Passer au contenu principal

Recettes monétaires agricoles canadiennes : coup d’œil rétrospectif sur 2019 et prévisions pour 2020

  • 02 juin 2020
  • 4 min de lecture

La pandémie qui sévit va mettre à l’épreuve la résilience des exploitations agricoles en 2020. Selon les estimations de Statistique Canada concernant les recettes monétaires agricoles (RMA), 2019 a été une année relativement positive pour l’agriculture. En effet, les RMA ont augmenté de 3,6 milliards de dollars, soit 5,7 %, ce qui représente la croissance la plus vigoureuse en pourcentage depuis 2008. Une part importante de cette augmentation, soit environ 1,7 milliard de dollars, provient de la production de cannabis. Si l’on exclut le cannabis, les RMA ont progressé de 2,9 %.

Le tableau ci-dessous présente les estimations concernant les RMA par province pour 2018 et 2019 ainsi que nos prévisions pour 2020.

Tableau : Recettes monétaires agricoles (millions de dollars)

  2018 2019 2020*
Canada 62 499 (0,5 %) 66 052 (5,7 %) 63 807 (-3,4 %)
Alberta 13 519 (-4,3 %) 14 841 (9,9 %) 14 205 (-4,3 %)
Atlantique 1 926 (5,8 %) 2 173 (12,8 %) 2 045 (-5,9 %)
Colombie-Britannique 3 462 (6,4 %) 3 924 (13,3 %) 3 791 (-3,4 %)
Manitoba 6 627 (-1,0 %) 6 638 (0,2 %) 6 490 (-2,2 %)
Ontario 14 016 (4,8 %) 14 736 (5,1 %) 13 938 (-5,4 %)
Québec 8 900 (1,3 %) 9 652 (8,5 %) 9 052 (-6,2 %)
Saskatchewan 14 048 (-0,8 %) 14 088 (0,3 %) 14 285 (1,4 %)

Sources : Tableau 32-10-0052 de Statistique Canada et prévisions de Financement agricole Canada.
Remarques : Le symbole « * » désigne les prévisions de FAC. Les chiffres entre parenthèses représentent les variations en pourcentage par rapport à l’année précédente.

Coup d’œil rétrospectif sur 2019

Les recettes monétaires évoluent différemment d’une province à l’autre, selon l’éventail des activités agricoles provinciales :

  • En Atlantique, la croissance vigoureuse découle d’une augmentation importante des recettes des productions végétales.
  • Au Québec, en Ontario et en Alberta, la croissance provient en proportions égales de la hausse des recettes des productions végétales et de la hausse des recettes des productions animales.
  • Le Manitoba et la Saskatchewan ont enregistré des baisses de leurs recettes des productions végétales et de légères hausses de leurs recettes des productions animales.
  • La Colombie-Britannique a enregistré une forte croissance de ses recettes des productions végétales et une croissance modérée de ses recettes des productions animales.

À quoi pouvons-nous nous attendre en 2020?

Le premier trimestre de 2020 a été relativement positif. Les RMA ont crû de 5,5 % comparativement au premier trimestre de 2019. Là encore, la production de cannabis change la donne : les RMA ont progressé de 0,8 % si l’on exclut les recettes du cannabis. Les recettes des productions végétales (sauf celles tirées du cannabis) ont diminué de 4,7 % tandis que les recettes des productions animales ont augmenté de 3,9 %. Cela s’explique par le fait que la crise de la COVID-19 n’a pas eu d’incidence marquée avant la fin du mois de mars. Les RMA ont augmenté en Ontario, au Québec et en Colombie-Britannique, mais elles ont diminué au Manitoba et en Saskatchewan.

Depuis la fin du premier trimestre, le revenu agricole a plongé pour plusieurs secteurs. Les perspectives pour le reste de l’année sont très incertaines. Nos prévisions pour 2020 tiennent compte des différentes répercussions de la COVID-19 sur l’ensemble des secteurs agricoles.

  • Nous nous attendons à ce que les RMA totales à l’échelle du Canada diminuent d’environ 3,4 % en 2020, ce qui serait la pire performance sur douze mois depuis 2003. Veuillez noter que cette estimation englobe les paiements prévus au titre d’Agri-stabilité et les autres paiements directs.
  • Les provinces les plus éprouvées sont celles qui tirent une part accrue de leur revenu agricole des productions animales. En effet, les prix à la ferme des bovins et des porcs sont nettement en baisse, et les quotas de production de lait, de volaille et d’œufs ont été abaissés.
  • Les recettes des céréales, des oléagineux et des légumineuses devraient grimper si les rendements correspondent à la moyenne. Ainsi, nous nous attendons à une augmentation des RMA en Saskatchewan.
  • Au Manitoba, la croissance enregistrée dans les secteurs des céréales, des oléagineux et des légumineuses ne sera pas suffisante pour compenser les pertes subies dans le secteur du porc.

Différents scénarios possibles pour 2020

Nous ne sommes pas encore au milieu de l’année, et beaucoup de choses pourraient se passer avant le début de 2021. La planification financière doit demeurer une priorité pour les exploitations agricoles. La gestion de la croissance des coûts sera cruciale. En 2019, les charges d’exploitation ont crû de 5,6 %. Le revenu monétaire net a progressé de 5,8 %, ce qui demeure très loin du sommet atteint en 2017. La dette agricole a crû de 8,2 % en 2019. La faiblesse des taux d’intérêt aidera les exploitations à honorer leurs obligations, qui continueront probablement d’augmenter en 2020. Quelques signes précurseurs laissent entrevoir un redressement de l’économie agricole. La moindre croissance des RMA atténuerait quelque peu la tension financière qui touche l’industrie.


Sébastien Pouliot
Économiste agricole principal

Sébastien Pouliot est économiste agricole principal à Financement agricole Canada. Avant de se joindre à FAC en 2019, M. Pouliot était professeur agrégé d’économie à la Iowa State University. Il est aussi intervenu à titre d’expert dans le cadre de différends commerciaux à l’Organisation mondiale du commerce; il a notamment appuyé le Canada et le Mexique lorsque ces deux pays se sont opposés à la politique américaine d’étiquetage du pays d’origine (ÉPO) sur les produits de bœuf et de porc. M. Pouliot détient un doctorat en économie agricole et des ressources de la University of California, à Davis, et il a été rédacteur en chef de la Revue canadienne d’agroéconomie de 2016 à 2019.