Passer au contenu principal

Concilier études en ligne et vie à la ferme — une question de planification

  • 6 min de lecture

Les études à la maison ont des particularités que n’ont pas celles sur le campus. Mais rien n’est aussi unique que la première année d’études postsecondaires.

Comment un étudiant peut-il concilier son travail agricole et ses études? Il lui faudra bien planifier et travailler fort.

Lorsqu’on transforme son espace de vie en salle de cours, la meilleure façon pour garantir son succès consiste à s’exprimer, selon Elaine Froese, coach auprès de familles d’agriculteurs, exerçant ses activités à Boissevain, au Manitoba.

« C’est une question de gestion des attentes, avance Mme Froese. Chaque membre de la famille est unique et a des besoins différents. »

Après avoir pratiqué la médiation pour des centaines de familles d’agriculteurs au fil des ans, Mme Froese connaît le pouvoir de la parole, et pour que les membres d’une famille travaillent efficacement ensemble, la clé de la réussite réside dans la façon dont les demandes sont formulées.

Par exemple, si l’étudiant trouve que les obligations de la ferme empiètent sur son temps d’étude, il pourrait amorcer sa discussion avec la famille ainsi : « Pourrions-nous parler de mes heures de travail à la ferme? Je dois les réduire pour consacrer davantage d’heures à mes cours, afin d’être prêt pour les examens et les travaux de mi-session. Je me sens très stressé en ce moment. Je ne veux pas vous décevoir, mais je dois vraiment réserver plus de temps pour mes études. Qu’est-ce qui vous conviendrait? »

Établissez un horaire et une routine

Si vous travaillez et étudiez à la maison, établissez un horaire précis, que vous ne changerez pas trop souvent, recommande Mme Froese. Soyez honnête envers vous-même pour ce qui est des attentes, tant sur le plan des études que des travaux de la ferme.

« Cette routine est importante pour la création de blocs de temps standards, affirme Mme Froese. Vous ne pouvez pas utiliser la moissonneuse-batteuse avant 11 h, alors si l’école est votre priorité, prévoyez une routine pour un sommeil réparateur, du temps d’étude, votre travail à la ferme, et peut-être un peu plus de temps d’étude. »

Cette approche directe fonctionne également bien avec les enseignants. Mme Froese suggère aux étudiants d’envoyer aux enseignants de l’information comme la méthode d’apprentissage qui leur convient le mieux, et ce qui constitue un environnement d’apprentissage à la maison positif. Si l’étudiant ne communique pas avec ses enseignants, ceux-ci ne pourront pas l’aider.

Elle souligne que l’agriculture est une industrie unique, où s’accumulent des difficultés comme les conditions météorologiques, l’instabilité des revenus, l’endettement, le manque de main‑d’œuvre, les mauvaises dynamiques de conflit et autres.

« Si l’on combine tous ces éléments et qu’on y ajoute le stress d’un travailleur compétent qui s’est engagé à poursuivre des études, il y aura toujours une tension sous-jacente, sauf si vous mettez cartes sur table et que vous en parlez », explique Mme Froese.

Parlez des obstacles à votre apprentissage

Deborah Landry, enseignante depuis dix ans à l’Université Carleton et à l’Université d’Ottawa, partage cet avis.

« Les établissements d’enseignement sont très attentifs aux besoins des étudiants, affirme Mme Landry. Il n’y a pas de mal à encourager les étudiants à défendre leurs propres intérêts et à s’exprimer rapidement si la technologie fait obstacle à leur apprentissage. »

Mme Landry affirme que, bien qu’étudier à la maison puisse présenter des défis importants, une ligne de communication ouverte entre les étudiants et les enseignants est cruciale.

« Même si les cours en ligne ne seront pas simples, j’ai confiance qu’une ligne de communication sera établie afin que les étudiants puissent apprendre et que les enseignants ne soient pas dépassés par la technologie au point que cela nuise au travail pour lequel ils ont été embauchés », affirme Mme Landry.

N’oubliez pas que la première année est difficile

Il ne faut pas oublier que la première année d’études postsecondaires est toujours éprouvante, peu importe où se donnent les cours.

Mme Landry recommande aux étudiants de ne pas oublier que la première année d’études postsecondaires est toujours éprouvante, peu importe où se donnent les cours.

« Peu importe l’endroit où vous recevrez les cours, il est important de ne pas oublier ce fait », prévient Mme Landry.

Elle suggère que les étudiants se créent un espace exempt de distractions et qu’ils demandent aux membres de la famille de respecter ce cadre. Une autre clé pour la réussite des étudiants — surtout des jeunes en milieu agricole, dont les travaux agricoles changent au rythme des saisons —, est d’effectuer un suivi hebdomadaire. Respectez fidèlement ces suivis, parce qu’un flux de travaux qui était logique pour le premier mois sera vite impraticable quand viendra le temps des travaux et examens de mi-session ou de fin de session.

Mettez à profit vos réseaux de soutien

Bien que les études à la maison ne soient pas nécessairement la situation idéale, dans beaucoup de cas, elles peuvent être pour le mieux, raisonne Mme Landry.

Elle ne compte plus les fois où elle a rencontré des étudiants des régions rurales qui avaient de la difficulté à étudier sur le campus, car ils sont souvent séparés de leur famille et de leur communauté, tissées serrées, après être déménagés dans un milieu urbain pour la première fois. Elle pense que la formation à distance peut rendre les règles plus équitables pour les jeunes de familles d’agriculteurs.

« Il y a de fortes chances que le fait d’être entouré de sa famille et de sa communauté pendant ses études ne soit pas nécessairement considéré comme une mauvaise chose. Ce pourrait être très positif pour les étudiants des régions rurales », rassure Mme Landry.

Impliquez-vous et engagez-vous dans le processus

Mme Froese et Mme Landry favorisent toutes les deux la participation proactive des étudiants. Puisqu’une grande partie de cette activité se déroule habituellement en classe, les étudiants devront trouver des moyens de s’impliquer, même s’il s’agit d’une participation numérique.

« Saisissez toutes les occasions de participer à des forums ou à d’autres activités en ligne avec des pairs et des enseignants, conseille Mme Landry. L’absence de cette pratique d’apprentissage est probablement l’un des points les plus négatifs de cette situation. Si vous ne vous sentez pas impliqué ou investi dans le processus d’apprentissage, vous perdrez votre intérêt pour le sujet. Peu importe si le manuel semble intéressant, vous ne le lirez pas, parce que vous ne sentirez pas de lien avec cette communauté. »

Par-dessus tout, Mme Landry rappelle aux étudiants qu’ils ne devraient pas considérer les études à domicile comme quelque chose qui nuira à leurs objectifs ou qui fera obstacle à leur réussite.

« Rien dans cette situation n’empêchera quelqu’un d’atteindre les objectifs qu’il s’est fixés; seule la façon d’y arriver a changé », affirme-t-elle.

En conclusion

En ce qui concerne la réussite de leurs études pendant qu’elles se déroulent à domicile, les étudiants devraient prendre les devants et communiquer leurs besoins aux personnes qui les entourent — qu’il s’agisse des membres de leur famille, de leurs amis, de leurs enseignants ou de leurs pairs. Aménagez des espaces exempts de distractions et des périodes d’étude, et tenez des réunions hebdomadaires pour passer en revue les besoins et les horaires de l’étudiant ainsi que les attentes de la famille. Par-dessus tout, les étudiants devraient participer le plus possible à des forums en ligne et échanger avec des pairs et des enseignants afin de créer des liens.

Article par : Trevor Bacque