Passer au contenu principal

L’industrie agricole et agroalimentaire se mobilise pour combler des postes

  • 3,5 min de lecture

La pandémie de COVID-19 a rompu l’équilibre mondial, touchant les secteurs de l’agroentreprise, de l’agroalimentaire et de l’agriculture du Canada.

Les nouvelles restrictions en matière de santé et sécurité ont empêché l’arrivée de travailleurs étrangers temporaires tandis que des milliers de Canadiens, dont des employés des services alimentaires, sont mis à pied en raison de la réglementation sur l’auto-isolement, qui force les gens à rester à la maison.

Face à cette situation, les chaînes d’approvisionnement essaient tant bien que mal de s’adapter à une nouvelle réalité, mais l’industrie trouve de nouvelles façons de pourvoir les postes vacants. 

Travailleurs étrangers temporaires

Les retards dans l’arrivée des travailleurs étrangers temporaires pourraient nuire à la production fruitière et maraîchère (en anglais seulement) cette année.

De nombreuses agroentreprises, entreprises agroalimentaires et exploitations agricoles ont traditionnellement pu compter sur l’aide des travailleurs étrangers temporaires pour combler les pénuries de main-d’œuvre. Cette année toutefois, l’arrivée de ces travailleurs sera retardée par les restrictions à la frontière et l’annulation des vols. Puis, une fois rendus au Canada, ils doivent s’isoler pendant une période de 14 jours afin de s’assurer qu’ils ne sont pas porteurs du virus. Le gouvernement fédéral a récemment publié un document décrivant les responsabilités des employeurs qui font venir des travailleurs étrangers temporaires au Canada.

Options de jumelage d’emplois

Le nombre de sites Web de jumelage d’emplois, qui mettent en contact des travailleurs des services alimentaires sans emploi avec des entreprises des secteurs de l’agroentreprise, de l’agriculture et de l’agroalimentaire, est en augmentation partout au pays.

Plusieurs provinces ont créé des sites Web de jumelage d’emplois qui mettent en contact des chercheurs d’emploi avec des entreprises agroalimentaires et de transformation alimentaire qui manquent de personnel. Ces sites s’adressent également aux agriculteurs qui recherchent des travailleurs.

À l’échelle nationale, les employeurs peuvent afficher les postes disponibles sur les sites de Guichet-emplois Canada, d’AgriEmplois du Conseil canadien pour les ressources humaines en agriculture, de Careers In Food (contenu disponible en français) et AgCareers.com (en anglais seulement). On peut consulter ces sites par province, ce qui permet de trouver plus facilement les possibilités d’emplois locales.

Le gouvernement de l’Ontario a créé le site Web Emplois dans le secteur agricole et alimentaire, qui jumelle des employeurs et des chercheurs d’emplois et qui propose des possibilités d’emploi pour les travailleurs de première ligne dans les marchés d’alimentation ou dans des organismes de l’industrie comme la Ontario Greenhouse Vegetable Growers.

Au Québec, les transformateurs d’aliments et les travailleurs de l’alimentation peuvent consulter le site atableemplois.ca, conçu pour le secteur de l’agroentreprise. Agricarrières jumelle également les travailleurs et les employeurs de l’agriculture.

La Fédération de l’agriculture de la Nouvelle-Écosse offre un site d’offres d’emploi (en anglais seulement). Au Nouveau-Brunswick, l’industrie a pris l’initiative de créer le site Food Works Atlantic (en anglais seulement).

Formation et pratiques exemplaires

L’embauche de nouveaux employés nécessite une période de transition et de la formation. Le Conseil canadien des ressources humaines en agriculture propose une vaste bibliothèque de ressources. En outre, l’Association canadienne de sécurité agricole offre des cours gratuits en ligne sur la sécurité destinés aux travailleurs qui ne connaissent pas l’agriculture et les risques et dangers qui sont associés aux exploitations agricoles.

Produits alimentaires et de consommation du Canada (en anglais seulement) partage également de nouvelles pratiques exemplaires (en anglais seulement) avec les autorités fédérales et provinciales qui gèrent la réponse à la COVID-19 ainsi qu’avec des entreprises et associations des industries agricole, alimentaire et de fabrication des biens de consommation.

En conclusion

Dans l’univers changeant de l’agroentreprise, de l’agriculture et de l’agroalimentaire, la dynamique de la main-d’œuvre change également. De nombreux Canadiens se retrouvent maintenant sans emploi, et les nouvelles restrictions associées à la COVID-19 retardent l’arrivée des 60 000 travailleurs étrangers temporaires qui sont traditionnellement embauchés par l’industrie agricole canadienne. Des sites Web nationaux et provinciaux de jumelage d’emplois, de la formation en ligne, des lignes directrices concernant les pratiques exemplaires et des ressources dans le domaine des ressources humaines sont maintenant disponibles pour aider à alléger la pression. Ce sont là quelques moyens montrant que l’industrie se mobilise pour favoriser la création d’emplois et pour créer une nouvelle normalité.