Investir dans l’irrigation : facteurs à prendre en considération pour faire le meilleur choix pour votre ferme

  • 3 min read

L’irrigation est une pratique agricole importante au Canada, là où les niveaux de précipitation sont faibles durant la saison de croissance, et où le type de culture peut nécessiter une irrigation accrue. L’irrigation permet d’améliorer les rendements et la diversité des cultures, la productivité et la rentabilité. La technologie d’irrigation ne cesse d’évoluer et de gagner en efficacité, depuis l’acheminement jusqu’à l’approvisionnement des cultures en eau. Au cours de la dernière décennie, la superficie des terres agricoles irriguées au Canada a augmenté de 14,6 %, reflet de la forte demande des agriculteurs pour augmenter leurs superficies irrigables. 

Évolution de l’irrigation

En 2020, la plus grande partie des terres irriguées au Canada se trouvait en Alberta (environ 71 %), suivie de la Saskatchewan (8,9 %) et de la Colombie‑Britannique (8,7 %).

Figure 1 : Superficie irriguée totale au Canada

Graphique montrant la superficie irriguée totale au Canada.

Source : Statistique Canada. Enquête sur l’eau dans l’agriculture. Division de la statistique de l’environnement et de l’énergie.

L’augmentation de la capacité d’irrigation demeure à l’ordre du jour dans l’Ouest canadien. L’Alberta a annoncé récemment un investissement de 117,7 millions de dollars afin de moderniser son infrastructure d’irrigation et d’accroître sa capacité de stockage de l’eau. Elle envisage d’augmenter sa superficie irriguée de plus de 200 000 acres et de faire croître la valeur de ses exportations de produits agricoles à valeur ajoutée de 37 % grâce à cet investissement. La Saskatchewan a aussi annoncé, en 2020, une initiative de 4 milliards de dollars sur dix ans qui ajoutera jusqu’à 500 000 acres à la superficie irriguée de la province, et la Colombie-Britannique a annoncé un investissement de 5 millions de dollars en avril 2021 pour soutenir les vergers, les exploitations agricoles et les vineries.

Méthodes d’irrigation

Les trois principales méthodes d’irrigation utilisées par les exploitations agricoles canadiennes sont l’irrigation par aspersion, la micro‑irrigation et l’irrigation de surface.

L’irrigation par aspersion est une méthode par laquelle l’eau est dispersée sur le couvert végétal à l’aide d’un pivot central qui distribue l’eau aux quatre coins du champ. Ce système est habituellement employé dans les grandes exploitations où l’on produit des pommes de terre, des céréales ou des cultures fourragères.

Figure 2 : Nombre d’exploitations agricoles canadiennes dotées d’un système d’irrigation par aspersion, selon le type de culture

Graphique montrant le nombre d’exploitations agricoles canadiennes dotées d’un système d’irrigation par aspersion, selon le type de culture.

Source : Statistique Canada. Tableau 38-10-0245-01 – Fermes selon la méthode d’irrigation et le type de culture. Aucune donnée accessible pour les cultures fourragères en 2010.

La micro-irrigation est une méthode par laquelle l’eau est distribuée au sol à proximité des cultures, ou sous la surface du sol. Elle est généralement employée dans les serres et les vignes ou sur de petites parcelles de légumes.

Figure 3 : Nombre d’exploitations agricoles canadiennes dotées d’un système de micro‑irrigation, selon le type de culture

Graphique montrant le nombre d’exploitations agricoles canadiennes dotées d’un système de micro-irrigation, selon le type de culture.

Source : Statistique Canada. Tableau 38-10-0245-01 – Fermes selon la méthode d’irrigation et le type de culture. Aucune donnée accessible pour les grandes cultures en 2020.

L’irrigation de surface est une méthode par laquelle l’eau s’écoule sur le sol par gravité, soit par inondation de la surface, soit à l’aide de rigoles. Ce système est habituellement employé pour les cultures fourragères.

Figure 4 : Nombre d’exploitations agricoles canadiennes dotées d’un système d’irrigation de surface

Graphique montrant le nombre d’exploitations agricoles canadiennes dotées d’un système d’irrigation de surface

Source : Statistique Canada. Tableau 38-10-0245-01 – Fermes selon la méthode d’irrigation et le type de culture.

Problèmes liés à l’irrigation

Les sources d’eau utilisées par ces méthodes d’irrigation sont détournées des rivières, des lacs et des mares ou des bassins de retenue artificiels. Les méthodes d’irrigation employées au Canada diffèrent selon les cultures produites, mais toutes les provinces ont un point en commun : le mode de distribution et de gestion de l’eau. Si chaque province compte différentes entités qui se partagent la gestion des eaux, dans la majorité des cas, la réglementation incombe aux municipalités, aux administrations régionales et aux ministères provinciaux.

Élaboration d’un plan d’irrigation

Vous envisagez d’investir dans l’irrigation? Voici quatre étapes pour vous guider :

  1. Déterminez la source d’eau pour votre projet d’irrigation.
  2. Confirmez la faisabilité du projet. Confiez à des experts en irrigation les inspections sur le terrain, le prélèvement d’échantillons de sol et la prospection des sols; confirmez l’absence de préoccupations environnementales.
  3. Élaborez un budget de projet qui tient compte des éléments suivants :
    • Échantillonnage des sols
    • Coûts de l’infrastructure du système
    • Coûts de l’équipement
    • Drainage requis
    • Droits de licence et de permis
    • Frais juridiques liés aux servitudes
  4. Travaillez avec les entités responsables de la réglementation pour obtenir les droits de prélèvement d’eau, les permis qui autorisent l’utilisation de l’eau, les certificats d’irrigation et les autres autorisations nécessaires.

Amber Tuplin, évaluatrice principale
Alexa McDonald, évaluatrice