Passer au contenu principal

L’influence des devises mondiales et du dollar canadien sur l’agriculture

  • 4,5 min de lecture

La valeur du dollar canadien par rapport à celle du dollar américain est largement observée et commentée en raison de son importance pour les activités commerciales. Cependant, beaucoup d’autres questions relatives aux devises qui sont moins souvent abordées exercent aussi une influence sur les activités. Nous commencerons par examiner les répercussions de base, puis les effets plus subtils.

Surveillance du dollar

Notre excédent ou notre déficit commercial par rapport à celui des autres pays exerce une influence considérable sur le dollar canadien. Par exemple, une hausse des prix du pétrole brut entraîne une appréciation de la valeur du dollar. Les taux d’intérêt produisent également un effet sur sa valeur.

Combien de fois avons-nous entendu dire : « La valeur du dollar canadien a baissé, ce qui sera avantageux pour les prix de nos exportations de produits agricoles »? Ou encore l’inverse : « La valeur du dollar canadien a augmenté, ce qui sera néfaste pour les prix de nos exportations de produits agricoles »?

Examinons ce que cela signifie. Prenons par exemple un boisseau d’avoine canadienne qui se vend 4,00 $ sur le marché américain. Si le dollar américain ($ US) et le dollar canadien ($ CA) étaient à parité (avaient la même valeur), 4,00 $ aux États-Unis vaudraient aussi 4,00 $ au Canada. Cependant, lorsqu’un dollar canadien vaut uniquement 0,75 $ US, le prix de 4,00 $ US par boisseau d’avoine équivaudrait à 5,33 $ CA.

D’autre part, la valeur de tout intrant américain acheté par les agriculteurs canadiens augmente lorsque celle de notre dollar diminue. Ainsi, toujours lorsque le dollar canadien vaut 0,75 $ US, une moissonneuse‑batteuse d’occasion de 400 000 $ US coûte 533 000 $ CA.

Même si certains intrants coûtent plus cher lorsque le dollar canadien est affaibli, il est généralement reconnu que les exportateurs canadiens possèdent un net avantage.

Force de la devise américaine

Nous avons tendance à nous intéresser davantage au cours du dollar canadien par rapport au dollar américain, et négligeons souvent la force relative de la devise américaine, qui est aussi importante pour les marchés agricoles.

Nous avons tendance à nous intéresser davantage au cours du dollar canadien par rapport au dollar américain, et négligeons souvent la force relative de la devise américaine, qui est aussi importante pour les marchés agricoles. Un indice du dollar américain est utilisé pour mesurer la valeur du dollar américain par rapport à un ensemble de devises. Plus précisément, cet indice est fonction d’un ensemble de six devises mondiales — l’euro, le franc suisse, le yen japonais, le dollar canadien, la livre britannique et la couronne suédoise. La devise dont la pondération est la plus élevée — soit plus de 50 % — est l’euro.

En période de turbulence mondiale, même si l’Amérique est également touchée, les investissements ont tendance à graviter vers les États‑Unis. À titre de plus grande économie et superpuissance mondiales, le pays est habituellement considéré comme un havre sûr.

Puisqu’une grande part du commerce agricole mondial est influencée par les États‑Unis ou libellée en dollars américains, un indice du dollar américain plus faible favorise les échanges commerciaux. En effet, une devise américaine affaiblie accroît le pouvoir d’achat des pays importateurs, ce qui stimule généralement la demande et la hausse des prix pour les produits agricoles.

Considérez l’indice du dollar américain comme une influence générale sur les prix des produits agricoles canadiens, et le taux de change Canada–États‑Unis comme une influence plus directe.

Autres partenaires commerciaux

Les valeurs relatives des devises mondiales fluctuent constamment, ce qui affecte les activités commerciales.

Prenons par exemple la vente de porc canadien au Mexique. Supposons que les valeurs du dollar canadien et du peso mexicain diminuaient par rapport à celle du dollar américain, mais que la baisse de la valeur du peso était plus grande. Dans ce scénario, les acheteurs mexicains constateraient un prix supérieur pour le porc, mais la dépréciation de la valeur du dollar canadien rendrait les produits canadiens sur le marché mexicain plus compétitifs que le porc américain. C’est pourquoi il se pourrait que les exportations canadiennes ne diminuent pas, même si, de façon générale, les Mexicains achetaient moins de porc.

Protéger votre entreprise

Lorsque les producteurs canadiens fixent un prix pour la vente future de leurs bovins, porcs ou céréales, ils le font habituellement auprès d’un acheteur canadien, qui négocie en dollars canadiens. Cependant, lorsqu’on utilise une couverture pour le risque lié aux prix à terme américains, qu’on fait des ventes directes au marché américain et des ventes à d’autres pays qui négocient en dollars américains, le taux de change des devises présente un risque.

Les experts eux‑mêmes admettent que les taux de change sont difficiles à prévoir. Pour les entreprises et les agriculteurs exposés au risque de change, il existe des programmes de couverture, et certaines sociétés se spécialisant dans ce type de services. S’assurer contre les variations des devises a un coût, mais cette couverture procure une certaine assurance pour la transaction. Comparez ce coût à la perte potentielle que pourraient représenter les variations de l’évaluation des devises. Vous pouvez obtenir l’aide de conseillers financiers pour ces questions.

Pour les producteurs que les transactions n’exposent pas au risque de change, l’évaluation de la devise joue tout de même un rôle prépondérant pour le marché, et il est important de la surveiller. Bien que la relation entre le dollar canadien et le dollar américain soit la plus facile et la plus importante à surveiller, gardez aussi à l’œil les valeurs des devises d’autres partenaires commerciaux significatifs.

Prochaines étapes :

  • Regardez cette vidéo de la série Les incontournables en affaires de l’équipe de l’Économie agricole : le dollar canadien
  • Surveillez les devises sur le site Web de la Banque du Canada
  • Renseignez-vous sur les marchés et les devises dans des sites Web comme celui de Bloomberg (en anglais seulement)