Passer au contenu principal

Le College of Agriculture and Bioresources de l’Université de la Saskatchewan cultive de brillants esprits

  • 4 min de lecture

Amy Carruthers

Programme : Agroentreprise

Ville natale : Paradise Hill, Saskatchewan

Pourquoi as-tu choisi cette voie?

Enfant, j’aidais souvent à nourrir les vaches dans la ferme familiale et je soignais les animaux dans mon club 4-H, mais je n’ai pas toujours su que je voulais faire carrière en agriculture. L’achat d’un troupeau de moutons, quand je fréquentais l’école intermédiaire, m’a amenée à comprendre l’importance de l’agriculture, tant sur le plan local qu’à l’échelle planétaire. Je vendais de l’agneau congelé à des consommateurs des grandes villes comme Edmonton et Calgary. L’interaction avec des clients nés à l’extérieur du Canada m’a donné un aperçu de leur expérience de l’industrie et m’a permis de comprendre que l’agriculture et l’agroalimentaire peuvent rassembler des gens de différents horizons. C’est en voyant combien il était important pour mes clients de savoir où et comment leurs aliments étaient produits que j’ai décidé d’entreprendre des études en agroentreprise.

Où te vois-tu dans cinq à dix ans?

« Si vous avez la chance de voyager pendant ou après vos études, faites-le! »

J’aurai terminé ma maîtrise en économie agricole, programme qui, je l’espère, me permettra d’étudier les pratiques de production nouvelles et existantes dans les secteurs de la viande bovine et des fourrages. Je veux déterminer quelles pratiques sont les plus efficaces et les plus rentables pour les producteurs agricoles de l’Ouest canadien. Ensuite, je compte entretenir le dialogue avec les consommateurs et les professionnels de la santé à propos des pratiques courantes en agriculture au Canada. Je crois qu’il est important que les producteurs et les consommateurs s’écoutent et se comprennent mutuellement. J’espère aussi avoir ma propre ferme et des animaux comme des moutons et des bovins, et vendre ces produits directement aux Canadiens. 

Quels conseils aurais-tu à donner?

J’ai la chance d’étudier dans une université qui investit dans le développement des jeunes leaders, et je recommande à mes pairs de saisir le plus grand nombre possible d’occasions pendant qu’ils fréquentent l’université. Personnellement, j’ai créé des liens extraordinaires avec des professionnels de l’industrie en participant à des activités de réseautage et en occupant des emplois d’été. De plus, si vous avez la chance de voyager pendant ou après vos études, faites-le! J’ai passé un semestre à l’Université HAS aux Pays-Bas, et j’ai acquis une toute nouvelle perspective de notre industrie agricole internationale. Cette expérience a eu un impact décisif sur ma vie personnelle et professionnelle.


David MacTaggart

Programme : Phytotechnie

Ville natale : Lacombe, Alberta

Pourquoi as-tu choisi cette voie?

« Je voulais… contribuer à rendre la production alimentaire plus durable et plus accessible. »

J’ai toujours été déterminé à protéger l’environnement et à œuvrer pour le bien commun au moyen des aliments. Ma famille pratique l’agriculture en Alberta depuis 1912, ce qui a inspiré chez moi le désir de prendre soin de la terre. J’ai été marqué par les récits de mon grand-père au sujet de la grande sécheresse qu’on appelle « Dust Bowl » dans les Prairies. Ces récits qui m’ont enseigné que nous devons travailler avec la terre pour être le plus productifs possible. J’ai toujours aimé ce sentiment de travailler à la réalisation d’un objectif commun associé à la production alimentaire. La production de bœuf et de cultures agricoles et l’enseignement du jardinage à de jeunes enfants m’ont permis de comprendre que je voulais faire carrière en agriculture pour contribuer à rendre la production alimentaire plus durable et plus accessible aux citadins.

Où te vois-tu dans cinq à dix ans?

Je veux poursuivre ma carrière et contribuer à l’épanouissement de ma collectivité. Après avoir terminé ma maîtrise, je compte m’investir dans la diffusion de résultats de recherche aux agriculteurs par la vulgarisation et, si possible, en participant moi-même à la recherche. Les impératifs liés au changement climatique et les exigences des consommateurs évoluent plus rapidement que jamais. Je consacrerai donc mon énergie à faire en sorte que les pratiques agricoles puissent prospérer en cette époque de changements. En plus de passer du temps avec des agriculteurs, je veillerai à jouer un rôle de mentor auprès des jeunes. Par l’intermédiaire d’organisations comme les 4-H, j’aiderai des jeunes à renforcer leurs compétences polyvalentes et à voir les possibilités de carrière qu’offre l’industrie agricole.

Quels conseils aurais-tu à donner?

Après presque quatre ans d’études universitaires, j’ai compris que l’essentiel est de maintenir un équilibre. Soyez à jour dans vos travaux scolaires, mais réservez également du temps chaque semaine à des choses qui vous font plaisir. Vous atténuez ainsi votre stress et vous pouvez consacrer toute votre énergie à l’atteinte de vos buts. Dans mon cas, recevoir des amis à dîner, aider les jeunes et les personnes âgées et passer du temps à l’extérieur m’aide à me recentrer pendant les périodes les plus exigeantes.


Le College of Agriculture and Bioresources de l'Université de la Saskatchewan : 

  • S’engage à promouvoir les pratiques respectueuses de l’environnement tout en trouvant des solutions pour répondre aux besoins alimentaires d’une population grandissante.
  • Met au point depuis plus d’un siècle des pratiques et des produits innovateurs qui ont transformé le monde, grâce à des installations de classe mondiale : un bâtiment ultramoderne, de vastes installations pour animaux situées sur le campus et à l’extérieur de celui-ci, des serres, des terres réservées à la recherche sur les animaux, les cultures et l’horticulture et des laboratoires de campagne à vocation connexe.
  • Possède des programmes et des activités de recherche qui portent sur les plantes et les animaux, les aliments pour consommation humaine, les aliments pour animaux, les bioproduits, le sol, l’environnement et l’écologie, ainsi que l’agroentreprise et l’économie appliquée.
  • Offre des programmes de certificat, des programmes menant à un diplôme, des programmes menant à un grade de premier cycle et des programmes menant à un diplôme d’études supérieures dans un éventail de spécialisations.
  • Compte plus de 1 670 étudiants qui bénéficient de plus de 1,5 million de dollars en bourses d’études, bourses et prix variés.
  • Figure parmi les 100 meilleures universités du classement mondial QS (2019) dans le domaine de l’agriculture et de la foresterie.
  • S’engage à offrir une expérience d’apprentissage exceptionnelle et à préparer les diplômés à jouer un rôle de leaders dans la bioéconomie.

D’après un article de l’AgriSuccès par Owen Roberts.