuvent prendre jusqu’à 14 jours pour apparaître, et même encore, ils peuvent être difficiles à détecter. Certains penseront qu’ils ont un rhume ou une grippe.

« Les producteurs et les employeurs agricoles doivent inciter les travailleurs à rester à la maison s’ils sont malades, surtout s’ils présentent des symptômes de la COVID‑19 », affirme Jennifer Wright, conseillère principale en ressources humaines au Conseil canadien pour les ressources humaines en agriculture. « Les employeurs doivent suivre les recommandations de l’Agence de la santé publique du Canada. »

Voici quelques mesures préventives : 

  • Encourager les employés à s’isoler s’ils sont malades
  • Cesser temporairement d’exiger un billet du médecin
  • Se préparer à faire face à un taux accru d’absentéisme pour cause de maladie chez les employés et les membres de la famille, et en raison des possibles fermetures d’école
  • Augmenter à deux mètres la distance entre les postes de travail

Rester informé

La Fédération canadienne de l’agriculture (FCA) déclare qu’elle surveille la COVID-19 et ses répercussions sur l’agriculture canadienne et publiera des mises à jour hebdomadaires. Elle a aussi dressé une liste de ressources à l’intention des agriculteurs pour les renseigner sur le virus et sa propagation.

Laurie Karson de la FCA recommande aussi la lecture de l’article 8 Questions Employers Should Ask About Coronavirus, publié dans le Harvard Business Review. Cet article offre des conseils judicieux qui peuvent être adaptés aux réalités des producteurs ou de tout propriétaire d’entreprise.

On y traite des meilleurs moyens de protéger les employés, des situations où il convient de fermer l’accès au public ou aux employés, et de la nécessité d’adapter le programme d’avantages sociaux en cas de fermeture du lieu de travail attribuable à la COVID-19.

Mettre à jour votre plan de gestion du risque

« Il est crucial que les agriculteurs disposent d’un plan de gestion du risque qui tient compte des ressources humaines, des communications et des plans d’urgence en cas d’épidémie », dit Mme Wright.

« La mise en place d’un plan de gestion du risque permettra de garantir une intervention structurée et contrôlée en cas de crise », ajoute-t-elle.

Le plan doit aussi prévoir des mesures pour assurer l’exécution de travaux urgents en cas de manque de personnel attribuable à une éclosion. « Vous pourriez par exemple conclure des ententes d’aide mutuelles avec des producteurs voisins », explique Mme Wright.

Disposer de procédures de quarantaine sur place

« Les exploitants agricoles qui fournissent un logement à leurs travailleurs doivent s’assurer que leur plan de gestion du risque tient compte du fait que de nombreux employés sont susceptibles d’être soumis à une quarantaine ou d’avoir besoin de soins de santé », ajoute Mme Wright.

Il est donc important de déterminer qui sont les décideurs et quels sont les rôles et les responsabilités, de prendre des dispositions pour l’accès aux soins médicaux et d’établir des plans de quarantaine et de transport vers les ressources médicales.

« Il faut aussi établir un plan de communication interne et externe, ce qui consiste à déterminer qui est la personne-ressource, qui sont les fournisseurs de soins médicaux, et quelles sont les coordonnées de tous les employés, les fournisseurs et les services communautaires », dit Mme Wright.

En conclusion

Les producteurs doivent adapter leurs plans d’urgence en cas d’apparition d’un foyer de COVID-19 à la ferme. Ils peuvent entre autres assouplir leurs politiques sur les congés de maladie et conclure des ententes d’aide mutuelle avec des fermes voisines pour assurer l’exécution de tâches à délai critique comme la traite. Les exploitants qui hébergent les travailleurs sur place doivent absolument établir un plan de quarantaine en cas d’épidémie. Restez au courant de l’actualité de la COVID-19 en consultant les recommandations de l’Agence de la santé publique du Canada et le site Web de l’Organisation mondiale de la santé.

Article par: Richard Kamchen