Passer au contenu principal

Des façons pour les agriculteurs et les transformateurs de continuer d’innover

  • 3,5 min de lecture

L’agriculture canadienne et sa chaîne d’approvisionnement ont beaucoup évolué au fil des années. Les agriculteurs comme les transformateurs ont dû fréquemment s’ajuster à la réalité changeante.

Gérer le changement

Pour gérer efficacement les changements, de nombreux agriculteurs et transformateurs adoptent des approches innovantes pour modifier des pratiques traditionnelles, améliorer l’efficience, surmonter des défis et faire progresser leur entreprise.

L’une des personnes qui y voient une occasion est Maggie Van Camp. La chef nationale à l’élaboration de la pratique pour le secteur de l’agriculture à BDO Canada explique qu’étant donné que la majorité des exploitations agricoles sont encore des entreprises familiales, elles peuvent s’adapter avec agilité.

« En observant ce qui se passe, on peut trouver des gains d’efficience, des solutions créatives et de nouveaux moyens de commercialiser nos produits », explique Mme Van Camp.

Commencer avec les finances

Les finances sont un point de départ naturel pour tous les agriculteurs et les transformateurs qui cherchent à innover et faire progresser leur entreprise. Mme Van Camp recommande aux exploitants d’engager un expert en finances pour établir des prévisions de flux de trésorerie pour l’année à venir, revoir périodiquement les comptes courants et actualiser les bilans.

« Considérez cela comme l’établissement d’un bilan de la santé financière qui vous aidera à relever vos forces et vos faiblesses et à connaître votre fonds de roulement », explique‑t‑elle. De plus, cela peut renforcer votre relation avec le prêteur pour votre exploitation, ce qui est toujours positif.

Innover dans la salubrité alimentaire

Dans le secteur de la fabrication alimentaire, l’innovation s’est accélérée au nom de la salubrité.

Les transformateurs ont réalisé de nombreux changements. La COVID‑19 a provoqué des changements communs comme les écrans en verre entre les postes de travail, des pratiques de désinfection plus poussées, l’achat de thermomètres frontaux et la mise en place de mesures incitatives pour encourager les employés à retourner au travail.

Il y a de l’espoir que l’accroissement de la sensibilisation et de l’intérêt des consommateurs pour les systèmes alimentaires continuera de stimuler l’innovation dans le secteur de la transformation alimentaire.

Denise Allen, PDG de Food Processors of Canada (en anglais seulement), affirme que selon son organisation, les nouvelles pratiques d’hygiène et de santé et sécurité au travail sont la nouvelle norme et resteront pour de bon. Elle souligne toutefois que les innovations dans d’autres domaines pourraient être négligées en raison du fardeau financier, lequel peut être très important selon la taille de l’entreprise. Néanmoins, il y a de l’espoir que l’accroissement de la sensibilisation et de l’intérêt des consommateurs pour les systèmes alimentaires continuera de stimuler l’innovation.

« L’accent est de nouveau mis sur la production alimentaire et les systèmes alimentaires locaux, ce qui est très important », affirme Mme Allen.

L’avenir de l’innovation

Par surcroît, elle espère que le secteur de la transformation alimentaire continuera d’innover en utilisant de nouvelles méthodes avancées d’analyse de données.

« Les données nous aident à comprendre le climat et le sol, ce qui nous permet par la suite de mieux planifier les ressources comme la main-d’œuvre, les engrais, les semences et l’eau, et d’optimiser les habiletés requises pour maximiser la production », poursuit Mme Allen.

« Une meilleure gestion agricole qui accroît l’efficience permettra aux transformateurs alimentaires de créer de nouvelles recettes et d’élargir leurs gammes de produits, ainsi que de maximiser la compression des coûts, car ils auront un meilleur aperçu des activités agricoles et des rendements. »

Mme Allen ajoute qu’une meilleure utilisation des ressources aura une incidence immédiate sur le changement climatique grâce à la surveillance de la santé des cultures et des phénomènes météorologiques. En outre, les transformateurs peuvent ajuster leur assortiment de produits en fonction de la disponibilité et de la qualité des cultures et des possibilités accrues d’exportation.

« Si l’on sait à l’avance quels seront les rendements et la quantité des cultures, il est possible de planifier les ressources à valeur ajoutée pour maximiser la valeur pour le consommateur », explique-t-elle.

En conclusion

Pour gérer le changement et s’y adapter, les entreprises agricoles et agroalimentaires du Canada devront améliorer l’efficience, surmonter les défis et continuer de progresser. Et pour trouver des innovations et s’y préparer, il est nécessaire de bien maîtriser ses finances. Le secteur de la transformation alimentaire prévoit que l’intérêt croissant pour la production alimentaire stimulera certaines innovations, notamment dans le domaine de la salubrité des aliments. On peut s’attendre, en outre, à ce que l’analyse des données joue un rôle de plus en plus important dans l’innovation au sein du secteur de la transformation alimentaire.