Passer au contenu principal

L’évaluation des coûts comparatifs de la machinerie améliore la gestion de la ferme

  • 3 min de lecture

D’après des experts de l’agroindustrie, la détermination des coûts comparatifs de la machinerie – c’est-à-dire la ventilation des coûts de l’équipement selon l’utilisation par acre – permet d’améliorer la gestion de la ferme et la planification générale des activités.

Une question d’équilibre

Ted Nibourg, spécialiste en gestion des affaires au ministère de l’Agriculture et du Développement rural de l’Alberta, indique que pour obtenir les coûts comparatifs de la machinerie, il suffit d’additionner les investissements dans l’équipement à l'acre (à la valeur marchande) et de diviser le total par le revenu brut à l’acre. Le résultat indique la mesure dans laquelle un équipement donné est rentable pour l’exploitation.

En 2017, dit M. Nibourg, l’investissement de référence moyen pour les producteurs de grain de l’Alberta était de 1,49 $; autrement dit, pour chaque dollar de revenu, les producteurs investissaient 1,49 $ dans la machinerie. Ce montant est légèrement inférieur au seuil généralement admis au Canada, selon lequel l’investissement de référence pour les producteurs de grandes cultures ne devrait pas dépasser le double du revenu par acre.

M. Nibourg ajoute que le ratio moyen et idéal dans le secteur de l’élevage est généralement plus bas, tandis qu’il peut être plus élevé dans le secteur des produits de grande valeur. 

« La taille de l’équipement doit être adaptée à celle de l’exploitation », dit M. Nibourg.

Un simple calcul pour déterminer vos besoins en équipement par rapport à vos besoins opérationnels peut vous aider à réduire vos coûts.

John Molehuis, spécialiste de l’analyse des activités commerciales et des coûts de production au ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales de l’Ontario, indique que la détermination des coûts comparatifs peut aussi comprendre la répartition des coûts entre les cultures, de même que des comparaisons avec les coûts demandés par les exploitants à forfait. Plus précisément, les coûts liés à l’exploitation d’un acre devraient correspondre au coût que demandent les exploitants à forfait.

« Si vous ne pouvez pas accomplir vous-même le travail à moindre coût, vous devez vous demander s’il ne serait pas préférable de recourir au travail à forfait », dit M. Molehuis.

Il ajoute que le carburant, les réparations et d’autres dépenses liées à l’équipement doivent aussi être pris en considération.

Réduire l’écart

De façon générale, M. Nibourg et M. Molehuis indiquent que la détermination des coûts comparatifs permet aux producteurs de mieux cerner les facteurs à prendre en considération lorsqu’ils investissent dans la machinerie. La meilleure façon de réduire les coûts, toutefois, est d’harmoniser la machinerie avec les besoins opérationnels. Autrement dit, il faut éviter d’acquérir des machines trop grosses si ce n’est pas nécessaire.

Toutefois, la rationalisation n’est pas la seule option.

« Compte tenu du prix des machines agricoles, un nombre croissant de producteurs louent des terres et exécutent du travail à forfait pour répartir leurs coûts liés aux machines, dit M. Nibourg. Certains petits exploitants tirent parti du travail à forfait. »

Garder à l’esprit les besoins de la ferme

Cependant, M. Molehuis ajoute que l’achat de machines trop petites peut aussi poser un problème. Si les limites de l’équipement empêchent les producteurs de travailler efficacement lorsque les contraintes de temps sont importantes – par exemple, au cours d’un printemps ou d’une saison de récolte particulièrement humide – des changements s’imposent.

Il faut aussi prendre en considération la probabilité que les vieilles machines tombent en panne.

« La détermination des coûts comparatifs peut vous aider à trouver votre juste milieu – c’est-à-dire le seuil où vous pouvez accomplir le travail à temps sans causer de problèmes de trésorerie », dit-il.

M. Nibourg ajoute qu’il est crucial de suivre l’évolution des marchés à long terme et de prendre vos décisions concernant l’achat de machines en conséquence.

En conclusion

Le fait de connaître la ventilation des coûts de l’équipement selon l’utilisation par acre peut aider les agriculteurs à choisir des machines adaptées à leur exploitation et ainsi optimiser leur investissement. Des experts leur recommandent de répartir leurs coûts comparatifs entre les cultures et de les comparer aux coûts que demandent les exploitants à forfait.

Article par : Matt McIntosh