Passer au contenu principal

Interpréter les variations de taux d’intérêt

  • 6 min de lecture

Le taux directeur de la Banque du Canada — également connu sous le nom de taux cible du financement à un jour — fait l’objet d’une attention particulière. Les analystes, par exemple, se livrent à des spéculations quant à savoir si le taux augmentera ou diminuera, et à déterminer quel taux directeur conviendrait le mieux à l’économie canadienne.

Ce taux, qui dicte la tendance, joue un rôle important dans la détermination des taux d’intérêt qui vous seront imposés pour divers prêts. Cependant, d’autres facteurs entrent aussi en ligne de compte.

Le taux de la Banque du Canada comme instrument de politique économique

La plupart des économistes sont d’avis qu’une économie saine repose sur un taux d’inflation faible et stable, et c’est l’objectif de la Banque du Canada. Un taux d’inflation nul n’est pas souhaitable, car il pourrait entraîner l’économie dans une période de déflation, durant laquelle les prix chutent. La déflation peut être très destructrice pour une économie, puisque les consommateurs retardent leurs achats, croyant qu’avec le temps, les articles deviendront de moins en moins chers.

Le mandat de la Banque du Canada consiste à gérer le taux d’inflation de manière à cibler une hausse des prix à un taux d’environ 2 % par année.

Par ailleurs, un taux d’inflation élevé n’est certainement pas plus sain. C’est pourquoi le mandat de la Banque du Canada consiste à gérer le taux d’inflation de manière à cibler une hausse des prix à un taux d’environ 2 % par année. La politique monétaire s’appelle le ciblage de l’inflation.

En période de ralentissement de l’activité économique, la Banque du Canada réduit habituellement son taux directeur afin de stimuler les emprunts et les dépenses. Si une forte inflation devient un risque, le taux directeur sera habituellement augmenté. L’activité économique au Canada est intimement liée à celle des États-Unis.

Les grandes institutions financières effectuent les transactions de grande valeur par voie électronique. Elles s’empruntent et se prêtent mutuellement selon la disponibilité de leurs fonds ou leurs besoins à cet égard à la fin de chaque jour ouvrable. Le taux du financement à un jour est le taux d’intérêt que s’imposent ces institutions pour les emprunts et les prêts de fonds pour une journée.

Pour en apprendre davantage, regardez cette vidéo de la série Les incontournables en affaires de l’équipe de l’Économie agricole : Taux d’intérêt.

Taux préférentiels

Les modifications apportées au taux cible du financement à un jour sont indicatrices de l’orientation que souhaite donner la Banque du Canada aux taux d’intérêt à court terme. Elles occasionnent habituellement les fluctuations des taux préférentiels et des taux d’intérêt sur les dépôts et les certificats de placement garantis.

Vous avez besoin d’éclaircissements sur un terme financier? Vous trouverez des définitions et des instruments sur le site de l’Autorité des marchés financiers.

Le taux préférentiel est le taux d’intérêt annuel. Les grandes banques et institutions financières du Canada utilisent des prêts et des marges de crédit à taux variables pour établir les taux d’intérêt. Bien que chacune fixe elle-même son taux préférentiel, les cinq grandes banques canadiennes utilisent généralement le même.

Si vous avez une hypothèque à taux variable, son taux est fondé sur le taux préférentiel. À mesure que le taux préférentiel fluctue à la hausse ou à la baisse, le taux d’intérêt de votre prêt varie au même rythme.

Les prêts à taux variables sont habituellement exprimés à un taux qui est supérieur ou inférieur à un montant établi par rapport au taux préférentiel. Par exemple, si le taux préférentiel est de 3 % et que votre hypothèque à taux variable est établie au taux préférentiel moins la moitié d’un pour cent, votre taux sera de 2,5 %. Le taux préférentiel peut augmenter et diminuer au fil du temps au rythme des variations de la cible du taux de financement à un jour de la Banque du Canada, et les taux des prêts à taux variable augmenteront et diminueront parallèlement au taux préférentiel.

La réduction ou majoration calculée pour votre hypothèque à taux variable par rapport au taux préférentiel dépend de nombreux facteurs. Les entreprises et les particuliers qui ont un meilleur bilan et une garantie de prêt plus élevée obtiendront un meilleur taux. Le marché du financement est également touché par la demande de crédit et l’incertitude de l’avenir des valeurs des propriétés.

De plus, bien que les fluctuations du taux préférentiel reflètent habituellement celles du taux directeur de la Banque du Canada, dans certaines conditions économiques, les variations du taux directeur n’ont pas été pleinement reflétées dans le taux préférentiel.

Taux hypothécaires fixes

Les taux hypothécaires fixes procurent une certitude relative au taux d’intérêt durant le terme de l’hypothèque. Un taux hypothécaire fixe sur cinq ans est fondé sur les marchés des obligations, et ces derniers dépendent de plus de facteurs que le simple taux directeur. Le marché libre établit la valeur des obligations de l’État, des sociétés par actions et des institutions financières.

Même lorsque le taux préférentiel ne varie pas, le taux des obligations sur cinq ans peut varier à la hausse ou à la baisse. Par conséquent, la relation entre les hypothèques à taux variable et celles à taux fixe peut varier. À tout moment, le taux des hypothèques à taux variable est habituellement plus bas. Cependant, les hypothèques à taux fixe peuvent parfois être tout aussi bonnes, selon ce qui se produira sur le marché des obligations. Par ailleurs, le taux fixe peut devenir beaucoup plus élevé que le taux variable dans certaines circonstances.

Stratégies relatives au taux d’intérêt

Entre 2010 et 2020, le taux préférentiel a connu des fluctuations relativement faibles et était constamment sous la barre des 5 % — soit une décennie de faibles taux d’intérêt records. Il est raisonnable de s’attendre à une plus grande volatilité et à des taux plus élevés à un moment ou à un autre. Bien qu’il ne soit pas possible de prévoir les taux d’intérêt avec précision, il est important de reconnaître ce qui peut les influencer afin que vous puissiez élaborer une stratégie appropriée.

Les taux variables sont habituellement plus faibles, mais ne procurent aucune protection contre les hausses. Il est possible de passer d’une hypothèque à taux variable à une hypothèque à taux fixe, mais ce changement peut occasionner un coût.

Lorsque vous utilisez un taux variable, calculez ce que la hausse d’un et de deux points de pourcentage signifierait pour vos paiements, vos flux de trésorerie et votre rentabilité.

Les hypothèques à taux fixe peuvent être une bonne option si vous craignez que les taux augmentent, ou si vous préférez simplement la stabilité que procure le fait de payer le même taux jusqu’au moment de renouveler votre prêt. Bien entendu, lorsque vous renouvellerez votre hypothèque, il se pourrait que les taux d’intérêt soient encore plus élevés.

Si vous avez plusieurs hypothèques, il pourrait être possible d’utiliser une combinaison de taux fixes et de taux variables. Il pourrait aussi être utile d’avoir des hypothèques à taux fixes dont la durée du terme varie afin qu’elles ne deviennent pas toutes échues en même temps.

Prochaines étapes

Passez en revue vos produits de financement et évaluez le risque financier — avez-vous actuellement la bonne combinaison de taux fixe et de taux variable selon votre attitude face au risque?