Qui fait partie de votre équipe? Des conseillers externes pourraient contribuer à la réussite de votre entreprise

Les transformateurs d’aliments et de boissons cumulent souvent plusieurs fonctions, surtout lorsqu’ils s’affairent à lancer leur entreprise. Le secteur des aliments et des boissons est toutefois un secteur complexe, au sein duquel il faut tenir compte de plusieurs éléments en plus d’offrir un délicieux produit : les règlements, le raffinement des recettes, la dotation en personnel, le marketing et plus autre.

Michael Mikulak, directeur général de Food and Beverage Manitoba, déclare que les entrepreneurs qui essaient de gérer tous les aspects clés de leur entreprise le font généralement par souci d’économie. Les résultats peuvent être mitigés.

Lors du démarrage de vos activités de transformation des aliments et des boissons, vous aurez probablement besoin de conseillers clés qui vous aideront à réussir.

« Dans certains cas, cette approche peut être utile, mais elle peut parfois avoir l’effet contraire », affirme M. Mikulak, en ajoutant que le propriétaire de l’entreprise peut consacrer de précieuses ressources en temps et en argent à des tâches qu’un expert pourrait accomplir plus efficacement. Vient un moment, ou une tâche, où le recours à un conseiller externe est la meilleure mesure à prendre pour l’entreprise.

Voici certains des conseillers clés auxquels vous devrez faire appel lors du démarrage de votre entreprise de transformation d’aliments et de boissons, et en quoi ils peuvent vous aider à réussir.

Conseiller en affaires

Les conseillers en affaires peuvent jouer un rôle crucial dans le succès d’une jeune entreprise, en aidant un propriétaire à tous niveaux, que ce soit pour déterminer le coût d’un produit, les stratégies à mettre en œuvre en matière de marketing ou les approches à utiliser pour se constituer une clientèle.

Certains transformateurs ignorent peut‑être le coût de production total, et c’est là qu’un conseiller en affaires peut entrer en jeu. M. Mikulak cite l’exemple d’un transformateur avec qui il a traité et qui était préoccupé par le fait que la moutarde de l’entreprise coûtait 8 $, car il pensait que les consommateurs ne voudraient pas payer autant.

Une analyse effectuée par un conseiller en affaires a toutefois révélé que le prix proposé correspondait au coût de production de la moutarde.

« Nous constatons qu’un grand nombre de personnes sous‑estiment un produit parce qu’ils croient que le marché n’est pas en mesure d’en assumer le coût, mentionne M. Mikulak. L’entreprise perd donc de l’argent dès le début, car on ne vend pas le produit au client à un prix suffisamment élevé pour couvrir le coût de production. »

Avocat

Dans un secteur d’activité complexe comme celui de la production alimentaire, qui a des répercussions sur la santé publique et qui est assujettie à des directives strictes à tous égards, depuis l’étiquetage à la salubrité des produits, un avocat est indispensable au sein de l’équipe d’une entreprise de transformation.

Bernard Verkaaik, président et chef de la direction de The Greater Goods, une entreprise de services‑conseils dans le secteur de l’alimentation en Ontario, affirme qu’un avocat est nécessaire dès que germe l’idée de la création de l’entreprise, et ce, pour respecter les fondements en affaires, comme ne pas choisir un nom de produit existant et passer en revue le contrat d’achat ou de location de l’installation de production.

Scientifique des produits alimentaires

Transformer la recette de confiture aux framboises de grand‑maman en un produit qui sera vendu en magasin pose plusieurs défis, comme assurer la salubrité et la préservation des aliments, déterminer les valeurs nutritionnelles, fixer la durée de cuisson et établir la correspondance des ingrédients. Tout cela relève de la compétence d’un scientifique des produits alimentaires.

Par exemple, les additifs et agents de préservation utilisés pour prolonger la durée de conservation peuvent avoir une incidence sur toutes les caractéristiques du produit, depuis son goût jusqu’à sa texture en passant par la sensation qu’il procure en bouche. M. Verkaaik a collaboré avec une entreprise pour lancer sur le marché un produit à base de crevettes véganes.

« Il est difficile de créer une version végane qui peut être frite tout en ayant la même texture et la même fonctionnalité que la crevette classique, explique M. Verkaaik. Il s’agit d’une science. »

Souvent associés à des universités ou à des organismes provinciaux, à des centres de développement de produits alimentaires, comme FoodTech Canada et ses membres à l’échelle provinciale, les scientifiques des produits alimentaires font aussi équipe avec les entreprises pour transformer les aliments et les boissons en produits commerciaux.

« Ils travailleront avec vous à transformer une recette qu’un chef à la maison concocterait pour en faire un produit salubre vendu en magasin, indique M. Mikulak. Ce n’est pas quelque chose que les gens sont en mesure d’apprendre par eux-mêmes. »

Rédacteur de demandes de subvention

Des fonds sont mis à la disposition des entrepreneurs sous forme de subventions ou de prêts sans intérêt, mais pour savoir comment y accéder, il faut s’adjoindre les services d’une personne qui connaît les programmes offerts et qui sait présenter une demande pour obtenir ces fonds.

Selon M. Mikulak, il peut valoir la peine d’investir pour embaucher une personne chevronnée en matière d’obtention de fonds.

Conseiller en ressources humaines

Un conseiller en ressources humaines peut être essentiel pour une entreprise, ajoute M. Mikulak, en fournissant une expertise à tous égards, depuis la gestion du rendement jusqu’à la rémunération adéquate des employés. Il précise que plusieurs facteurs hautement spécialisés doivent être pris en compte et qu’il est peu probable qu’un exploitant‑fondateur en ait une connaissance suffisante.

Stratège en marketing

Un transformateur aurait beau avoir un produit exceptionnel, mais cela ne servira à rien s’il n’arrive pas à le faire connaître aux clients. Même si le marketing est toujours considéré dans l’optique de la publicité, il peut s’appliquer à d’autres aspects de l’entreprise, comme l’étiquette et la marque.

« C’est la première chose que les gens voient, et je crois que de nombreux jeunes entrepreneurs n’en saisissent pas l’importance, souligne M. Mikulak. La conception d’un emballage attrayant n’est pas facile et peut sembler coûteuse au départ, mais elle peut également s’avérer utile. »

Ciblez la valeur à long terme

Pour que le recours aux services de conseillers soit une expérience réussie, il ne faut pas se concentrer uniquement sur le coût que cela représente à court terme, mais garder à l’esprit ces points importants : 

  • la valeur de l’expertise qu’ils apportent à votre entreprise;
  • la valeur du temps qu’ils libèrent et que vous pourrez consacrer à l’accomplissement d’autres tâches;
  • les économies réalisées du fait de ne pas avoir à rechercher, à interviewer, à embaucher et à intégrer un nouvel employé.

Article par : Chris Powell