<img height="1" width="1" src="https://www.facebook.com/tr?id=806477592798641&ev=PageView&noscript=1"/>

Coûts de production en hausse : comment les maîtriser?

5 min de lecture

Les marges sont comprimées dans le secteur de la transformation agroalimentaire. Quand les taux d’inflation augmentent et que la majorité des ingrédients sont plus chers, le coût des affaires peut être une source d’anxiété. Il peut s’avérer ardu de maximiser la production en baissant le coût le plus possible, sans sacrifier la qualité.

C’est là que le travail d’équipe peut rendre un grand service à votre entreprise. Que vous décidiez de modifier la recette de votre produit pour optimiser l’utilisation des ingrédients, de consolider vos achats ou d’opter pour le conditionnement à forfait, il existe des moyens de réduire le coût de production.

Exploitez vos points forts

Quand April May Bellia a fondé Granola Girl en 2011 à Vancouver, en Colombie-Britannique, l’embauche a été son plus gros défi. Le problème de main-d’œuvre s’est accentué quand son entreprise a commencé à recevoir des commandes de dernière minute parce qu’il était presque impossible de donner aux employés un horaire prévisible, ce qui nuisait au maintien en poste.

« La gestion du personnel a été l’un de mes plus grands défis. Il était difficile de donner des horaires réguliers aux employés en place; nous n'avions jamais plus de 10 jours avant de savoir quand les commandes arriveraient. Nous ne voulions pas préparer les produits trop longtemps d’avance. Il y a toujours un équilibre délicat entre l’offre et la demande et la nécessité de ne pas conserver les stocks trop longtemps. »

Un ami propriétaire d’une entreprise de conditionnement à forfait a suggéré à Mme Bellia d’envisager l’idée de recourir à ce genre de service et de sous-traiter l’achat des ingrédients, la fabrication du granola, son emballage et son stockage. Après avoir fait le saut, Granola Girl a immédiatement pu couper ses coûts indirects de moitié. L’entreprise de conditionnement à forfait fonctionnait cinq jours par semaine avec un personnel de base à temps plein, possédait des fours plus grands et produisait plus de granola en une fraction du temps.

« Non seulement les défis et les problèmes étaient-ils atténués, mais j'allais aussi avoir plus d'argent dans mes poches, de meilleures marges, explique-t-elle. Cette relation s'est avérée extraordinaire. Ils ont fait un travail extraordinaire. »

L’effet multiplicateur d’une bonne réputation

Hamid Asli, président de l’entreprise de conditionnement à forfait Candiz Foods à Burnaby, en Colombie-Britannique, affirme que les entreprises alimentaires qui travaillent avec lui peuvent économiser plus de 20 % grâce aux économies d’échelle qu’il réalise en production.

« Elles peuvent économiser beaucoup d’argent. Notre travail, c’est de soumissionner pour faire baisser les coûts de production de leurs produits. »

M. Asli travaille avec 25 entreprises différentes, qui lui font confiance pour produire leurs produits dans le respect des normes les plus élevées. C’est d’ailleurs la raison principale pour laquelle ces entreprises se tournent d’abord vers Candiz Foods.

Acheter des ingrédients de qualité, en plus grandes quantités

Tatianna Bossy, cofondatrice de Maison Le Grand, une entreprise de préparation d’aliments d’origine végétale, a appris qu’une manière de réduire le coût des ingrédients est d’en acheter de très grandes quantités et, si possible, d’utiliser les mêmes ingrédients pour fabriquer différents produits.

« J’arrive ainsi à accroître mon pouvoir d’achat global. Le secret, c’est de négocier un gros volume d’achat global au lieu d’acheter les ingrédients individuellement. »

Mme Bossy indique que pour son entreprise, il est impossible de faire des substitutions parce les ingrédients sont biologiques et sans OGM. Pour réduire les coûts, elle mise sur la consolidation.

« Je regroupe autant que possible mes achats d’ingrédients avec moins de fournisseurs, ce qui nous permet de profiter d’un volume plus important et d’avoir des fournisseurs privilégiés, explique-t-elle. Au lieu d’avoir six fournisseurs principaux, nous en avons trois. En centralisant la plus grande partie de notre volume d’achat avec ces quelques fournisseurs privilégiés, nous avons un meilleur pouvoir de négociation grâce à un plus gros volume. »

Si la marge de votre produit est inférieure à 30 %, vous devriez sérieusement envisager de le supprimer.

Mme Bossy envisage aussi de créer un groupe d’acheteurs avec d’autres entreprises aux vues similaires afin de faire baisser davantage les coûts – une idée qui a la cote auprès des grands épiciers américains.

Comme ses produits sont régulièrement expédiés vers les États-Unis, Mme Bossy avait l’habitude d’expédier les commandes aux centres de distribution de ses différents distributeurs. Toutefois, elle les expédie maintenant vers un répartiteur central aux États-Unis et elle a signé une entente avec un gros joueur au Canada pour qu’il fasse de même. Pour les commandes plus petites, elle suggère aussi aux entreprises d'étudier la possibilité d’expédier deux produits différents sur une même palette.

La mesure de réduction des coûts la plus difficile, dit-elle, est de décider de supprimer un produit. Elle indique qu’en règle générale, si la marge de votre produit est inférieure à 30 %, vous devriez envisager des mesures pour réduire les coûts, y compris la suppression d’une unité de stock.

Qui peut vous aider?

Mme Bellia recommande aux propriétaires d’entreprise de solliciter l’aide d’experts quand vient le temps de prendre des décisions cruciales. Lorsqu’il a été question de décider de faire appel à une entreprise de conditionnement à forfait, son équipe d’experts externes s’est révélé un investissement précieux qui lui a fait réaliser des économies.

Trois types d’experts qui peuvent aider votre entreprise
  1. Analystes financiers. Ils peuvent vous donner un aperçu indépendant et objectif de votre entreprise, sans l’attachement émotionnel.

  2. Accompagnateurs en affaires. Ils ont l’avantage de travailler avec d'innombrables clients. En accompagnant de nombreuses entreprises, ayant réussi ou échoué, un accompagnateur pourra orienter vos discussions grâce à ses connaissances institutionnelles inestimables.

  3. Courtiers du secteur des aliments et boissons. Il est utile de s’adresser à un tiers qui connaît votre milieu et qui sait ce qui doit être fait. Le courtier de Mme Bellia l’a bien aiguillée et l’a aidée à prendre des décisions d’affaires judicieuses dans son créneau.

Article par : Trevor Bacque

À suivre
Il est temps de penser différemment à la durabilité en matière de transformation alimentaire – voici pourquoi

Au fur et à mesure que la demande des consommateurs pour des produits durables s’accroît, les transformateurs alimentaires devraient commencer à considérer la durabilité comme un avantage plutôt qu’un simple moyen d’augmenter leurs résultats nets.