Passer au contenu principal

À la tête d’une entreprise agricole familiale? Voici trois idées reçues qu’il vaut la peine de repenser

  • 2 min de lecture

La plupart des agriculteurs consacrent du temps à leurs activités, mais il importe aussi de savoir quand, où et comment optimiser leur exploitation.

Bon nombre de familles agricoles éprouvent de la difficulté à parler d’avenir. La peur, l’apparente lourdeur du sujet et la superstition les poussent à éviter de parler de la planification successorale. Pourtant, le silence peut détruire des entreprises et faire imploser une famille en apparence bien soudée.

Lors d’un récent événement virtuel de FAC, Tom Deans, spécialiste en transfert de patrimoine intergénérationnel, a donné des conseils pour réussir le transfert d’entreprises agricoles modernes tout en préservant le patrimoine familial et les relations au sein de la famille.

M. Deans s’est penché sur trois idées bien ancrées au sujet des entreprises familiales en indiquant si, à son avis, il s’agit de faits ou de fiction :

  1. Chaque entreprise familiale devrait toujours être en vente


    Vrai. La plupart des agriculteurs sont des propriétaires-exploitants, mais ils consacrent le plus clair de leur temps aux activités de l’entreprise. Les entreprises déjà prospères le deviennent encore plus lorsque leur propriétaire se concentre sur l’aspect propriété pour déterminer quand, où et comment optimiser leur exploitation. En agriculture, nous pouvons ajouter à cela acheter ou vendre des terres au moment opportun.

    Voyez l’intégralité de sa réponse.
  2. La longévité est un objectif important pour les entreprises familiales


    Faux. Choisir la longévité comme objectif impose une norme difficile à respecter. Si les membres de la prochaine génération n’ont pas la même passion, la même détermination et les mêmes capacités que leurs parents, leur transférer l’entreprise les conduirait tout droit à l’échec. Si la prochaine génération choisit de ne pas pratiquer l’agriculture, cela ne devrait être considéré comme un échec, ni pour la famille, ni pour l’entreprise. Il n’y a rien de honteux à vendre une entreprise.

    Voyez l’intégralité de sa réponse.
  3. Le legs d’une famille est son entreprise


    Faux. La réalité est que l’on se souviendra de nous pour le type de personnes que nous étions plutôt que pour les entreprises que nous dirigions.

    Lorsqu’une ferme familiale est léguée en héritage aux membres de la prochaine génération, la vendre devient difficile pour eux sur le plan émotif. Ils croient que l’entreprise doit continuer d’être transférée de la même façon qu’elle leur a été. Ce schéma devient ancré et peut causer énormément de chagrin, de confusion et de dégradation du patrimoine.

    Voyez l’intégralité de sa réponse.

En conclusion

Le transfert de ferme familiale peut être un sujet intimidant auquel se rattachent de nombreux mythes notamment sur la valeur d’une ferme, l’héritage et le prix de vente. Se pencher sur ces questions permet de préserver la prospérité et les relations familiales.

Article par : Rebecca Hannam