Passer au contenu principal

Vous envisagez de faire partie d’un conseil d’administration agricole? Voici les clés d’une expérience réussie

  • 3 min de lecture

Si vous faites du bénévolat dans un domaine que vous connaissez très bien et pour lequel vous vous passionnez, l’expérience sera vraisemblablement agréable pour vous.

Les experts recommandent avec insistance de réfléchir attentivement et de poser des questions rigoureuses sur les ramifications potentielles avant de devenir membre d’un conseil d’administration agricole. Autrement dit, sachez dans quoi vous vous embarquez.

Doreen Pendgracs est l’autrice de Before You Say Yes - A Guide to the Pleasures and Pitfalls of Volunteer Boards. Mme Pendgracs avait siégé à divers conseils depuis 25 ans au moment de la publication.

« Si vous faites du bénévolat dans un domaine que vous connaissez très bien et pour lequel vous vous passionnez, l’expérience sera vraisemblablement agréable pour vous et votre travail sera utile pour l’organisme auquel vous souhaitez offrir vos services bénévolement », affirme Mme Pendgracs.

Donner de soi-même par altruisme

Les membres potentiels doivent également mettre leur ego de côté et évaluer les raisons qui les incitent à faire partie d’un conseil d’administration.

« On devrait le faire par altruisme, pour appuyer une cause, une industrie ou un organisme, explique Mme Pendgracs, et oublier toute idée de gain personnel. »

La capacité d’encaisser la critique — en public ou en privé — est un autre facteur à prendre en considération, déclare Bonnie den Haan, qui préside le conseil d’administration de Farm and Food Care Ontario en plus de siéger au conseil d’administration des organismes Producteurs laitiers du Canada et Dairy Farmers of Ontario.

Selon Mme den Haan, la décision de siéger à un conseil d’administration devrait également tenir compte de la relation de travail avec les membres actuels du conseil.

« Lorsque des gens vivent un conflit avec des membres actuels, cela peut perturber grandement les discussions du conseil », soutient‑elle, ajoutant qu’il est essentiel de comprendre l’importance de préserver la confidentialité.

Poser des questions

N’acceptez ou ne briguez pas un poste d’administrateur sans comprendre ce qui sera attendu de vous. Et la seule façon d’y arriver, c’est de poser des questions.

Mme den Haan recommande de demander à un membre actuel combien de temps il consacre aux activités du conseil d’administration. Elle ajoute qu’il ne faut pas oublier de compter le temps nécessaire pour lire et comprendre des documents pertinents et effectuer d’autres préparatifs pour les réunions.

Mme Pendgracs souligne que les postes au sein de conseils d’administration peuvent exiger plus de temps que prévu. Par exemple, si une personne envisage de siéger à un conseil parce qu’elle dispose de beaucoup de temps libre, le fait est qu’elle ne pourra peut‑être pas tenir le même rythme à long terme, car des facteurs comme les emplois ou les circonstances familiales évoluent.

Elle recommande de vous renseigner sur les compétences qui font actuellement défaut au conseil et sur ce que vous pouvez lui apporter. Et si vous avez reçu une invitation spéciale de la part du conseil pour en devenir membre, cherchez à savoir pourquoi.

« Est‑ce parce que j’entretiens des liens avec d’autres groupes ou personnes? avance Mme Pendgracs. Ou est‑ce en raison de mes connaissances d’expert dans un domaine précis comme la finance ou le réseautage? Ou encore de mon expérience professionnelle? »

Autrement dit, sachez ce que l’on attend de vous et ce que pourrait être votre contribution.

La formation et le mentorat sont des enjeux importants dont il faut aussi tenir compte.

« Y a‑t‑il un manuel qui explique le fonctionnement du conseil, la fréquence de ses réunions, si les dépenses sont couvertes ou non, etc.? Quelles sont les règles? », demande Mme Pendgracs. Cela ne peut pas nuire de poser plusieurs questions avant de décider d’accepter ou non une nomination à un conseil d’administration.

En conclusion

Siéger à un conseil d’administration agricole peut être une expérience gratifiante sur les plans personnel et professionnel, mais cela exige beaucoup de travail et de temps. Posez beaucoup de questions avant d’accepter de faire partie d’un conseil d’administration, soutiennent les experts, afin de découvrir quelles sont les attentes et de déterminer la meilleure contribution que vous pouvez apporter à ce conseil.

Article par : Richard Kamchen