Passer au contenu principal

Les groupes de gestion changent la donne – si vous savez ce que vous voulez

  • 5 min de lecture

La participation à des groupes de gestion peut être un moyen efficace d’améliorer une entreprise agricole et de bénéficier du soutien d’un réseau social – mais pour cela il faut établir un climat de confiance et s’associer à un groupe dont les objectifs sont semblables à votre exploitation agricole.

Trouver le bon groupe

Les groupes de gestion sont souvent en tête de liste des stratégies de perfectionnement professionnel, selon Denise Filipchuck, conseillère indépendante en gestion agricole et planificatrice financière au Manitoba.

Quel groupe de gestion peut vous aider à atteindre vos objectifs de perfectionnement professionnel?

Cependant, la composition des groupes et leurs domaines d’intérêt respectifs peuvent varier. Bien qu’ils ne remplacent pas la planification stratégique ou financière, les groupes de gestion peuvent être axés sur un vaste éventail de sujets visant le soutien.

« Ils sont plutôt mis sur pied pour offrir des conseils, un soutien et de l’information. C’est une excellente tribune pour les propriétaires d’entreprise à la recherche de ces connaissances auprès de pairs sur des sujets généraux, comme le transfert d’entreprise ou le recours aux services de conseillers », explique Mme Filipchuck.

Shawn Hass, un conseiller financier de l’Alberta, souligne qu’il n’est pas obligatoire que les membres de groupes conçus pour partager des expériences et des conseils en matière d’affaires proviennent de l’industrie agricole. En fait, son expérience lui a appris qu’il est utile de regrouper des membres de secteurs divers comme ceux de la fabrication et de l’agriculture pour aider les exploitants agricoles à trouver des solutions uniques à des problèmes communs.

« Que fait le fabricant que je pourrais mettre en application dans mon entreprise? Pour penser autrement, tournez-vous vers des gens extérieurs à l’industrie », affirme M. Hass, fort de l’expérience d’un groupe régional qu’il anime pour neuf entreprises différentes.

L’encadrement formel et informel est un atout précieux

Au début de sa carrière, Rémi Busque, copropriétaire d’une exploitation laitière de Saint-Simon-les-Mines, au Québec, a participé à un camp intensif de 24 heures organisé dans le cadre du programme de formation de l’École d’Entrepreneurship de Beauce – par des entrepreneurs, pour des entrepreneurs. Lors d’un exercice animé par des propriétaires de petites entreprises de la région, M. Busque affirme avoir tiré une grande leçon sur ses forces et ses talents.

« J’ai surtout compris que je devrais mettre mes talents à profit – me concentrer sur mes forces au lieu de m’attarder à corriger mes points faibles, explique M. Busque. Au fil du temps, j’ai appris à m’entourer de personnes qui comblent mes faiblesses, et cette attitude a toujours porté ses fruits pour mon exploitation agricole. »

Pour Kristjan Hebert de Hebert Grain Ventures à Fairlight, en Saskatchewan, ce qui a amélioré ses qualités de professionnel en matière de leadership et de gestion dans son entreprise, c’est sa participation au programme exécutif à l’intention des producteurs agricoles TEPAP (en anglais seulement), offert par la Texas A&M University. Le programme comprend des séances avec des camarades de classe et des enseignants. Par la suite, les diplômés ont accès à d’autres programmes de formation continue qu’ils peuvent suivre avec leurs anciens camarades et pairs.

M. Hebert indique qu’il a aussi tiré parti des cours d’entrepreneuriat donnés par d’autres propriétaires d’entreprise membres de Strategic Coach (en anglais seulement). En effet, son exploitation agricole a conservé certaines pratiques enseignées dans le programme, comme les évaluations servant à déterminer les forces des membres du personnel, explique-t-il.

La formation donnée par les pairs de manière informelle est aussi très précieuse, selon Tim May, un producteur laitier et défenseur de l’agriculture connu sous le nom de Farmer Tim (Tim le fermier) à Rockwood, en Ontario.

Soulignant que bon nombre d’agriculteurs ne peuvent pas s’éloigner de la maison, le réseautage au moyen des médias sociaux est une ouverture sur le monde et les occasions d’apprentissage.

« Vous ne pouvez pas imaginer à quel point j’étais heureux d’avoir accès à l’univers de quelque trois milliards d’utilisateurs de médias sociaux à l’échelle planétaire! Beaucoup de ces utilisateurs sont des agriculteurs ayant des connaissances de première main sur les plus récentes innovations que l’agriculture a à offrir », explique M. May.

Caractéristiques à prendre en considération

Le type d’animation des groupes de gestion dépend de ce que les participants souhaitent en tirer. Un animateur tiers — c’est-à-dire quelqu’un qui n’œuvre pas directement en agriculture — apportera un niveau de discussion plus élevé, alors qu’un expert des domaines d’intérêt du groupe entraînera des discussions plus ciblées.

Lors d’échanges au sujet de ses expériences personnelles, la confiance est un facteur indispensable. C’est pourquoi, selon Mme Filipchuck, ces groupes de gestion devraient établir une charte stipulant les règles d’engagement et de confidentialité, et d’autres règles concernant la participation. Rencontrer des exploitants en dehors de sa localité aide aussi à éliminer les préoccupations concernant la concurrence.

« Il est préférable qu’au moins 100 kilomètres séparent les membres du groupe », précise Mme Filipchuck, ajoutant cependant que cette distance peut varier.

Selon M. Hass, les nouveaux groupes ne devraient pas prévoir des rencontres trop fréquentes. Les réunions mensuelles et trimestrielles pourraient en effet être contraignantes. Quelques rencontres par année pourraient suffire pour commencer.

Ressources

En conclusion

Les groupes de gestion peuvent changer la donne pour une entreprise agricole. Mis sur pied comme lieu d’échange de conseils, de soutien et d’information, les groupes peuvent être axés sur une gamme de sujets comme le transfert d’entreprise ou le recours aux services de conseillers. Les groupes guidés par un conseiller en affaires peuvent souvent faire passer une entreprise agricole à un niveau plus avancé.

Article par : Matt McIntosh