Passer au contenu principal

Gérer l’anxiété des employés en temps de crise

  • 5 min de lecture

La crise causée par la COVID-19 ne ressemble à aucune autre, parce qu’elle a sévi rapidement et que personne n’est à l’abri de ses effets.

Malgré cette perturbation généralisée, ce n’est que le début d’un environnement changeant : le télétravail qui se poursuit pour des employés, le retour au bureau pour certains autres et, pour les travailleurs essentiels, la perspective de changements continus de leurs conditions de travail.

Si l’on ne s’occupe pas de cette tension, elle peut avoir des conséquences sur les employés sur le plan personnel et professionnel.

L’avenir est incertain – et l’incertitude génère toujours un certain niveau d’anxiété. Si l’on ne s’occupe pas de cette tension, elle peut avoir des conséquences sur les employés sur le plan personnel et professionnel.

Même s’il y a des limites à ce que votre entreprise peut faire pour atténuer les répercussions d’une crise de l’ampleur de celle de la COVID-19, il y a des façons d’aider les employés anxieux à gérer les changements qui se produiront.

Sabrina Mailloux est spécialiste en gestion des ressources humaines à Soluflex, une société d’experts-conseils en gestion optimale des ressources humaines située au Québec qui se spécialise auprès des petites et moyennes entreprises. Selon elle, même si les personnes réagissent différemment à une crise, il existe des solutions globales qu’une entreprise peut offrir à ses employés pour les aider pendant cette période mouvementée.

1. Avoir une communication claire et constante

« Les employés ont tendance à être davantage stressés s’ils vivent dans l’incertitude. Le fait de ne pas être informés donne libre cours à l’imagination et parfois à la spéculation la plus invraisemblable », souligne Mme Mailloux. Elle ajoute que la communication est synonyme de transparence, et que la transparence est essentielle à un bon travail d’équipe.

Les communications doivent être constantes, et elles doivent être claires à propos de tous les changements ou de tous les effets sur le travail de l’employé ou sur l’organisation. Les gestionnaires ont un rôle important à jouer pour guider les employés, dit-elle. De plus, les réunions formelles et les rencontres individuelles, dans le cadre desquelles les employés peuvent poser des questions, sont essentielles.

Mme Mailloux ajoute qu’il est également primordial de rester en contact avec les employés de façon moins formelle. Il existe différentes possibilités, par exemple prendre un café tout en échangeant sur Zoom ou d’autres plateformes ou organiser un événement virtuel pour s’assurer que tous sont tenus informés de la situation. Il est facile d’organiser l’utilisation de tablettes à la cafétéria, que les employés peuvent prendre pendant les pauses pour le traitement de messages et de tâches en ligne. Les employés apprécient beaucoup tous ces types d’arrangements.

Mme Mailloux avertit toutefois qu’on se doit de conserver un équilibre en matière de communications et de ne pas bombarder les employés d’informations. « Il faut transmettre la bonne quantité de bonnes informations au bon moment », souligne-t-elle.

2. Demeurer positif

Il est également important d’avoir une attitude positive, déclare Mme Mailloux. « Si vous saisissez les occasions de vous améliorer et lâchez prise au sujet de choses que vous ne pouvez pas contrôler, les employés auront tendance à suivre votre exemple et à vous faire confiance. »

Elle remarque que l’attitude et le comportement des gestionnaires deviennent un point de référence pour le reste de l’équipe. Elle les prévient de ne pas se montrer trop optimistes, puisque cela peut aussi causer une insécurité chez les employés quand ce qu’ils vivent ne correspond pas à ce qu’on leur dit. Comme pour les communications, tout est une question d’équilibre.

3. Faire participer les employés au processus

Soutenir les employés à l’aide d’outils et les faire participer à leur perfectionnement et à leur application peut diminuer le stress.

Selon Mme Mailloux, il faut optimiser le fonctionnement de l’équipe, car cela est rassurant pour les employés et indique que la situation est maîtrisée. Elle donne comme exemple de préparer des politiques distinctes sur le télétravail, de faire un suivi de la gestion des priorités, de fournir un soutien technique et même d’établir des contacts aux fins de mentorat dans le but d’aider les employés à faire face aux changements au travail, qui sont imposés par la crise.

« Des outils comme ceux-là diminueront le stress de vos employés au sujet de leur rendement dans un contexte d’après-crise », déclare‑t-elle. Elle ajoute que le même principe s’applique aux employés qui ne peuvent pas travailler à distance ou qui doivent retourner à l’usine ou au bureau. Il faut faire en sorte qu’ils aient un sentiment de sécurité.

Lorsque c’est possible, mentionne-t-elle, faites participer les employés, que ce soit pour régler un problème actuel, aider à faire face aux changements dans un contexte d’exploitation en constante évolution ou, plus important encore, travailler à la planification pour la prochaine fois.

« Cela leur permettra de se faire une idée, de façon concrète, de la situation actuelle et des questions qui devront être réglées à l’avenir », déclare Mme Mailloux. Elle suggère qu’un sondage au sein de l’entreprise est un moyen efficace pour les employés d’évaluer leur perception de la gestion de la crise. C’est également une occasion de prendre leur pouls au moment où différents changements surviennent ainsi qu’une transition pour les faire participer à l’élaboration d’un plan visant à apporter des améliorations.

Elle note que ce type d’approche contribue également à alléger la pression exercée sur les gestionnaires parce qu’ils ne se retrouvent pas seuls à accomplir ces tâches colossales, et à favoriser la participation de l’équipe pour trouver de meilleures solutions.


Puisque chacun réagit différemment à une crise, cela peut être difficile pour un gestionnaire dans des situations comme la COVID-19. Mais en communiquant bien, en restant positif et en étant coopératif, vous pouvez diminuer l’anxiété au travail pour les employés – et pour les gestionnaires – qui ont déjà beaucoup à faire en s’occupant de leur famille, de leurs parents et de leurs finances.

Pour plus de renseignements sur la santé mentale afin de vous soutenir et soutenir vos employés, consultez les ressources suivantes :

Article par : Hugh Maynard