Passer au contenu principal

Bilan du secteur agricole : la liquidité des exploitations agricoles s’est resserrée en 2019

  • 18 août 2020
  • 2,5 min de lecture

L’agriculture canadienne fait face à de forts vents contraires en 2020, déclenchés par la COVID-19.

Il est essentiel d’évaluer la solidité de la situation financière du secteur agricole canadien au début de l’année pour comprendre comment les exploitations agricoles pourront surmonter les défis actuels. L’année 2019 a apporté son lot de difficultés — conditions météorologiques défavorables, perturbations commerciales, faiblesse des prix des produits agricoles et hausse des coûts des intrants — qui ont eu une incidence négative sur l’agriculture canadienne. Le Bilan du secteur agricole de 2019 révèle que le secteur agricole du Canada s’est affaibli, mais qu’il demeure néanmoins sain et bien placé pour affronter les difficultés qui frappent l’environnement d’exploitation.

Le ratio du fonds de roulement du secteur agricole s’affaiblit

Le ratio du fonds de roulement est une importante mesure de la santé financière globale d’une exploitation. Il reflète la capacité d’une entreprise à couvrir son passif à court terme (courant) avec son actif à court terme (c’est-à-dire ses liquidités).

En 2019, le ratio du fonds de roulement des exploitations agricoles canadiennes a diminué pour s’établir à 2,20. Il s’agit de son plus faible niveau depuis 2006 (2,11), ce qui est toutefois bien au-dessus du creux de 20 ans atteint en 2003 (1,93). Les positions de liquidité des exploitations agricoles se sont resserrées dans toutes les provinces, à l’exception de l’Île-du-Prince-Édouard et de la Nouvelle-Écosse.

De façon générale, un ratio du fonds de roulement supérieur à 1,5 est considéré comme bon. La valeur considérée comme saine peut toutefois varier en fonction du type d’exploitation et de la fréquence des rentrées de fonds. Par exemple, on peut s’attendre à ce qu’une exploitation de grandes cultures qui n’a qu’une récolte par année ait un ratio du fonds de roulement plus élevé qu’une exploitation laitière qui produit du lait à longueur d’année. Même si le ratio du fonds de roulement des exploitations agricoles canadiennes a baissé, il demeure, dans l’ensemble, sain.

Le passif à court terme augmente plus rapidement que l’actif

L’actif à court terme des exploitations agricoles canadiennes est demeuré stable en 2019, en baisse de seulement 0,2 %. Cette stagnation est attribuable à une diminution de 1,5 % des stocks, laquelle résulte d’une baisse de 9 % de la valeur des oléagineux ainsi que de la non-récolte d’environ trois millions d’acres. Le passif à court terme a grimpé de près de 5 % en 2019 en raison du resserrement des flux de trésorerie et de la hausse des coûts des intrants, ce qui a accru la demande de financement à court terme pour les intrants de production.

L’argent est roi. Les producteurs doivent continuer de surveiller leurs bilans et de s’assurer qu’ils ont suffisamment d’argent pour faire face aux problèmes de liquidité.

Gérez-vous efficacement votre trésorerie?

Découvrez comment la planification des flux de trésorerie peut vous garder sur la bonne voie financière.

Obtenir notre guide


Isabelle Nkapnang Djossi
Économiste agricole

Isabelle s’est jointe à l’équipe d’AgExpert de FAC en 2018 en tant qu’analyste, Formation et soutien des produits. Auparavant, elle a travaillé pour le Secrétariat d’adjudication des pensionnats indiens du gouvernement du Canada et géré des projets de recherche dans les secteurs de la production de bananes et de plantains en Afrique centrale et occidentale. Isabelle détient un titre professionnel en gestion de projets (PMP) du Project Management Institute, une maîtrise en gestion de projets de l’Université de Regina et un doctorat en économie rurale de l’Université catholique de Louvain, en Belgique.

@nkapnang2001