Passer au contenu principal

Les prix record du bois d’œuvre font grimper les coûts de construction — sont-ils là pour rester?

  • 3,5 min de lecture

Nous assistons depuis quelques mois à une hausse importante des prix du bois d’œuvre utilisé dans la construction de la charpente de bâtiment et dans la fabrication de produits destinés à la construction ou à la rénovation. Les prix ont doublé entre les mois de juin et septembre 2020.

C’est une question d’offre et demande

La fréquence des travaux de construction/rénovation depuis le début de la pandémie a augmenté en raison du confinement. Ceci a provoqué une hausse inattendue de la demande. La demande est également très forte du côté des États-Unis, qui représentent 65 % du marché du bois d’œuvre canadien.

Les usines de bois d’œuvre ont vu leurs capacités de production réduites, provoquant ainsi le déséquilibre entre offre et demande.

Tableau 1 : Prix hebdomadaires du bois d’œuvre de résineux en Amérique du Nord

Dollars par millier de pieds-planche ($/mpp) 18 septembre 2020 Moyenne des 4 dernières semaines Moyenne des 52 dernières semaines
2x4 épinette-pin-sapin de l’Est (dollars canadiens) 1 270 1 250 649
2x4 épinette-pin-sapin de l’Ouest (séché au séchoir) # 2 et meilleure (dollars américains) 960 957 468
Composite (dollars américains) 955 934 469

Est-ce que cette hausse de prix va durer?

Les prix du bois sur les marchés à terme pour le mois de septembre 2020 ont atteint un niveau record à 1 000 $ US/mpp (millier de pieds-planche) et clôturant à 920 $ US/mpp. Les prix du marché à terme sont un bon indicateur des attentes du marché. Le prix du mois de mars 2021 est plus élevé (457 $) que le prix observé pour la moyenne des mois de mars 2020 et 2019 (375 $).

Pour le mois de septembre 2021, le prix est de 435 $ ce qui est légèrement supérieur aux moyennes de septembre 2018 et 2019 à 397 $. Ceci indique que les marchés pensent que la hausse de la demande est temporaire et que les prix vont redescendre au cours des prochains mois, tout en restant élevés.

Les coûts de construction sont à la hausse

Le prix des matériaux a une influence directe sur les coûts de construction. Il existe aussi d’autres éléments : le manque de main d’œuvre, les nouvelles règles de distanciation sociale sur les chantiers et la rareté d’autres matériaux.

L’augmentation des coûts de construction semble se répercuter à tous les secteurs, soit commercial/industriel, agricole et résidentiel. Les catégories de bâtiments utilisant davantage de bois sont les plus impactées en ce moment. Par exemple, un poulailler de poulets à griller à étages multiples connaît présentement une augmentation de coût de construction qui peut aller jusqu’à 30 % comparativement au printemps dernier. En contrepartie, une porcherie d’engraissement avec une structure partiellement en béton peut enregistrer une augmentation de +/- 5 à 10 %.

Quels sont les outils pour contrer cette hausse des prix?

Bien qu’il soit impossible de se protéger contre tout risque de fluctuations de prix, il existe certaines stratégies :

  1. Opter pour un type de soumission fermée pour garantir le prix des matériaux. Dans le contexte actuel, ce type de soumission représente un risque si les prix redescendent. Ce ne sont également pas tous les entrepreneurs qui considèrent des soumissions fermées.
  2. Retarder le projet. Cela peut être une solution temporaire à la hausse soudaine des prix. Toutefois, cette solution de rechange n’est avantageuse que si le prix du bois se rajuste à la baisse à court terme et que le projet peut attendre.
  3. Examiner d’autres options dans le choix des matériaux de construction. Des choix moins dispendieux sont peut-être disponibles. Seul un entrepreneur qualifié peut vous guider à travers les différentes possibilités.

Planifier et valider l’estimation des coûts du projet avant de débuter les travaux est primordial afin de ne pas manquer de liquidités. Pour avoir l’esprit tranquille, chaque projet devrait contenir un fonds de prévoyance de l’ordre de 10 % à 20 % afin d’affronter les imprévus.

Impact du coût de construction sur la valeur marchande des propriétés

Bien que le prix du bois d’œuvre semble vouloir revenir à la normale à moyen terme, d’autres éléments, comme la rareté de la main d’œuvre, semblent être un phénomène plus permanent. Il ne serait donc pas surprenant de voir la pression à la hausse sur les coûts de construction se maintenir encore quelque temps.

Une hausse temporaire des prix du bois d’œuvre aura probablement peu d’impact sur la variation de la valeur marchande des propriétés. En contrepartie, si les prix restent élevés, il pourrait y avoir éventuellement une pression à la hausse sur la valeur marchande.

Éric Lemaire, É.A., évaluateur principal

Olivier Biron, É.A. agr., directeur, Évaluations