Passer au contenu principal

Les moyens des agriculteurs pour faire du réseautage et partager leurs idées en ligne

  • 4 min de lecture

L’innovation et la découverte des tendances sont des facteurs importants pour promouvoir le redressement financier et la stabilité financière de l’agriculture canadienne.

Les expositions agricoles, qu’il s’agisse de réunions régionales d’entreprises de produits de base ou de grands événements liés aux équipements agricoles, sont de précieuses sources d’idées et de découvertes de tendances. Cependant, les restrictions imposées aux grands rassemblements intérieurs en raison des précautions prises dans le contexte de la COVID-19 offrent l’occasion de découvrir de nouvelles façons de promouvoir des idées.

Utilisation accrue des médias sociaux

Le réseautage en personne typiquement favorisé par les producteurs est désormais largement remplacé par les interactions en ligne. Le secteur agricole canadien, en particulier les agriculteurs indépendants, dispose d’une communauté virtuelle forte et dynamique. Il a pris un léger virage au printemps 2020.

« Les médias sociaux se sont multipliés dans le secteur de l’agriculture environ au cours des cinq dernières années, et je pense que cette tendance s’accélèrera probablement », déclare Tyler Fulton, membre du conseil d’administration de la Canadian Cattlemen’s Association.

Les présentations en personne étant à la baisse, on compte également sur Internet pour obtenir des renseignements supplémentaires.

« Je pense qu’il y a un grand mouvement en faveur du contenu en ligne », indique Vanessa Stockbrugger, fondatrice de Womencents.

Elle a remarqué une augmentation marquée du nombre de webinaires depuis la suspension des conférences.

Choisir le virtuel

De nombreux événements majeurs se sont retrouvés en ligne, comme Ag in Motion et la Canadian Beef Industry Conference.

Selon Mme Stockbrugger, ce virage donne l’occasion d’y participer à ceux qui ne pouvaient pas le faire en personne auparavant et favorise la diversité de voix aux discussions en ligne.

Elle considère le réseautage virtuel comme une occasion de se connecter les uns aux autres. Dans certains cas, les conférences offrent la possibilité de rechercher le profil d’autres participants par mot-clé ou d’énumérer des aspects de soi-même pouvant faire l’objet de recherches par d’autres.

« Vous pourriez rencontrer plus de personnes qu’en vous promenant dans un salon professionnel », a-t-elle lancé.

En même temps, des plateformes comme LinkedIn et Twitter représentent également une occasion de communiquer du contenu et de créer des réseaux avec d’autres membres de l’industrie.

Mme Stockbrugger note qu’au cours de certaines conférences, les conférenciers virtuels pouvaient répondre aux questions dans un salon de clavardage pendant la diffusion de leur présentation préenregistrée, créant ainsi un forum d’échange.

Les salons professionnels, qui constituent le pilier de la plupart des rassemblements agricoles, sont largement remplacés par des salons virtuels, qui comprennent des vidéos, des brochures téléchargeables à partir du site Web hôte et des réunions organisées avec les exposants.

Les médias sociaux, les événements en ligne et autres activités virtuelles sont devenus de précieuses plateformes d’apprentissage dans le domaine de l’agriculture, et leur importance s’est accrue en 2020.

La vente directe offre une stabilité financière

Alors qu’elles mettent toujours l’accent sur le redressement financier et la stabilité financière, les agriculteurs canadiens ont trouvé de nouvelles façons de vendre leurs produits afin de compenser les chocs qui ont ébranlé leurs marchés habituels en 2020.

La réponse la plus courante est une forme de vente directe aux consommateurs.

L’accent est toujours mis sur le redressement financier et la stabilité financière; les agriculteurs canadiens ont trouvé de nouveaux moyens de vendre leurs produits pour compenser les chocs qui ont ébranlé leurs marchés habituels.

De nombreuses exploitations agricoles canadiennes ont rapidement adopté des plateformes en ligne offrant des commandes prépayées. La livraison est parfois une option, tout comme le ramassage sur place ou à un emplacement central.

Certaines exploitations se sont associées à d’autres entreprises locales pour vendre dans leur boutique virtuelle des produits supplémentaires, comme des pâtisseries et des aliments secs. Les marchés agricoles au volant ont également fait leur apparition dans tout le pays, avec des innovations comme la commande en ligne et les possibilités de ramassage sans contact à l’auto pour les clients.

La Fédération de l’agriculture de l’Ontario (FAO) a élaboré un guide (en anglais seulement) sur la vente directe, tandis que l’Ontario Farm Fresh Marketing Association dispose de plusieurs ressources pour ceux qui vendent directement leurs produits.

L’innovation du marché est également présente dans le secteur du bétail. La Saskatchewan Stock Growers Association peut mettre en relation les acheteurs et les éleveurs grâce à un répertoire de ses membres qui propose de la vente directe de viande bovine.

En Alberta, le règlement modifié sur l’inspection des viandes (en anglais seulement) du gouvernement provincial améliore l’accès à la viande produite localement.

Les modifications comprennent l’augmentation des options de licence pour l’abattage à usage personnel et l’autorisation pour les consommateurs d’acheter un animal directement de la ferme où il a été abattu.

Dans l’ensemble, les agriculteurs reconsidèrent leurs modèles de production, ce qui suscite l’innovation et le changement.

Danielle Collins, analyste des politiques de la Fédération de l’agriculture de l’Ontario, affirme que le modèle de vente directe a bien fonctionné pour de nombreux producteurs.

« Nous savons que certains ont été agréablement surpris par leurs innovations et leur flexibilité; nous cherchons à poursuivre ces nouvelles stratégies », indique Mme Collins.

En conclusion

L’innovation et la découverte des tendances sont des facteurs importants pour aider à promouvoir le redressement financier et la stabilité financière de l’agriculture canadienne. Que les agriculteurs se réunissent en ligne pour partager des idées et apprendre, ou qu’un nouveau modèle opérationnel de vente directe soit adopté, le secteur agricole continue d’avancer.

Article par : Richard Kamchen