Passer au contenu principal

La gestion des flux de trésorerie quand la maladie frappe

  • 3 min de lecture

Personne ne peut prédire comment la situation évoluera au cours des prochaines semaines et des prochains mois à mesure que la COVID-19 se répand partout sur la planète. Mais en tant que chefs d’entreprise, la façon dont vous vous préparerez aux répercussions possibles pourrait jouer un rôle important dans la manière dont la ferme supportera l’épidémie.

Comment les agriculteurs peuvent se préparer financièrement aux répercussions possibles de la COVID-19 sur leur trésorerie.

De plus, devant la possibilité de ventes restreintes, d’une commercialisation réduite et d’une diminution du personnel en raison de la propagation du coronavirus, la trésorerie de l’exploitation agricole pourrait être restreinte.

Le budget de trésorerie est une estimation de toutes les recettes et dépenses prévues au cours d’une période donnée, soit tout l’argent qui entre dans l’exploitation agricole et qui en sort. Certaines exploitations calculent mensuellement leur budget de trésorerie tandis que d’autres préfèrent des calculs bimensuels ou trimestriels. FAC offre un modèle de budget mensuel dans son guide intitulé Comment la planification des flux de trésorerie peut avantager votre entreprise.

Créer un budget de trésorerie

Il est utile de passer en revue votre état de trésorerie lors de l’établissement de votre budget de trésorerie. Ce dernier permet de prévoir les dépenses futures tandis que l’état de trésorerie consigne les dépenses passées. 

Si les éléments de trésorerie comme le remboursement des prêts et les factures de services publics sont prévisibles, des situations imprévues comme des épidémies ou des occasions d’acheter une nouvelle parcelle de terre peuvent souvent se présenter à l’improviste. 

Malgré les inconnues et les incertitudes, la planification des flux de trésorerie est le seul moyen d’anticiper les déficits et de prendre les mesures appropriées à l’avance.

Avantages de la planification et de l’analyse des flux de trésorerie :

  • Permettent de savoir à quel moment les liquidités seront insuffisantes pour planifier les déficits.
  • Déterminent la durée de prêt et le calendrier de remboursement qui vous conviennent le mieux.
  • Facilitent la prise de décisions de commercialisation qui ne sont pas soumises à des contraintes de manque de liquidités.
  • Analysent si les taux d’intérêt augmentent ou si les prix des produits de base diminuent (analyse de sensibilité).
  • Aident à prendre une décision quant à la location ou à l’achat d’une pièce d’équipement importante.

Réduire les dépenses

Si les effets de la maladie affectent la trésorerie de l’exploitation, il existe des moyens de resserrer les finances qui sont à portée de main.

Commencez par restructurer vos dettes afin que vos paiements soient plus faciles à gérer et revoyez vos prêts à taux d’intérêt élevé, explique Carol Kruck, comptable principale à BDO.

« Les taux d’intérêt des cartes de crédit sont beaucoup plus élevés, par conséquent est-il possible de convertir cette dette en un prêt bancaire? » 

Mme Kruck conseille aux agriculteurs de passer en revue leurs relevés de carte de crédit ligne par ligne afin de savoir exactement où va chaque dollar. 

Elle recommande également de réviser les stocks, les actifs improductifs et, si possible, les ventes réalisées.

« Devez-vous repenser vos plans de commercialisation et vendre des stocks? Pourriez-vous vendre certains actifs improductifs afin de générer des liquidités? »

Établir les priorités

Sharon Ardron, spécialiste en gestion agricole au ministère de l’Agriculture du Manitoba recommande aux agriculteurs de prioriser et budgétiser les dettes personnelles et commerciales en période de restrictions financières. Elle ajoute qu’il pourrait être nécessaire de remettre à plus tard les achats de nouveaux équipements prévus. 

À la place, les agriculteurs devraient peut-être envisager de revoir à la hausse leurs estimations au chapitre des réparations et de l’entretien afin de préserver leur fonds de roulement et de réduire les dettes de l’entreprise, précise Mme Ardron.

Elle insiste sur le fait que le fonds de roulement est crucial pour la viabilité à court et à long terme de l’entreprise et que les agriculteurs doivent définir leurs priorités en matière de dépenses.

En conclusion

Seul l’avenir nous dira où la prochaine éclosion du COVID-19 se produira, puis les propriétaires d’entreprise et les agriculteurs doivent être prêts, surtout lorsqu’il s’agit d’un éventuel flux de trésorerie. Élaborez un budget de trésorerie et cherchez des moyens de réduire les dépenses de l’exploitation, par exemple en vérifiant vos relevés de carte de crédit, en restructurant vos dettes et en retardant l’achat de nouveaux équipements.