Passer au contenu principal

Les programmes privés d’assurance agricole ne réduiront plus le soutien offert par Agri-stabilité

  • 2,5 min de lecture

Un changement annoncé pour 2020 modifie le rapport entre Agri-stabilité et les programmes privés d’assurance. À partir de cette année, les paiements versés au titre des programmes privés d’assurance ne réduiront plus le soutien offert par Agri-stabilité.

En juillet dernier, les ministres fédéral, provinciaux et territoriaux de l’Agriculture ont indiqué que ce changement était à l’étude afin d’améliorer les programmes existants pour répondre aux besoins des producteurs et offrir un outil complémentaire à ceux du secteur privé. Les ministres ont analysé la façon dont Agri-stabilité comptabilise les paiements versés au titre des programmes privés d’assurance. L’assurance-grêle est une des principales sources de primes d’assurance du secteur privé qui sera touchée.

« Ce changement est tout à fait logique », selon Bruce Lowe, directeur général de la compagnie Ag Direct Hail Insurance, qui offre de l’assurance-grêle exclusivement en ligne. « Les producteurs qui s’assurent contre une perte de revenu ne devraient pas être pénalisés du point de vue du soutien offert par Agri-stabilité. »

« Ce changement est tout à fait logique. »

Grant Kosior, président-directeur général de Global Ag Risk Solutions, une compagnie qui offre des régimes d’assurance-revenu brut aux céréaliculteurs des Prairies, partage cet avis.

 

« Une conséquence directe de ce changement est que nous offrons cette année une option d’assurance qui s’ajoute aux niveaux de couverture offerts par Agri-stabilité. Nos programmes sont maintenant complémentaires à Agri-stabilité, et la prime est beaucoup moins élevée. »

Ce changement se répercute aussi sur le Programme d’assurance des prix du bétail dans l’Ouest (WLPIP), qui permet aux éleveurs de bloquer des prix planchers pour les porcs et les bovins. Le WLPIP est administré par le gouvernement en Colombie-Britannique, en Alberta, en Saskatchewan et au Manitoba. Cependant, comme les primes payées par les producteurs participants couvrent le coût de l’assurance, ce programme sera considéré comme un programme privé.

Il en va autrement des programmes Agri-protection (assurance récolte) offerts aux quatre coins du pays. En vertu de ces programmes, les gouvernements partagent le coût des primes avec les producteurs, de sorte que les prestations d’assurance récolte continueront de compter comme un revenu du point de vue d’Agri-stabilité, raison pour laquelle elles diminueront les paiements d’Agri-stabilité.

Soulignons qu’un producteur qui ne participe pas à l’assurance récolte pourrait voir son paiement au titre d’Agri-stabilité baisser. Ce sera le cas seulement si le producteur a une marge négative pour l’année de programme. Voilà donc une bonne raison de participer au programme d’assurance récolte et de ne pas supposer qu’Agri stabilité couvrira la totalité de votre risque de production.

La prise de décisions concernant les prix et l’assurance du revenu peut être difficile. Il n’existe pas de formule magique pour déterminer les produits et le niveau de couverture requis pour une ferme.

Questions à vous poser…

  • Comment les prix ou un déficit de production influent-ils sur vos résultats?
  • Votre exploitation peut-elle surmonter une perte de revenus?
  • Quel est le coût de chaque produit d’assurance envisagé, et quel soutien ces produits procurent-ils?
  • De quelle façon les programmes d’assurance se complètent-ils pour réduire le risque?

D’après un article de l’AgriSuccès par Kevin Hursh. 


Voir aussi

Comment la mise à jour d’un plan de gestion du risque peut aider à accroître l’assurance en affaires et à réduire le stress causé par la COVID-19.

La tolérance au risque financier diffère d’une ferme à l’autre. Apprenez à déterminer la vôtre et découvrez les programmes qui peuvent vous aider à gérer le risque financier.