Passer au contenu principal

Comprendre la loi de l’offre et de la demande

  • 5,5 min de lecture

On invoque souvent la loi de l’offre et la demande pour expliquer les hausses et les baisses des prix. De plus, comprendre les fluctuations de l’offre et de la demande peut vous aider à mieux interpréter la dynamique des prix.

Selon la loi de l’offre, un produit est offert en plus grand nombre lorsque son prix sur le marché augmente. En d’autres termes, lorsque le prix d’un produit est plus élevé, son producteur veut en vendre davantage. Le contraire est également vrai : lorsque le prix d’un produit offert par un producteur est inférieur, il cherche à en vendre moins.

La loi de la demande établit pour sa part que la quantité d’un produit demandé diminue lorsque son prix augmente. Ainsi, devant un prix plus élevé pour ce produit, les acheteurs s’en procureront moins et vice-versa.

Les fluctuations de l’offre et de la demande sont de grande importance pour les marchés. Supposons que la production de lentilles augmente en raison d’excellentes conditions de croissance. Toutes choses étant égales par ailleurs, l’augmentation de l’offre entraînera une diminution des prix. En effet, les prix seront ajustés à la baisse afin d’inciter les acheteurs à se procurer davantage de lentilles, puisque l’offre sur le marché est abondante.

Supposons maintenant que la demande de protéines animales est plus forte en raison de conditions météorologiques propices aux barbecues, durant l’été. Toutes choses étant égales par ailleurs, les prix augmenteront, car la quantité de protéines animales offerte sur le marché à court terme ne suffira pas à répondre à ce pic de la demande.

La loi de l’offre et de la demande est un principe de base en économie, mais les corrélations sont rarement aussi simples.

Analyses locales ou mondiales

Vous avez sans doute déjà vu les calculs de détermination de l’offre et la demande. La production est additionnée aux stocks d’ouverture afin d’obtenir le total de l’offre. Ensuite, on déduit le total de tout type d’utilisation du produit agricole afin d’obtenir une estimation des stocks de clôture. Puis, les stocks de clôture d’une année deviennent les stocks d’ouverture (ou de report) de l’année suivante.

  Produit agricole X (millions  de tonnes)  
  Année 1 Année 2
Stocks d’ouverture 5 3
Production 15 22
Offre totale 20 25
Exportations 13 18
Utilisation nationale 4 4
Utilisation totale 17 22
Stocks de clôture 3 3
Ratio stocks-utilisation 17,6 % 13,6 %

On peut créer des tableaux d’offre et de demande pour un produit agricole à l’échelle mondiale, nationale ou même régionale. Pour le maïs, par exemple, un tableau de l’offre et de la demande aux États-Unis est souvent utile en raison de la position dominante du pays pour la production et l’importation de maïs.

Ratio stocks-utilisation

Comment interpréter toute l’information pertinente disponible à propos de l’offre et de la demande? Les éléments à considérer sont nombreux, et c’est là qu’intervient le ratio stocks-utilisation (en anglais seulement). Il s’agit d’une statistique éloquente pour résumer l’équilibre entre l’offre et la demande en cours.

Dans l’exemple ci-dessus, les stocks de clôture du produit agricole X sont demeurés les mêmes — soit trois millions de tonnes — d’une année à l’autre. Cependant, le ratio stocks-utilisation a diminué, car l’utilisation totale était plus élevée. Ce ratio représente ce qui est habituellement utilisé dans l’analyse de l’offre et la demande. Dans cet exemple, le ratio inférieur indique un équilibre plus serré entre l’offre et la demande projetée, ce qui serait positif pour les projections de prix.

Effet de substitution

Si la production de bœuf sur le marché diminue, on pourrait s’attendre à ce que le prix du bœuf augmente. Cependant, certains consommateurs pourraient décider d’acheter davantage de porc ou de poulet au lieu de payer le bœuf à prix fort. C’est pourquoi il peut être utile d’examiner des viandes concurrentes pour tenir compte de cet effet de substitution plutôt que de déterminer isolément l’offre et la demande du bœuf.

Le canola et la fève de soja se font concurrence sur les marchés des oléagineux. Pour ce qui est des marchés des aliments pour le bétail, les compétiteurs sont le maïs et l’orge. L’effet de substitution est toutefois rarement parfait. Une entreprise d’alimentation du bétail pourrait préférer l’orge au maïs ou vice-versa. Une entreprise de trituration d’oléagineux pourrait avoir les installations nécessaires pour la trituration des fèves de soja, mais pas du canola. De plus, il faut inclure dans l’équation les coûts du transport et les taux de change des devises.

Les interactions des marchés peuvent être complexes

Les acheteurs se plaignent souvent lorsque le prix du pétrole brut baisse. Pour leur part, les prix du diesel et de l’essence ne baissent pas autant ou alors, pas du tout. Il en est de même pour l’engrais azoté. Une chute du prix du gaz naturel servant à fabriquer de l’engrais azoté ne signifie pas nécessairement une chute des valeurs de l’urée ou de l’ammoniaque anhydride.

Dans tous ces cas, la capacité de fabrication entre en ligne de compte. En effet, bien que le pétrole brut soit relativement abondant et peu coûteux, les prix du diesel et de l’essence peuvent demeurer élevés si les capacités de raffinage ne répondent pas à la demande. Il en est de même pour l’engrais azoté. S’il est moins cher, le gaz naturel réduit sans contredit le coût de fabrication de l’engrais, mais il se pourrait que la capacité de fabrication soit déjà à son maximum.

Le temps, c’est de l’argent

On dit souvent que les prix élevés sont le meilleur remède contre les prix élevés. C’est parce que les prix élevés entraînent une production accrue, et cette offre excédentaire entraînera à son tour la chute des prix. Cependant, il faut du temps pour atteindre ce résultat. De nombreux pays produisent seulement une récolte par année. Pour la production de bœuf, une hausse substantielle de l’offre pourrait même se compter en années.

Des marchés imparfaits

Quoiqu’imparfaite, l’analyse de l’offre et de la demande revêtira toujours de l’importance, car elle tient compte de toute l’information pertinente relative aux prix.

En théorie, la détermination d’un prix dépend de l’offre et la demande. Cependant, pour les produits agricoles offerts par un petit nombre de vendeurs, la concurrence pourrait être insuffisante. Dans le cas du commerce international, les barrières tarifaires et non tarifaires peuvent entraver le fonctionnement des marchés. En outre, les différences de qualité réelles et perçues ainsi que la fidélité aux marques peuvent influer sur les prix.

Quoiqu’imparfaite, l’analyse de l’offre et de la demande revêtira toujours de l’importance, car elle tient compte de toute l’information pertinente relative aux prix.

Prochaines étapes :