Passer au contenu principal

Vous êtes surchargée? Gérer son temps selon ses priorités peut aider à alléger la charge

  • 3,5 min de lecture

En gérant son temps selon ses priorités et en laissant quelqu’un d’autre s’occuper du reste, on peut grandement améliorer son entreprise et sa vie personnelle.

« Personne ne peut jouer tous les rôles et faire tout », a affirmé Aimée Ferré Stang dans un récent balado de FAC. « Il n’y a seulement que 24 heures dans une journée. Que puis‑je faire pendant ces 24 heures pour contribuer raisonnablement à la ferme? »

Vivant dans une ferme en Saskatchewan, près de la frontière avec l’Alberta, avec son mari et ses enfants, Mme Ferré Stang travaille également à FAC en tant que conseillère en médias sociaux.

Elle a appris à trouver un juste équilibre entre le temps qu’elle consacre à sa famille et le temps qu’elle investit dans sa croissance personnelle et dans l’atteinte de ses propres objectifs.

Par exemple, de nombreuses femmes préparent les repas pour les équipes de travail pendant les périodes très intenses à la ferme. Mme Ferré Stang souligne qu’il n’y a rien de mal à embaucher quelqu’un pour alléger la charge de travail. Une personne qui aide à la préparation de repas peut être tout aussi utile qu’un comptable qui nous conseille en matière de finances agricoles.

Selon Mme Ferré Stang, les familles avec de jeunes enfants comme la sienne en prennent généralement trop sur leurs épaules, ce qui est caractéristique de nombreux entrepreneurs. Il est toutefois important d’apprendre à déléguer des tâches à des experts pour alléger le stress à la maison et au sein de l’exploitation. Et c’est d’autant plus vrai lorsqu’un des partenaires choisit de travailler à l’extérieur de la ferme, non pas pour des raisons financières, mais pour l’exutoire que cela lui procure.

Plus on mise sur nos forces, plus on peut contribuer à la prospérité de notre entreprise.

Mme Ferré Stang croit que les conversations au sujet des priorités sont de plus en plus courantes chez les agriculteurs.

« Je pense que c’est une bonne chose parce que plus on mise sur nos forces, plus on peut contribuer à la prospérité de notre entreprise et de l’industrie. »

Mme Ferre Stang ne sait pas comment conduire un tracteur; elle se spécialise plutôt dans les ressources humaines de l’exploitation agricole. Elle admet qu’elle tente encore souvent d’en faire trop et qu’elle doit se rappeler qu’elle ne peut pas satisfaire tout le monde.

« Quel que soit le secteur d’activité dans lequel on évolue, je pense que le plus difficile, c’est de lâcher prise », reconnaît‑elle.

Néanmoins, elle croit que cette tendance est en train de changer au sein des exploitations familiales.

« J’ai l’impression que de plus en plus, les agriculteurs se disent : “bon, on va se spécialiser dans ce qu’on réussit bien et dans ce qui nous intéresse, et ça va nous permettre d’être plus efficaces.” »

Mme Ferré Stang propose quelques idées pour l’épanouissement des familles agricoles.

Entourez-vous de gens qui peuvent vous soutenir

Côtoyez des pairs, c’est‑à‑dire d’autres femmes qui travaillent en agriculture afin de créer un exutoire. Les conversations peuvent tourner autour de sujets non agricoles ou être étroitement liées à l’agriculture, comme le défi de préparer des repas sains ou de remplir seule le rôle de parent quand la saison bat son plein.

À bas la culpabilité!

Cessez de douter de vous‑même. Si les enfants se couchent plus tard que vous le souhaiteriez ou ne s’alimentent pas aussi bien durant les périodes de pointe comme au moment des semis ou des récoltes, ce n’est pas problématique dans la mesure où les habitudes plus saines reprennent leur cours normal après les périodes mouvementées.

Vous ne pouvez pas tout faire

Rien ne vous oblige à assumer tous les rôles et à tout faire. Concentrez vos efforts sur ce qui vous intéresse et spécialisez‑vous dans les domaines dans lequel vous êtes douée. Envisagez de confier le reste à d’autres personnes.

Vous pouvez quand même réaliser vos rêves en vivant à la ferme

Il n’y a rien de mal à suivre votre conjoint à la ferme afin qu’il puisse réaliser ses projets de carrière. Vous pouvez quand même vivre vos propres rêves et trouver votre ultime raison d’être en vivant à la ferme.

Vous êtes importante

S’il vous arrive d’avoir des doutes sur l’importance de plier du linge, de changer des couches ou d’aller porter des repas au champ, ignorez‑les. Vous apportez beaucoup à la société en faisant ce que vous faites.

Pour écouter l’entretien entre Darlene et Aimée ou pour d’autres discussions franches sur la vie à la ferme et les affaires agricoles, abonnez‑vous au balado de Savoir FAC : La terre et la table.

Article par : Richard Kamchen