Passer au contenu principal

Gérer le risque financier

  • 7 min de lecture

Les incontournables en affaires FAC ont été conçus pour vous permettre d’acquérir des connaissances sur des sujets essentiels de la catégorie Argent et Finance. Découvrez la série intégrale.

Si vous écriviez tous les imprévus qui pourraient empêcher vos prévisions financières de se réaliser, la liste serait longue. Tout changement aux conditions météorologiques, aux prix des produits de base, aux coûts des intrants et aux taux d’intérêt peut avoir une incidence sur la façon dont vous gérez votre exploitation. À cela s’ajoute votre tolérance au risque. 

Chacun a une tolérance différente au risque, laquelle évolue souvent en fonction de votre âge, du stade d’avancement de votre exploitation ou de votre situation familiale. Elle est également différente pour chacun des membres de votre ferme familiale. Si vous êtes à veille de la retraite, vous avez probablement moins le goût du risque que si vous êtes jeune et prêt à faire grossir votre exploitation.

Bien que l’avenir soit incertain, vous devriez toujours considérer les risques auxquels votre exploitation est exposée, leurs implications et les mesures d’atténuation du risque qui s’offrent à vous. 

Effectuer une analyse de sensibilité

Une analyse de sensibilité est un outil utile pour évaluer le risque financier. Vous pouvez simuler différents scénarios comme une hausse des taux d’intérêt, une baisse de revenus, des coûts d’intrants plus élevés que prévu ou une combinaison de ces facteurs pour voir l’effet qu’ils auraient sur votre exploitation. Une juste compréhension de votre situation financière est un bon point de départ pour accroître la résilience de votre exploitation et définir les plus grandes menaces auxquelles elle fait face. Une analyse de sensibilité vous aidera également à déterminer les meilleures stratégies pour atténuer les risques.

Pour protéger votre exploitation du risque financier, commencez par prendre en charge les choses que vous pouvez contrôler comme :

  • Bloquer vos coûts d’emprunt en choisissant des taux d’intérêt fixes
  • Échelonner les dates de renouvellement de vos prêts
  • Utiliser des marchés ou contrats à terme pour bloquer des prix
  • Acheter vos intrants d’avance pour vous protéger des hausses de prix

Programmes gouvernementaux d’assurance

Agriculture et Agroalimentaire Canada finance divers programmes de gestion du risque pour les exploitations agricoles, y compris Agri‑investissement, Agri‑stabilité et Agri‑protection. Nous vous présentons ci‑dessous les principes fondamentaux de ces programmes et expliquons comment vous pourriez les intégrer à votre plan de gestion du risque.

Agri‑investissement

Au titre d’Agri‑investissement, vous pouvez déposer 1 % de vos ventes nettes admissibles tous les ans et recevoir une contribution de contrepartie du gouvernement. Vous pouvez retirer des fonds en tout temps, mais les fonds retirés proviendront d’abord des contributions de contrepartie du gouvernement et des intérêts accumulés, lesquels sont imposables à titre de revenu. Les produits sous gestion de l’offre ne sont pas admissibles à ce programme.

Agri-stabilité

Alors que le programme Agri‑investissement vous aide à gérer de faibles baisses de marge, le programme Agri‑stabilité offre du soutien en cas d’une diminution importante de votre marge. Les producteurs inscrits au programme reçoivent un paiement lorsque leur marge du programme de l’année courante est inférieure à 70 % de leur marge de référence. Le paiement correspond à 70 % de la différence entre la marge de référence et la marge de l’année courante.

Les marges sont calculées en soustrayant vos dépenses admissibles de votre revenu. Votre marge de référence tient compte de vos marges de production des cinq dernières années, exception faite des années où la marge a atteint son maximum et son minimum. Votre marge de référence sera limitée au moins élevé des montants suivants : votre marge historique ou la moyenne de vos dépenses admissibles pour les années utilisées.

Des modifications au programme Agri‑stabilité (en anglais seulement) ont été apportées pour 2020. Les paiements versés en vertu des programmes privés d’assurance ne neutraliseront plus le soutien offert par Agri‑stabilité. Auparavant, les paiements versés en vertu des programmes privés d’assurance grêle, du Western Livestock Price Insurance Program, de Global Ag Risk Solutions et d’autres étaient considérées comme des revenus et réduisaient proportionnellement les paiements d’Agri‑stabilité.

Toutefois, les paiements versés au titre de programmes soutenus par le gouvernement comme Agri‑protection et les programmes d’assurance récolte continueront de neutraliser les paiements d’Agri‑stabilité puisque ces programmes sont largement financés par le gouvernement.

Les producteurs qui ne participent pas au programme d’assurance récolte pourraient voir leur paiement au titre d’Agri‑stabilité réduit si leur marge du programme est négative. Voilà donc une bonne raison de participer au programme d’assurance récolte et de ne pas supposer qu’Agri‑stabilité couvrira la totalité de votre risque de production.

Agri‑protection

Agri‑protection est un programme d’assurance récolte. Comme il est administré par les provinces, les protections offertes, les cultures admissibles et les modalités diffèrent d’une province à l’autre. Nous vous conseillons d’examiner minutieusement les détails du programme, puisqu’il pourrait y avoir des options de couverture que vous n’avez jamais explorées. Les primes et les couvertures sont ajustées chaque année et de nouvelles options sont ajoutées. Si vous souhaitez modifier votre police, surveillez les annonces et les dates limites. Elles sont généralement communiquées avant le début de la saison de croissance.

Ce ne sont pas tous les producteurs qui participent au programme d’assurance récolte. Certains préfèrent assumer le risque de production et mettre de côté le coût de la prime. Votre propension au risque et votre situation financière globale influencent vos décisions en matière d’assurance, mais il vaut mieux fonder ses décisions sur l’analyse plutôt que l’intuition.

Programmes privés d’assurance

Programme d’assurance des prix du bétail

Le Western Livestock Price Insurance Program (WLPIP) (en anglais seulement) gère cette assurance.

Le WLPIP protège les producteurs inscrits contre les baisses imprévues des prix des bovins et des porcs pendant une période déterminée. Les modalités du programme sont différentes pour les veaux, les bovins d’engraissement et les bovins gras. Le programme établit un prix plancher en fonction des perspectives changeantes du marché et un prix prévu pendant une période de vente donnée. Plus votre prix plancher établi est élevé, plus votre prime sera chère.

Pour les éleveurs‑naisseurs, cette assurance peut être souscrite du début février à la fin mai. De septembre à décembre, ils peuvent établir un prix plancher pour la vente prévue pendant la campagne automnale de vente de veaux. Dans le cadre du programme, les producteurs ne sont pas obligés de vendre des veaux à l’automne. La protection est établie en fonction des prix du marché comparativement au prix plancher que vous avez bloqué pour une période donnée.

Puisque le programme est fondé sur les prix prévus du marché, les prix planchers offerts pourraient vous faire réaliser un profit. Toutefois, le programme vous protège si les prix du marché baissent plus que prévu pour une raison ou une autre.

Assurance grêle

Dans l’Ouest du Canada, les dommages causés aux cultures en raison de la grêle constituent un risque important et de nombreux producteurs souscrivent une assurance grêle. L’Alberta et le Manitoba offrent, entre autres, une assurance en cas de perte circonscrite due à la grêle. Les primes varient d’un endroit à l’autre en fonction du risque de grêle, lequel est établi d’après les données historiques. Elles varient également selon le type de culture puisque certaines cultures sont plus vulnérables aux dommages causés par la grêle.

Agri‑protection couvre les pertes de rendement pour chaque culture, mais la grêle cause souvent des dégâts sporadiques. Il est bien possible que certains de vos champs soient touchés, mais pas d’autres, particulièrement si vos terres sont réparties ici et là. Donc, si vous subissez des dégâts attribuables à la grêle, le rendement moyen de l’ensemble de vos cultures pourrait être quand même supérieur au rendement garanti par l’assurance récolte et, dans un tel cas, vous ne toucheriez aucune indemnité. Voilà pourquoi de nombreux producteurs souscrivent une assurance récolte et une assurance grêle.

Programmes privés d’assurance‑revenu

Depuis quelques années, des programmes privés d’assurance-revenu sont offerts aux producteurs de cultures dans certaines régions du pays, le plus connu étant Global Ag Risk Solutions. Ce programme couvre vos coûts liés aux semences, à l’engrais et aux pesticides ainsi qu’une marge choisie au‑delà de vos coûts. Différentes couvertures sont offertes, mais contrairement aux programmes d’assurance récolte, vous devez assurer toutes vos cultures. Votre prime et votre couverture sont établies en fonction de vos récents états financiers établis selon la méthode de la comptabilité d’exercice.

Maintenant que vous connaissez certains outils de gestion du risque, voici comment vous pouvez passer à l’action.

  • Discutez de vos risques financiers avec votre équipe de gestion, votre comptable, votre conseiller et votre prêteur
  • Effectuez une analyse de sensibilité pour déterminer si votre gestion du risque est adéquate
  • Comprenez et utilisez les programmes de soutien les plus appropriés pour votre exploitation